NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Bitcoin contre le FMI et la fin du Cash déguisée en Great Reset

Le Fonds Monétaire International fait partie intégrante du Great Reset (la grande réinitialisation). La présidente du FMI a fait siennes les ambitions des milliardaires de Davos. S’exprimant à la conférence FinTech de Singapour, Kristalina Georgieva a fait la promotion de l’identité digitale globale et la fin du cash. Derrière l’écran de fumée sanitaire, un agenda globaliste visant à modifier le système monétaire international sort de l’ombre.

La “vision” du Great Reset contée par le FMI

La patronne du FMI a fait pleurer dans les chaumières en ayant d’entrée une pensée pour « l’immense souffrance » provoquée par cette pandémie avant de rendre hommage aux infirmières, aux docteurs, et beaucoup d’autres, notamment « les gens de l’industrie technologique ». Ah bon…

Voici l’hommage rendu aux gens de la Tech, permettant surtout d’introduire le plan machiavélique :

« Vous avez profondément changé nos façons de travailler, d’interagir et de vivre notre vie de tous les jours. Vous avez mis le futur digital à portée de main, à notre porte.

Permettez-moi de vous présenter une vision de cet avenir et ses quatre piliers. »

Kristalina Georgieva, FMI, discours FIn Tech Singapour décembre 2020

Dans sa vision, Kristalina Georgieva met en scène une Thaïlandaise perdant son travail à l’usine à cause de la récession. Mais grâce à ce futur digital, elle pourrait « recevoir des allocations chômage sur son téléphone » qui lui permettraient de lancer son propre business. L’artisane pourrait alors « envoyer et recevoir des paiements par téléphone ». La vision continue en imaginant que « le fait de partager ses datas de paiement la rendrait éligible à un prêt ». Tout cela via une « plateforme digitale » se chargeant de ses paiements mais aussi de son « assurance, son épargne et ses options d’investissement ».

La vision s’arrête en déclarant que tout cela n’aurait pas été possible 10 ans en arrière, comme si les transferts bancaires dataient de 2010… Le réseau SWIFT, qui noyaute toutes les transactions internationales, a été lancé il y a bien plus longtemps !

SWIFT, la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication, est une société coopérative de droit belge, basée près de Bruxelles, détenue et contrôlée par ses membres que sont les plus grosses banques internationales. SWIFT est actuellement chapeauté par le patron de Citigroup. Fondée en 1973, son réseau est opérationnel depuis… 1977.

Nous pouvons lire plus loin que cette vision est “une histoire de révolution des paiements […], générant le nouvel or que sont les datas [dit autrement, votre vie privée]” grâce à “l’intégration de nos paiements à nos vies digitales“.

Dit autrement, ce récit sent bon la dystopie et annonce une fusion entre la Tech et les Banques ; l’émergence de nouvelles plateformes de paiement centralisées (les stablescoins de Facebook, Visa, Ripple, etc) ; la collecte de nos données privées.

La patronne du FMI dit un peu plus loin que les innovations de paiement vont « changer le système monétaire international ». Rien que ça… Cette déclaration fait écho à ses discours du 15 octobre (A new Bretton Woods Moment) et du 03 juin (The Great Reset)…

Est-ce que le but des manœuvres du FMI est réellement d’émanciper les artisanes thaïlandaises ? Ou bien s’agit-il de supporter la Tech dans son offensive pour avaler le monde bancaire et rajouter nos historiques d’achats à leur moisson de données ? Est-ce que la véritable ambition ne serait-elle pas plutôt de pouvoir lire au plus profond de notre moi en vue d’orienter les discours politiques ou encore nous priver de certains services, comme cela se fait en Chine via le “crédit social“.

Le “futur digital” est un monde dans lequel vous ne pourrez par exemple pas obtenir un prêt si jamais vos “datas” suggèrent que vous allez mourir plus tôt que prévu (à cause de votre alimentation ou la vitesse à laquelle vous roulez à moto, par exemple). Vous pourriez également jamais ne pouvoir progresser dans la hiérarchie sociale à cause de vos “idées”, etc.

Fin du Cash et ID 2020

Voici une autre déclaration devant nous mettre la puce à l’oreille :

« Beaucoup de gens utilisent toujours le cash, mais les chiffres peuvent rapidement diminuer. En Suède par exemple, seulement 10 % des adultes utilisent encore le cash, en baisse de 40 % par rapport à 2010. Au cours de la même période, les comptes bancaires sur téléphone ont augmenté de manière exponentielle au Kenya, de 12 millions à 61 millions, soit davantage que la population du pays. »

Kristalina Georgieva, FMI, discours FIn Tech Singapour décembre 2020

Nous lisons plus loin que le “secteur public doit participer à cette révolution » en apportant les identités digitales nécessaires. Cela tombe bien puisque la « Digital ID » est la grande marotte de Bill Gates. Le milliardaire a fondé l’organisation ID2020 en 2016 avec la famille Rockefeller. La “Blockchain” pouvant contenir les informations biométriques des humains est déjà prête à l’emploi…

scan rétinien biométrie
Scan rétinien en Afrique
scan rétinien biométrie
Une femme se fait scanner l’iris pour s’inscrire à Aadhaar. Crédit : Mansi Thapliyal/Reuters
AADHAAR Inde
Des villageoises font la queue pour s’inscrire au système de base de données de l’UID dans le district de Merta, au Rajasthan. Crédit : Mansi Thapliyal/Reuters

Kristalina Georgieva précise que sa vision ne tient la route que si internet est disponible. Or la moitié de la population mondiale n’y a pas accès, voire même 75 % pour l’Afrique subsaharienne. Le milliardaire en charge de régler ce problème est cette fois Elon Musk. Le patron de SpaceX prévoit de lancer des milliers de satellites pour diffuser internet aux quatre coins de la planète.

