Bitcoin (BTC) : Affaissement du Dollar et Avènement d’une Monnaie Internationale Apatride

Bitcoin (BTC) et la fin du dollars

Il ne faut pas aller bien loin pour trouver des raisons d’accumuler du Bitcoin (BTC). Défiance vis-à-vis du dollar en tant que monnaie internationale, planche à billets hors de contrôle, assèchement du nombre de BTC disponibles sur les exchanges… Voici un petit florilège des plaques tectoniques qui se meuvent en faveur de la cryptomonnaie.


Récession aux US

L’épidémie de Covid et le confinement orchestré par les mondialistes a littéralement écroulé l’économie. 20 millions d’américains se sont retrouvés au chômage du jour au lendemain. Du jamais vu.

Le PIB s’est contracté de plus de 30 % au second trimestre. Pire, le PIB réel (corrigé de l’inflation ou, dit autrement, le PIB en volume de biens et de services) s’est même contracté de 10 %. Encore un record.

PIB REEL USA
PIB réel USA (Base = 2012)

Le fait que tant d’emplois aient été perdus promet d’ores et déjà que le PIB ne reviendra pas sur un niveau d’avant crise de si tôt. Et ce, même si la pandémie disparaît rapidement, alors qu’il semblerait que nous nous dirigions plutôt vers un nouveau confinement… Une “quarantaine” liberticide justifiée par une seconde vague fantôme (n’ayant rien à voir avec une “pandémie”). En tout cas en France:

covid morts france
Décès liés au Covid France

Au États-Unis, le Congrès US refuse toujours de prolonger l’allocation chômage (400 $ par semaine) et de débloquer un second chèque de 1200 $. Mais cela finira par se faire, en dépit de cette élection présidentielle à couteaux tirés. Il semble écrit d’avance que le déficit budgétaire se creusera très bientôt de 2000 milliards $ supplémentaires, voire plus.

La FED et ses 3500 milliards

Bien entendu, ces 2000 milliards seront 2000 milliards de dette supplémentaire. Et si la FED veut pouvoir maintenir les taux au plancher, il faudra qu’elle en rachète probablement la totalité. Vous pouvez donc être certain que la Banque Centrale américaine annoncera une augmentation du QE (Quantitative Easing) aussitôt que républicains et démocrates se seront mis d’accord.

Cela est d’autant plus certain qu’un papier tout récemment publié par l’économiste Kiley (membre du staff de la FED) suggère que la FED devra imprimer 3500 milliards en plus des 3000 milliards déjà imprimés depuis le mois de mars

En effet, la FED injecte actuellement 120 milliards par mois. 120 milliards de Treasuries (dette US) mais aussi tout un tas d’autre produits financiers comme la dette des multinationales et une multitude de produits « pourris » (qui finiront par ne plus rien rapporter)…

QE projection morgan stanley
Morgan Stanley s’attend à ce que ce cycle de QE surpasse les QE1, QE2 et QE3 combinés

Pas convaincu ? Allons donc voir ce que dit le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la FED, les fameuses « minutes » du FOMC ?

Minutes et la FED

Les minutes montrent que plusieurs gouverneurs de la FED s’attendent à davantage de déficits budgétaires de la part du gouvernement. Il est aussi noté que certains gouverneurs (probablement les mêmes) plaident pour que la FED prolonge le QE. Ou tout du moins maintenir le rythme actuel.

Le staff de la FED s’attend lui à ce que la croissance soit plus faible sans une augmentation du déficit budgétaire. Dans l’ensemble, la FED prévient qu’elle ne relèvera pas les taux tant que l’inflation ne sera pas à 2 % et que le pays ne sera pas de retour au plein emploi. Autant dire aux calendes grecques et très probablement après 2023.

Voici les prévisions économiques telles que publiées par la FED dans les minutes pour ceux que cela intéresse :

prévision FED

L’économie américaine est désormais sous perfusion permanente. À moins d’une nouvelle relance budgétaire et monétaire de milliers de milliards, l’économie et la bourse se désintègreront. Arrêter de faire tourner la planche à billets signifierait automatiquement une explosion des taux d’emprunt et un éclatement de la bulle d’endettement.

Dit autrement, l’épargne de la nation s’évaporerait… #greatreset? Sauf pour ceux qui gardent leur épargne sous forme de Bitcoin, cela va sans dire…

Rendez-vous compte que la dette US est passée de 22 000 milliards $ à la fin de l’année 2019 à 26 700 milliards actuellement. 4700 milliards (+20 %) de dette supplémentaire avec en face un PIB qui a fondu de 30 % dans le même temps

Pétrodollar

Les États-Unis vont bientôt franchir leur pic pétrolier (shale oil), impriment sans compter, mènent une guerre commerciale très mal engagée avec la Chine et sont dépassés par la technologie d’armement russe. Pour couronner le tout, démocrates et républicains annoncent qu’ils ne reconnaitront pas la victoire de leur adversaire en novembre, préparant une crise de nerf politique qui restera gravée dans les annales.

La seule chose permettant à l’oncle Sam de maintenir la tête hors de l’eau est le pétrodollar. C’est-à-dire le fait que l’OPEC accepte de vendre son pétrole exclusivement en dollar. A l’exception de l’Iran et du Venezuela qui paient cher leur fronde anti-impérialiste, ne l’oublions pas.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

La question est de savoir pour combien de temps encore ? L’échiquier géopolitique du Moyen-Orient est extrêmement mouvant sans compter les nouvelles routes de la soie chinoises qui cherchent à rejoindre les immenses ressources énergétiques d’Iran et du reste du Moyen-Orient. La Chine lorgne sur le pétrole perse dont elle a besoin pour internationaliser le yuan et ne reculera devant rien pour se l’accaparer.

Voici les pays qui ont fourni plus de la moitié du pétrole brut importé par la Chine en 2019 : Arabie Saoudite : 40,1 milliards de dollars US (17 % du total), Russie (15%), Irak (10%), Angola (9%), Brésil (8%), Oman (7%). Tous, mis à part la Russie, le vendent en dollar.

Tôt ou tard, et surtout grâce à l’Iran, Pékin payera son pétrole en yuan et non plus en dollar. Ce jour-là, la valeur du dollar s’écroulera en précipitant l’avènement des monnaies apatrides. Dit autrement, des monnaies ne profitant à aucune nation en particulier.

Et nous ne parlons pas ici du DTS du FMI. Ce dernier est la monnaie d’une institution contrôlée par l’occident. Il n’aura pas plus de succès que le billet vert, au contraire de la cryptomonnaie décentralisée de Satoshi Nakamoto…

Pompeo à la rescousse

Les États-Unis ne s’effaceront pas sans coup férir. L’actuel « Ministre des Affaires étrangères US », Mike Pompeo, ancien patron de la CIA, passe sa vie entre deux capitales pour tenter de préserver l’empire. Dernière idée en date : créer un OTAN asiatique englobant le Japon, l’Australie et l’Inde, pour « contenir les ambitions expansionnistes de la Chine communiste ».

« Une fois que nous aurons institutionnalisé cette alliance, nous pourrons amorcer la construction d’un véritable système de défense commun » a déclaré cette semaine Mike Pompeo au Nikkei (journal japonais).

Mike Pompeo au japon à Tokyo
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’entretient avec Nikkei Asia à Tokyo le 6 octobre. (Photo par Konosuke Urata) 6 octobre. Source Nikkei.com

Ces menaces creuses sont celles d’un empire traumatisé, cherchant par tous les moyens à sécuriser des alliances. En vain car elles finiront de toute façon par craquer. En Australie, 50 % des exportations voguent vers la Chine qui est egalement le premier partenaire commercial du Japon

La Chine est déjà la première puissance mondiale à parité de pouvoir d’achat et n’a pas plus rien à envier aux technologies occidentales. Les gesticulations va-t-en-guerre de Pompeo n’arrêteront pas la marche du monde, ni l’émergence d’un nouveau système monétaire international.

Un monde multipolaire avec le Bitcoin en son centre

Nous nous dirigeons à grande vitesse vers un monde multipolaire qui finira aussi par l’être sur le plan monétaire. Le dollar américain représente 60 % des réserves internationales de devises étrangères contre 70 % il y a 20 ans. La suprématie du dollar s’érode très vite ces derniers temps. Il est temps de se préparer au grand retour de l’or.

Une résurrection du Gold Standard à l’ombre duquel le Bitcoin ne manquera pas de se faire une place. Ce scenario est aussi cohérent qu’une démonstration mathématique. Comment les choses pourraient en être autrement ? La bonne monnaie chasse la mauvaise, toujours…

Le Bitcoin gagnera ses galons de monnaie internationale lorsque certaines régions du monde ne pourront plus commercer entre elles. Le « use case » (utilité) du Bitcoin fera un bond gigantesque lorsque la guerre commerciale se muera en déconnexion totale entre l’empire du milieu et l’empire américain.

Cold Storage

L’arrêt total du commerce est très probable en cas de réélection de Donald Trump. Nous observerons alors probablement une augmentation du nombre de Bitcoins sortant des exchanges pour servir à contourner ces restrictions. C’est d’ailleurs une tendance qui se confirme ces derniers temps avec une baisse continue du nombre de Bitcoins en dépôt sur les exchanges.

Il s’y trouve actuellement environ 2.5 millions de Bitcoins, en baisse de 13 % depuis le mois de mars. Et il ne s’agit pas d’une hémorragie vers la « DeFi »… Les bitcoiners ont commencé à retirer leurs billes des exchanges dès le mois de mars, lorsqu’il devenait de plus en plus clair que nous étions au seuil d’une énième crise financière.

Pourquoi retirer ses bitcoins dans ce contexte ?

Chacun se souvient des faillites bancaires en cascade dans le sillage de la crise de 2008… Les exchanges ne sont pas à l’abri de se faire geler leurs comptes bancaires. Les banquiers ne manqueront pas une occasion d’écraser les exchanges via une crise frauduleuse… D’où ces retraits continus depuis le début de l’année.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.
Bitcoin sur les exchanges total

Vous remarquerez la raréfaction du nombre de Bitcoin en 2016. Elle a précédé le formidable bull run de 2017 qui avait emmené le Bitcoin sur 20 000 $. La réduction de l’offre sur les exchanges via le rapatriement sur « cold storage » est de bon augure pour le Bitcoin

bitcoin ours baisse

Bitcoin (BTC) le 26 janvier 2021 – Avantage aux ours ?

Bitcoin (BTC) a fait une incursion en-dessous des 31 000 USD aujourd’hui, 26 janvier 2021. Ni les taureaux, ni les ours – malgré l’existence d’une forte pression à la vente - n’arrivent finalement à vraiment imposer leur jeu sur le court…
DeFi assurance

Une assurance pour les utilisateurs de la DeFi

La sécurisation de la DeFi passerait par la solidarité de ses membres qui se couvriraient mutuellement – moyennant une prime bien évidemment – afin de constituer une assurance contre les pertes de fonds. La DeFi veut développer son capital confiance…
minage bitcoin chaleur

Des Bitcoiners se chauffent… en minant !

Du minage pour chauffer non seulement ses wallets Bitcoin (BTC) mais également son poulailler ou encore sa serre. Les mineurs font « chauffer » leur matière grise pour trouver des utilisations « créatives » de leurs supercalculateurs. Ça chauffe pour Bitcoin ! Durant l’hiver, des…
This was captured well waiting for the doctor who was busy at the time

Chapitre 0 : Introduction et fondamentaux des enjeux de la donnée en médecine et du soin à l’aube de 2021

La santé n'a, depuis très longtemps, jamais été autant au cœur des discussions médiatiques et sociétales. L’épidémie que nous connaissons désormais tous, a littéralement bouleversé le fonctionnement du monde entier, que cela soit sur le plan économique mais également en…

Chapitre 0 bis : La décentralisation & la blockchain

Blockchain. Ce mot vous est peut-être familier. Il vous l’est même très probablement si vous avez démarré la lecture de cette tribune. Pour les néophytes et autres étrangers de la notion, nous allons définir ensemble les concepts fondamentaux associés à…