L’IRS lance une offre aux entreprises pour lutter contre les pirates

mer 29 Sep 2021 ▪ 11h00 ▪ 4 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

L’unité de criminalistique numérique de l’IRS est actuellement à la recherche d’une entreprise qui pourra l’aider à mettre en place des processus de routine pour lutter contre les pirates. L’entreprise recourra à des méthodes récentes basées sur des techniques de piratage matériel connexes.

Bloquer les pirates et sécuriser les portefeuilles numériques

Le nombre de cas d’attaques par ransomware augmente d’année en année. Alors, les autorités à divers niveaux explorent de nouvelles solutions dans le but de contrecarrer les techniques qu’utilisent les pirates. Par exemple, les chercheurs en cybersécurité de l’IRS veulent intégrer des codes dans les dispositifs physiques utilisés pour bien gérer les portefeuilles numériques de cryptomonnaies. Ces dispositifs sont généralement mis à profit par les pirates, rapporte une source de l’Internal Revenue Service.

« Un ensemble de recherches a commencé à émerger sur la cybersécurité des portefeuilles de cryptomonnaies. Ces recherches sont fréquemment présentées lors de conférences sur la cybersécurité dans le but d’améliorer la sécurité des portemonnaies électroniques et de signaler les exploits aux fabricants de ces appareils », peut-on lire dans une demande de proposition de l’unité des enquêtes criminelles de l’IRS. « Puisque les portefeuilles contiennent des données numériques – clés cryptographiques publiques et privées – ces petits dispositifs informatiques matériels peuvent fournir des données cruciales dans les enquêtes ».

Pour la réussite de ses missions, l’équipe des enquêtes criminelles de l’IRS collabore avec plusieurs partenaires, dont le FBI.

Les missions de l’entreprise qui candidate

La démarche entreprise par l’IRS a pour finalité de permettre de mieux tracer et de récupérer les rançons. Mais l’institution ne parviendra pas à atteindre ses objectifs en opérant toute seule ; elle a besoin de l’appui matériel d’autres spécialistes. En plus de fournir le matériel nécessaire, les partenaires devront former le personnel de manière fiable dans la mise en œuvre des nouvelles solutions.

« Le contractant combinera les recherches de pointe en matière de cybersécurité disponibles sur les thèmes de l’exploitation du matériel embarqué avec la science disciplinée et établie de la criminalistique numérique », indique l’avis d’appel d’offres émis par l’IRS.

Le document ajoute : « Des techniques d’exploitation, d’ingénierie inverse et de criminalistique numérique seront utilisées pour accomplir ces tâches, notamment l’analyse des logiciels et des microprogrammes, l’ingénierie inverse du matériel, l’identification et la recherche de circuits intégrés, le retrait des paquets de circuits intégrés et des composants, la déconstruction des cartes de circuits imprimés et des paquets de circuits intégrés dans le but exprès d’identifier des techniques d’exploitation cohérentes et reproductibles contre un dispositif donné ».

Toutes les entreprises qui estiment qu’elles sont en mesure de proposer des solutions innovantes pour combler les besoins des experts de l’IRS sont invitées à répondre à son avis d’appel d’offres. Toutefois, elles disposent d’un délai de 15 jours au bout desquels l’offre deviendra caduque.

L’IRS a le souci d’offrir aux utilisateurs de cryptomonnaies et aux entreprises de nouvelles solutions pour les aider à renforcer la sécurité de leurs portefeuilles numériques. C’est dans ce cadre qu’elle a lancé un avis d’appel d’offres aux entreprises qui pourraient lui proposer du matériel de bonne qualité et former son personnel. La lutte contre les pirates est engagée !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.