Se connecter S'abonner

Afrique du Sud : Le torchon brûle entre Binance et la FSCA

Vendredi, l’autorité de conduite du secteur financier sud-africain (FSCA) a publié un message dans lequel il indiquait que Binance Group, le propriétaire de la plus grande bourse de cryptomonnaies au monde, n’est pas « autorisé à donner des conseils financiers ou à fournir des services d’intermédiaire en vertu de la loi sur les conseils financiers et les services d’intermédiaire ». Et Binance de répondre : « Nous ne reconnaissons pas votre autorité de toute façon ».

Coin cryptocurrency BNB on the background of a stack of coins.

De mal en pire !

La situation déjà désagréable entre Binance et quelques acteurs du secteur financier sud-africain se détériore davantage. Après sa réponse au message de la FSCA, la bourse de cryptomonnaies a indiqué qu’elle ne fournit pas de conseils financiers ou de services intermédiaires à ses clients.

Elle est aussi revenue sur ce qui est souligné dans la charte de la FSCA : cette institution ne réglemente pas les bourses de cryptomonnaies. C’est pour cette raison que Binance dit ne pas reconnaitre son autorité et a préféré « collaboré avec le FIC (Financial Intelligence Centre) ».

Si la situation est tendue en Afrique du Sud pour Binance, au Singapour, elle n’est pas plus agréable. En effet, l’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a ajouté la bourse de cryptomonnaies à sa liste de mise en garde. Cette liste permet aux investisseurs de connaître les sociétés ou entreprises qui « peuvent avoir été perçues à tort comme étant autorisées ou réglementées par la MAS ».

Binance, plus rien ne va !

Revenons au différend qui oppose Binance à la FSCA. A-t-elle raison de ne pas reconnaitre l’autorité de l’institution ? Une chose est sûre, cette institution a un rôle clairement défini dans le paysage financier sud-africain. Elle est chargée de réglementer les institutions financières comme les banques et les assureurs, tout en maintenant l’équité sur les marchés et en protégeant les consommateurs. Pour ainsi dire, elle joue le même rôle que la Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis.

Pour ce qui est du FIC, il s’attaque au problème de la criminalité financière, au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme. Si la FSCA peut correspondre à la SEC, le FIC, lui, tend vers les mêmes missions que le FinCEN, Financial Crimes Enforcement Network.

Par ailleurs, Binance a soulevé des points d’ombre dans la déclaration de la FSCA selon laquelle Binance Group est présentée comme « une société internationale située aux Seychelles ». Binance indique, de son côté, qu’aucune « entité associée nommée ‘Binance Group’ [n’existe] aux Seychelles ». Cependant, un rapport émis en février 2020 par Decrypt a prouvé que Binance était enregistrée aux îles Caïmans et aux Seychelles, même si la société hésite encore à y créer un siège social.

Depuis quelque temps, plus rien ne va pour Binance. Certes, elle n’a pas encore été accusée d’un acte répréhensible, mais la société est dans le collimateur de plusieurs autorités de régulation. Pour répondre à leurs exigences, elle a dû renforcer sa politique KYC pour ses clients afin de vérifier leur identité. Quelques jours plus tard, Brian Brooks a démissionné de son poste de PDG de Binance US en raison de divergences d’opinions sur le fonctionnement de la société et le respect des règles des régulateurs.

Dans une réponse à une déclaration publique de l’autorité de conduite du secteur financier sud-africain (FSCA), Binance a indiqué qu’elle ne reconnait pas l’autorité de l’institution. Elle préfère collaborer avec le FIC au motif que la FSCA n’a pas le droit de réglementer le marché des cryptomonnaies.

Plus d’actions
Partagez

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo