NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

Bithumb interdit à ses employés de négocier des actifs sur son site

Personne ne l’a vu venir ! La nouvelle disposition prise par Bithumb est pour le moins déroutante. En effet, la bourse de cryptomonnaies sud-coréenne a décidé d’interdire à ses salariés de négocier des actifs numériques sur sa plateforme. Étrange décision, mais bien justifiée selon la direction.

bitcoins, Bithumb logo of crypto-exchange on the screen smartpho

Une loi avec une amende de 88 000 $

Vendredi 2 juillet, la bourse de cryptomonnaies Bithumb a fait une annonce retentissante. Désormais, ses propres employés n’auront plus la possibilité de bénéficier de ses services. En tout cas, ils ne pourront plus y faire des négociations d’actifs.

D’après la direction de l’institution, cette disposition n’est pas prise pour rien. Elle vise à améliorer la transparence autour des transactions de cryptomonnaies. Cependant, dans le fond, des experts pensent que la bourse n’essaie que de se conformer aux mesures législatives. En effet, ils avancent qu’une loi sera bientôt prise en Corée du Sud. Cette loi interdirait à toutes les bourses de cryptomonnaies locales de permettre à leurs employés de négocier des devises numériques sur leurs plateformes.

Les défenseurs de cette théorie avancent même une date pour l’entrée en vigueur de la loi : la date du 25 septembre. La loi serait assortie d’une sanction forte. Tous les employés qui ne se conformeraient pas à la disposition auront une amende pouvant aller jusqu’à 100 millions de wons, soit 88 000 $, de la part de la Commission coréenne des services financiers (FSC).

Dans son annonce officielle, Bithumb promet qu’elle rendra sa décision effective à compter de la fin de ce mois (juillet). « À partir de ce mois-ci, nous contrôlerons strictement le respect ou non de la réglementation par les employés grâce à une surveillance continue, un autoaudit et un système de reporting interne », a affirmé la bourse.

Des restrictions et des bourses qui fermeront

Par le passé, Bithumb avait déjà imposé des restrictions à son personnel. Par exemple, la société leur avait interdit de négocier des actifs durant leurs heures de travail. Aussi, aucun membre du personnel ne doit acheter de nouveaux actifs numériques dans les 72 h après leur cotation en bourse. Enfin, la bourse a imposé à ses employés de ne pas utiliser les informations de l’entreprise dans le but de profiter d’un quelconque avantage commercial.

À l’heure actuelle, la nouvelle loi censée entrer en vigueur en septembre n’est pas encore annoncée officiellement. Toutefois, il y a fort à parier que d’autres bourses à l’instar de Korbit et Upbit suivront le même chemin que Bithumb.

La loi prévoirait aussi que les bourses de cryptomonnaies en Corée du Sud entrent en collaboration avec les banques locales dans le but d’ouvrir des comptes bancaires au nom de leurs clients (avec les noms réels) d’ici le 24 septembre. De nombreuses petites places boursières pourraient se voir contraintes de fermer à cause des nouvelles mesures.

La Corée du Sud se propose de durcir un peu les règles en ce qui concerne les transactions financières impliquant les cryptomonnaies. Le 25 septembre prochain, une nouvelle loi pourrait interdire aux employés des bourses de cryptomonnaies de négocier des actifs sur les sites des bourses pour lesquels ils travaillent. Bithumb a annoncé d’ores et déjà qu’elle se plie à cette disposition.

Plus d’actions
Partagez

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo