Se connecter S'abonner

Cryptomonnaie Nano (NANO) : les développeurs associés au projet demandent 701 000 USD de dédommagement au Tribunal

701 000 dollars américains, c’est le montant des dommages et intérêts demandé par les développeurs de la crypto monnaie Nano auprès d’un tribunal de la Californie à l’issue d’un recours collectif. Lequel est exempt de fondement juridique selon ses fondateurs.

Une retombée du piratage de BitGrail

Les développeurs de Nano estiment que la réclamation déposée par l’acheteur de tokensAlec Otto ainsi que le recours collectif la concernant souffrent d’un dépôt tardif. Ceux-ci vont même jusqu’à dire que leurs adversaires n’ont fait qu’avancer des arguments absurdes et dépourvus de fondement juridique et qu’il manquait de preuves à leurs allégations.

Ils ont également fait savoir que le droit des valeurs mobilières ne prévoit aucune sanction à l’encontre d’Otto et son équipe s’ils décidaient de retirer leurs réclamations contre Nano. Lesquels ont, à titre de rappel, accusé cette dernière de fraude, de viol des lois sur les valeurs mobilières et d’infractions à l’issue de la perte de millions de tokens Nano provoquée par le piratage de BitGrail.

Otto, un menteur de première ?

Il a fallu, à la demande d’Otto, une délibération et un temps d’attente en vue de la délivrance de la certification du groupe pour que l’avocat accepte de demander le rejet des poursuites. S’ajoutait à cela une demande d’organisation de séances d’informations visant à évaluer l’adéquation des sanctions prononcées contre Otto et son équipe juridique.

De leur côté, les défendeurs fustigent la présence d’importantes lacunes d’argumentation côté témoignage d’Otto. Ces derniers étaient même allés jusqu’à dire que Mr Otto et son avocat ont inventé une partie des données contenues dans ledit témoignage.

Selon la partie adverse, les deux entités citées ci-dessus ont mentionné des dates qui n’existaient même pas. Même les montants de XRB achetés par Otto sur BitGrail sont inexacts. Quant au montant de la somme perdu par ce dernier à l’issue de la fermeture de l’échange, il est loin d’être fiable.

Par ailleurs, Mr Otto indique dans son témoignage qu’il ne connaissait pas précisément le nombre de XRB en sa possession au moment de l’achat. Aussi, il lui manquait des précisions sur ses avoirs sur BitGrail au moment de sa fermeture.

Pour le moment, le Tribunal ne s’est pas encore prononcé sur l’affaire opposant les développeurs de Nano à Mr Otto. Les observateurs se soucient toutefois de la capacité de Nano à garantir les dommages et intérêts demandés à l’issue du procès.

Plus d’actions
Partagez

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo