Bitcoin, Tulipe et Mythomanie : Portrait de Craig Steven Wright alias “Faketoshi”

Craig Wright est une nouvelle fois dans l’actualité. On le soupçonne cette fois-ci d’avoir joué un rôle important dans le hack de la platforme MT.GOX. Après avoir revendiqué la paternité du Bitcoin. Mais aussi de l’Iphone… On se demande bien jusqu’où ira Craig Wright ? Le personnage qui embarrasse toute la communauté Bitcoin. En effet, ce dernier apparaît depuis des années comme un mythomane notoire qui représente tout ce qu’on peut faire de pire dans l’industrie crypto. Alors, plongez dans l’univers de ce cinquantenaire Australien qui souhaite encore et toujours – y compris contre l’empilement des plus absolues évidences – s’approprier les mérites de la création du Bitcoin


Mythomanie et déboires judiciaires en pagaille avant même les années Bitcoin !  

Lorsque l’on fait des recherches sur Craig Wright, on se rend rapidement compte qu’il y a des éléments qui reviennent de manière régulière.

La première chose c’est la mythomanie.

En effet, si on écoute ce personnage faire le récit de sa vie, il serait l’inventeur du Bitcoin mais cela ne s’arrête pas là. En effet, sur son site web personnel. Il met en avant des dizaines de certifications académiques et professionnelles dont l’authenticité est difficilement vérifiable. Le génie qui va sauver le monde répondrait donc au nom de Craig Steven Wright. 

En regardant cela de plus près. On se rend rapidement compte que les éléments biographiques de cet homme sont en grande partie faux. Comme le PHD en Théologie qu’il revendique mais dont il ne mentionne pas l’université qui lui aurait délivré. Ou encore son autre PHD en sciences informatiques qu’il revendique cette fois-ci de l’université australienne de Charles Sturt. Cette dernière a démenti avoir délivré le dit PHD. 

Craig Wright en costume gris, cravate rouge cheveux gominés et le regard fuyant.
Craig Steven Wright a.k.a Faketoshi
Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies

Après la mythomanie, ce sont les déboires judiciaires qui semblent rythmer la vie de Craig Wright.

Ses soucis avec la justice débutent en 2004 lorsque la cour suprême Australienne le condamne à un mois de prison ferme pour non respect d’un accord commercial. Craig Wright tenta à mainte reprises de faire appel de la décision mais en vain. Il est tellement persuadé de son bon droit qu’il fait appel une seconde fois, toujours sans succès. Cette histoire est typique du personnage qui semble ainsi être plus proche de la caricature de l’entrepreneur véreux que du génie inventeur du Bitcoin aka Satoshi Nakamoto

Une dizaine d’année plus tard. Sa maison sera prise d’assaut par les autorités financières australienne. Pour de nouveaux déboires de sa société de l’époque “Hotwire PE”. Qui avait pour objectif de devenir la première banque Bitcoin en Australie. En 2015, Craig Wright en bon imposteur pense faire le coup du siècle. Ce coup c’est celui de persuader le grand public qu’il est bien la personne qui a agit derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Pseudo qui est tout simplement à l’origine de la création du Bitcoin en 2008. Il est aujourd’hui poursuivi par la famille de David Kleiman. Son associé dans l’aventure Bitcoin qui l’accuse d’avoir dérobé des centaines de milliers de bitcoins représentant une valeur de plusieurs milliards de dollars aujourd’hui. 

Le feuilleton Faketoshi ou comment Craig Wright a voulu s’approprier le Bitcoin.

Même si le feuilleton n’est pas fini, on sait maintenant que Craig Wright est loin d’être Satoshi Nakamoto.

Mais c’est pourtant bien ce qu’il a essayé de faire croire à tout le monde en 2015, 7 ans après la création du Bitcoin. Tout come aujourd’hui, Le mystère autour de Satoshi Nakamoto est alors immense et absolu.

