La Blockchain n’est pas le remède miracle à la Fraude électorale

Qui a peur de la blockchain ? Les politiciens et quelques scientifiques. Le principal argument cité : danger pour la sécurité nationale, rien que ça ! Une prise de position en somme paradoxale, quand on sait que la blockchain est quand même censée garantir un niveau de sécurité plus élevé que les méthodes de transaction classiques centralisées.


Les 3P : Papier, Personne, Pas Internet !

A l’heure où le monde se confine pour combattre le coronavirus, les électeurs du Wisconsin votent affublés de masques pour la primaire démocrate – c’est sans rappeler une certaine élection municipale dans un pays qui a connu et qui connaît la guerre des masques

Sujet politique sur la table, crise sanitaire oblige : faut-il voter autrement ? Le vote par correspondance semble être mieux accueilli que le vote sur internet.

L’Association Américaine pour l’Avancement de la Science (AASS) a même rédigé une lettre prenant position contre le vote électronique.

Les élections américaines durant cette crise sanitaire doivent se dérouler en utilisant des alternatives « simples » – comprenez, sans chichi digital : votes par courrier ou par correspondance. Le mot d’ordre : se dispenser d’internet.

Les facteurs bloquants pour la blockchain

Le vote sur internet soulève de nombreuses questions problématiques : les problèmes récurrents que rencontrent les applications en ligne: les attaques DDOS, les logiciels malveillants, l’atteinte à la vie privée.

Ces facteurs de risques peuvent falsifier des résultats des votes via des manipulations frauduleuses.

Souvent présentée comme la panacée ultime, l’utilisation de la blockchain est aussi fortement remise en question. La mise à disposition des informations sensibles des électeurs à une organisation tierce, n’est tout simplement pas envisageable.

D’autant plus que l’accès au public à ce type de système n’a fait l’objet d’aucune étude scientifique jusqu’à ce jour. Les risques accrus d’usurpation d’identité conforte l’idée d’un danger pour la sécurité nationale.

Les études effectuées par les experts du Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur l’application de vote électoral Voatz, rejettent ainsi définitivement l’utilisation de la blockchain pour les élections.

Les risques cités – violation de la vie privée, cyber attaques –  apparaissent trop facilité par un environnement numérique, fut-il sécurisé à la mode blockchain.

Pub

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Blockchain et fraudes électorales : sujets pertinents ou peur du changement ? Les politiciens malhonnêtes n’ont pas attendu la blockchain pour apprendre et maîtriser l’art de la fraude. Mais bon, ce n’est jamais moi, c’est l’autre ! Quand ce n’est pas la blockchain, c’est un autre pays qui est accusé d’ingérence dans les élections.

Abonnez-vous gratuitement
Rejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaies
Blockchain Africa Conference

La Blockchain Africa Conference vous attends en Mars

Organisée par Bitcoin Events, la Blockchain Africa Conference est sans doute l'évènement phare de l'écosystème crypto Africain. Habituellement tenue chaque année en Afrique du Sud, il n'y aura aucune rencontre physique pour cette septième édition. Elle aura lieu du 18…
Collaboration entre Lunu et Laurent Grasso

La solution de paiement LUNU lance une initiative unique entre art et blockchain !

Lunu lance une initiative unique entre science, art et blockchain avec l'artiste français Laurent Grasso. On vous explique tout ça en détail
labyrinthe crypto

La règlementation française crypto, de l’espoir à la désillusion

Il fut un temps où la France était avant-gardiste en terme de législation des crypto-monnaies.
Illustration Akon City

Les promesses d’Akon City, la « ville du futur »

Akon City. Tout le monde (ou presque) en a entendu parler ces dernières années. Pour les nouveaux, il s’agit du projet d’une ville « futuriste ». Il est prévu qu’elle soit construite dès 2021 par la star américaine Alioune Badara Thiam (plus…
Image d'illustration

Tanzanie: un livre sur la blockchain en swahili

Sandra Chogo, une de femmes omniprésentes dans la cryptosphère Tanzanienne a récemment publié un livre sur la blockchain. Son titre : "Jihelimishe Kuhusu Blockchain" (Apprennez la blockchain en français). Le bouquet est une première publication sur Bitcoin (BTC) en langue…