Tout cela s’emboîte parfaitement avec un autre discours donné la veille à propos de « l’inclusion financière ». Durant cette conférence organisée notamment par le World Economic Forum (le fameux club de Davos chapeauté par Klaus Schwab), Kristalina Georgieva a déclaré que sa priorité était de de bancariser les 1.7 milliards de personnes n’en bénéficiant pas encore.

Cela pourrait paraître louable au premier abord. Mais n’oublions pas que le FMI n’est rien d’autre que le bras armé de l’occident… Toutes ses manigances ont surtout pour but d’endetter les pays du Sud afin de les maintenir en servage…

L’objectif est dual. Il s’agit d’abord de faire disparaître le cash pour obliger tout le monde à ouvrir un compte en banque. Une fois cela acté, il est alors possible d’endetter ceux qui ne le sont pas encore. Les victimes de choix sont les fermiers qui, une fois séduits par des prêts, sont étranglés par des taux d’intérêt (entre 10 % et 20%…). Ils doivent alors vendre leurs terres pour une bouchée de pain aux multinationales telles que Monsanto… C’est exactement ce qui se joue en Inde. Lisez notre enquête sur les grandes manœuvres de la fondation Bill & Melinda Gates en Inde Ici.

Qu’on se le dise, lorsque Musk déploie ses satellites, c’est le “capitalisme usurier et de surveillance”, qui prend son envol. Le sombre dessein étant de faire tomber le reste de la population mondiale dans l’esclavage par la dette.

“L’Afrique avant (Esclavage), l’Afrique aujourd’hui (Dette)

En Inde, tout a commencé avec le numéro d’identification biométrique (identité digitale Aadhaar) pour obtenir une carte Sim et un compte bancaire. La prochaine étape est de le rendre obligatoire pour les aides sociales (distribution de grain en Inde) malgré les réticences de la Cour Suprême.

Soit dit en passant, les données d’un milliard d’indiens (empreinte, scan rétinien, photographie, etc) ont déjà été hackées et la base de donnée s’achète pour 6 £ sur le darkweb…

En Europe – où nous sommes plus pointilleux concernant le fichage numérique – c’est via les passeports Covid digitaux que l’identité digitale (digital ID immunity passports) pourrait s’immiscer dans nos vies. L’entreprise Suisse WISeKey, une entreprise spécialisée dans la cybersécurité et l’internet of Things, a par exemple créé l’app WIShelter qui permet d’uploader un certificat de test Covid. L’app est basée sur une blockchain s’inscrivant dans le mouvement général de l’identité digitale. Accepter le passeport Covid digital revient à mettre le doigt dans l’engrenage…

Il est également à prévoir que cette identité digitale soit bientôt requise pour obtenir des aides de la part des Banques Centrales. Il était en effet prévu aux États-Unis de verser le chèque de 1200 $ (aide sociale) sous forme de « Digital Dollar » (CBDC pour les intimes). Mais les républicains ont préféré envoyer un bon vieux chèque papier.

Tout cela est raccord avec une autre déclaration de la présidente du FMI dans son discours donné au forum FinTech de Singapour :

« Comment la monnaie de la banque centrale doit-elle évoluer à l’ère digitale ? À mesure que de nouveaux prestataires de services de paiement apparaîtront, auront-ils eux aussi accès à la monnaie de banque centrale ? Une version digitale des billets et des pièces sera-t-elle introduite ? De nombreux pays envisagent justement cette possibilité. »

Kristalina Georgieva, FMI, discours FIn Tech Singapour décembre 2020

Le FMI fait clairement un appel du pied en faveur de la digitalisation des monnaies. Comme si la monnaie n’était pas déjà digitale… Avoir conscience de cette simple réalité révèle que l’objectif est bien de substituer le Digital Dollar/Euro à l’argent papier. Ils mentiront comme des arracheurs de dents pour nous le vendre mais personne n’est dupe.

Il suffit pour finir de s’en convaincre d’aller faire un tour sur le site d’une autre organisation fondée par la fondation de Bill Gates : la « Better than Cash Alliance ». Comme son nom l’indique, cette alliance a pour but de faire disparaître le cash et a ses quartiers à l’ONU…

Better than cash alliance
Bleu : liste des pays membres de “Better than cash alliance”
Vert foncé : liste des pays alignés avec les principes de “l’inclusion financière digitale”

Bill aime bien les institutions internationales. À ce propos, notez que Mr Gates est le plus grand mécène de l’OMS, l’organisation mondiale de la santé…

À la lumière de ces informations, on comprend mieux pourquoi Bill Gates s’est posé en grand ennemi du Bitcoin (BTC)… Si les milliardaires parviennent à leurs fins, ils seront au courant de nos moindres faits et gestes. Nous n’aurons plus aucune chance de nous protéger de la répression financière que sont les taux négatifs et l’inflation. Le Bitcoin deviendrait alors l’unique échappatoire à ce système orwellien de surveillance de masse. CQFD

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo