Fraudes à la cryptomonnaie : lancement du premier réseau mondial de lutte ?

mer 11 Août 2021 ▪ 9h30 ▪ 3 min de lecture - par Rédaction CT

Un consortium de cabinets juridiques londoniens vient de lancer le premier réseau mondial de lutte contre la fraude cryptographique : le CFAAR. Face à la recrudescence des crimes et délits liés à la crypto-monnaie, le système judiciaire britannique est débordé !

Comment le CFAAR compte lutter contre la fraude cryptographique ?

Huit cabinets d’experts juridiques et financiers se sont réunis à Londres pour former le Crypto Fraud and Asset Recovery (CFAAR) . L’objectif du CFAAR est de faire du Royaume-Uni un centre mondial de résolution des litiges liés aux cryptomonnaies, afin de faire face à l’augmentation des escroqueries. Que ce soit dans le cadre d’enquêtes ou pour du recouvrement d’actifs, le groupe souhaite devenir “un organisme connu et un point de référence” en matière de conseil juridique lié aux cryptodevises. L’organisme compte parmi ses membres fondateurs des cabinets comme Grant Thornton, Asset Reality ou encore Essex Court Chambers. Ils ambitionnent de grossir leurs rangs et d’étendre leur influence en créant des opportunités de réseautage, via l’organisation de séminaires et d’événements sociaux à travers le monde. L’équipe juridique s’engage à “répondre de manière robuste et efficace” à toutes sortes de litiges cryptographiques et compte bien devenir la voix de l’industrie !

Augmentation des litiges liés à la cryptomonnaie ?

La création du CFAAR intervient alors que le nombre de victimes et la sophistication des fraudes liées aux cryptoactifs ne cessent d’augmenter. On déplore des délits impliquant des vols de crypto-monnaies, des offres initiales de pièces (ICO) et des attaques de ransomware.

Un récent rapport de la police de la ville de Londres a mis en évidence une augmentation drastique des escroqueries liées aux cryptos. Le rapport estime que 86 % des fraudes signalées sont liées à la cybercriminalité et que près de 21 % des 27187 cybercrimes sont liés à des investissements en crypto-monnaies. « Là où il y a de l’innovation, les criminels ne sont pas loin derrière” , souligne Lawrence Collins, ancien juge de la Cour suprême du Royaume-Uni. Selon lui, « Londres a longtemps été un centre financier et professionnel prééminent, mais malheureusement, elle pourrait aussi devenir un centre pour la criminalité financière internationale » .

La mise en place d’un consortium juridique compétent et spécialisé en crypto-monnaies est donc une nécessité. Les lois pénales ne sont plus un remède suffisant, face à des fraudeurs de plus en plus ingénieux !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.