Ainsi, lorsque les deux magazines The Wired et Gizmodo sortent des articles expliquant que Craig Wright serait bien l’inventeur du Bitcoin qui a agit sous le pseudonyme de Satoshi, le grand public est prêt à y croire !

Les articles publiés par les deux magazines mettent en avant des preuves fournies de manière anonyme par des proches de Wright. Toutes les preuves présentes dans ce premier rapport seront ensuite étudiés par des spécialistes et toutes démontées une à une !

Dorian Nakamoto qui est devenu la figure de Satoshi Nakamoto malgré lui.
La figure de Satoshi (Aucune ressemblance avec Craig Wright)

Le mal est fait. Craig Wright réussi à associer son nom à Satoshi Nakamoto et il compte bien en profiter.

Comment ? Tout simplement en jouant un drôle de manège. Puisque l’identité de Satoshi n’est pas connue. Il se l’approprie tout simplement en espérant qu’une partie du grand public sera prêt à le croire. Mais toutes ses tentatives s’avèrent être des échecs ! 

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Les médias vont ensuite faire le jeu de Wright. The Economist et la BBC qui n’en connaissent pas un grand rayon quand il s’agit de parler de Bitcoin, vont laisser tous les deux penser en 2016 qu’il serait bien à l’origine du Bitcoin. L’article de The Economist met en avant une clé privé qui a rapidement été analysée par le spécialiste en cryptographie Dan Kaminsky comme n’étant pas la propriété de Wright mais une clé réutilisée. Une fois de plus c’est raté pour Craig et sa mythomanie latente ressort au grand jour. Puis dans l’interview accordé à la BBC il explique une nouvelle fois être Satoshi Nakamoto et qu’il amène des preuves subséquentes sous peu. Des preuves qui n’arriveront, vous l’aurez compris, jamais. 

Craig Wright est bien le seul à être convaincu qu’il a créé le Bitcoin. Tellement convaincu que ce dernier va jusqu’à vouloir breveter le livre blanc publié par Satoshi Nakamoto en 2008. Ce livre qui explique la création et le fonctionnement du réseau Bitcoin. Un brevet qu’il n’obtiendra pas de la part de la justice américaine. De plus, tous les articles scientifiques dont il revendique la paternité s’avèrent être de simples plagiats. Ainsi, s’il y a une chose que Wright maîtrise c’est bien le fait de toujours croire au dicton “Plus c’est gros plus ça passe !” 

Le personnage le plus haï de la communauté crypto

Vitalik Buterin, le créateur (le vrai) du réseau Ethereum explique lors d’une conférence que :

« Craig Wright n’est surement pas à l’origine du Bitcoin, car quand on veut prouver une chose et qu’il existe deux possibilités de le faire, l’une très simple à vérifier et l’autre très douteuse et compliquée à vérifier, le fait de choisir la seconde option prouve en elle-même l’impossibilité pour lui de prouver ce qu’il prétend être. »

Vitalik Buterin, fondateur d’Ethereum.

L’autre figure de la communauté crypto qui dénonce les mensonges et les agissements douteux de Craig Wright c’est Changpeng Zhao le PDG de Binance. Il expliquait ainsi dans un de ces tweet que

« Craig Wright était rien de plus qu’un arnaque et qu’investir dans le Bitcoin SV était comme participer à une fraude. »

Changpeng Zhao , fondateur de Binance.

Mettant en acte ses paroles, l’exchange Binance a ensuite fait le choix de ne plus lister le Bitcoin SV Craig Wright est donc l’un des personnages les plus détesté par la communauté crypto au coté des inénarrables John Mcafee et Richard Heart qui sont aussi pas mal dans leurs genres pour former à eux-trois les nouveaux cavaliers de l’apocalypse Bitcoin

Bitcoin SV, diviser Bitcoin pour mieux règner

Changpeng Zhao reproche entre autres, à Craig Wright de nuire de manière importante au développement du Bitcoin. Selon lui tous ses agissements et mensonges autour de Satoshi Nakamoto décrédibilise toute la communauté Bitcoin.

Craig Wright milite depuis des années pour une division de la communauté Bitcoin. 

En effet, si Wright n’a pas pu prouver qu’il était à l’origine du Bitcoin, il essaye de se rattraper avec les hard fork du Bitcoin. Le Hard Fork du Bitcoin Cash était prévu pour Novembre 2018. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu et des projets autres que le BCH ont vu le jour. Le Bitcoin ABC, Bitcoin Unlimited et Bitcoin SV. C’est ce dernier mouvement que Craig Wright a mené, SV signifiant ainsi Satoshi’s Vision.

Wright souhaite ainsi profiter du fork du Bitcoin originel pour expliquer au grand public que le véritable Bitcoin est le Bitcoin SV qu’il personnifie complètement en un mouvement Craig Wright.

Bitcoin SV inarnation du personnage.

Si Satoshi est bien à l’origine du Bitcoin qui lui ne cite aucun pseudo dans son nom. Le Bitcoin SV qui se revendique du pseudo du créateur de génie pourrait en fait s’appeler Bitcoin CW pour Craig Wright.

Logo du Bitcoin SV ou Bitcoin Satoshi's Vision.
Bitcoin SV, le Hard Fork du Bitcoin soutenu par Craig Wright.

Ainsi, le portrait de Craig Wright se pare d’une nouvelle facette, celle d’une jalousie énorme et d’un don pour s’accaparer des choses dont il n’est pas à l’origine. Que ce soit dans ces travaux académiques, dans le monde professionnel et bien-sûr dans l’industrie crypto. 

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Vous l’aurez donc bien compris, Craig Wright est un mégalomane et mythomane notoire qui après avoir usé de ses talents pour gonfler son CV, a voulu voir plus grand, trop grand en s’auto-proclamant créateur du Bitcoin. Une affirmation qu’il ne parvient toujours pas à démontrer aujourd’hui et qui lui met à dos une communauté de passionnés qui n’est pas dupe. 

Bitcoin (BTC) le 30 octobre 2020

Bitcoin (BTC) le 22 janvier 2021 – Merci MicroStrategy !

Bitcoin (BTC) est descendu jusqu’aux 29 000 USD, avant une forte reprise le ramenant au-dessus des 33 000 USD. MicroStrategy a réussi à limiter la casse avec un énième achat massif de BTC. Les 23 000 USD ne sont pas loin. Le cours…
mot de passe perdu

L’ancien directeur technique de Ripple aurait perdu plus de 220 millions de $ en Bitcoin (BTC)

Certains regrets sont plus amers que d’autres : il vaut mieux ne pas avoir eu l’intelligence d’acheter des Bitcoins (BTC) lorsqu’ils valaient moins de 1 USD, que d’en avoir acheté et de ne plus pouvoir y accéder faute de clefs privées.…
dépenser bitcoin

Pourquoi le paiement en Bitcoin (BTC) ne sera pas utilisé de sitôt

Un Bitcoin (BTC) à 100 000 USD pourra-t-il remplacer les fiats ? Le BTC devra passer par une phase de transition complexe pour pouvoir passer d’un actif de couverture, à une monnaie transactionnelle. On a de plus en plus de mal à…

Bitcoin (BTC) reste lourd suite à la conférence de presse de la BCE

Christine Lagarde, qui a récemment taillé un short au Bitcoin (BTC), a fait monter les taux d’emprunt à 10 ans américain. Cette hausse des rendements pèse sur le BTC déjà alourdie par les rumeurs d’une intervention de BlackRock sur le…

BlackRock s’intéresse aux Futures, Bitcoin (BTC) chute, forcément…

BlackRock refait les choux gras de la presse crypto après avoir rempli un formulaire auprès de la SEC (securities and exchange commission) suggérant fortement que le plus grand fonds d’investissement du monde s’intéresse aux produits dérivés Futures adossés au Bitcoin.…