Grayscale peut perdre des milliards à cause d’un ETF Bitcoin (BTC)

ven 15 Oct 2021 ▪ 19h30 ▪ 5 min de lecture - par Clément Dubois

Les investisseurs américains du Grayscale Bitcoin Trust risquent de perdre des milliards de dollars suite à l’approbation d’un ETF Bitcoin à terme fiat en raison d’une distinction arbitraire de la SEC qui transforme le régulateur en gagnant et perdant lors d’une interférence sur le marché.

Les risques des investisseurs américains

Les spéculations s’intensifient sur l’imminence d’une approbation d’ETF Bitcoin, la Securities and Exchanges Commission (SEC) elle-même ajoutant au battage médiatique.

« Avant d’investir dans un fonds qui détient des contrats à terme sur le bitcoin, assurez-vous de bien peser les risques et les bénéfices potentiels », a déclaré la SEC jeudi.

De nouvelles rumeurs selon lesquelles la SEC ne s’opposerait pas à la création des fonds ETF Bitcoin à terme fiat ont encore accru l’anticipation, la première décision étant attendue pour le 25 octobre.

Cette distinction entre les ETF Bitcoin à terme fiat et les ETF Bitcoin au comptant risque de choisir des gagnants et des perdants avec Grayscale, et les milliers d’Américains qui ont investi dans leur « trust » sont potentiellement les plus grands perdants.

Les échappatoires de Grayscale 

Grayscale utilise une échappatoire qui permet de négocier des actions rachetables en bitcoins si elles sont détenues pendant six mois avant d’être vendues.

Cette période de six mois empêche un arbitrage correct, de sorte que la fiducie se négocie à une forte prime ou à une décote considérable.

Une fois qu’il y aura un nouvel ETF, pour éviter cette période de blocage de six mois, les investisseurs peuvent se détourner de Grayscale, ce qui peut être facilement résolu en transformant le trust en ETF, Grayscale déclarant elle-même que c’est son intention.

La distinction arbitraire faite par le président de la SEC, Gary Gensler, entre les ETF Bitcoin au comptant et en fiat, pourrait rendre cette transformation impossible dans un avenir proche.

Gensler n’a pas expliqué pourquoi il fait cette distinction arbitraire. Les risques liés à la garde pourraient être une raison, mais les exigences en matière d’assurance peuvent facilement répondre à ce risque, d’autant plus que Grayscale a prouvé qu’elle pouvait garder les bitcoins en toute sécurité au cours des huit dernières années environ.

La SEC peut au contraire ouvrir un nouveau risque en provoquant une décote plus forte des actions de fiducie de Grayscale qui ne peut pas être facilement traitée en raison de la période de blocage de six mois.

« Chaque ETF de Grayscale se négocie maintenant à une décote considérable, les actions supplémentaires d’une valeur de 5 milliards de dollars sont bloquées en vue de la conversion selon la règle 144. Pourquoi la SEC refuse-t-elle d’approuver un ETF au comptant qui permettrait aux détaillants d’économiser 5 à 10 milliards de dollars ? », déclare Ryan Selkis, fondateur de Messari.

Grayscale a actuellement 38,5 milliards de dollars, soit 647 574 bitcoins, dans son trust. Il se négocie actuellement à une décote de 16,62 %. Une action GBTC coûte 44,91 dollars alors que le prix du marché du bitcoin utilisé pour frapper cette action est de 53,86 dollars.

Les conséquences de transformation du GBTC en ETF

Transformer le GBTC en ETF effacerait instantanément toute décote ou prime en raison d’un arbitrage instantané et lucratif. La SEC a cependant l’intention d’ajouter une concurrence aux ETF fiat sans pour autant mettre le GBTC sur un pied d’égalité avec le marché. Cela aggraverait la situation du GBTC pendant ces six mois, car les investisseurs institutionnels ne pourront pas se contenter de leur confiance comme étant le seul choix possible aux Etats-Unis.

Les investisseurs peuvent racheter les monnaies réelles et les détenir en tant que telles ou les garder aux échanges au comptant, mais cela pourrait entraîner des pertes pour les détenteurs d’ETF Bitcoin fiat au fur et à mesure que cette nouvelle offre est ajoutée.

Ce qui pourrait soulever la question de savoir si la Securities and Exchanges Commission protège le public ou lui nuit activement.

Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.