NOUVEAU JEU CONCOURS : UNE PS5 À GAGNER CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

IBM utilise une blockchain pour tracer le cobalt Congolais

Un smartphone, un ordinateur portable ou une voiture électrique sont des objets qui visent à faciliter notre vie quotidienne et certains ne peuvent s’en passer. Les petites mains qui nous permettent d’avoir ces innovations sont parfois des enfants qui travaillent dans les mines au Congo. Dans le souci de mettre fin à ces abus, IBM a mis en place une Blockchain afin d’améliorer la transparence au sein de la chaîne d’approvisionnement.

Le calvaire des enfants dans les mines de cobalt

Engagement écologique oblige, de nombreuses entreprises veulent réduire la pollution. Cette tendance est à l’origine de profonds changements dans l’industrie automobile. Désormais, les grands constructeurs misent sur la voiture électrique et cette tendance devrait s’accentuer en 2021.  

Afin d’atteindre cet objectif, les constructeurs ont besoin de la batterie lithium-ion,dont la fabrication nécessite le cobalt, une matière première dont 60% de la production mondiale provient de la République Démocratique du Congo.

D’après IBM Blockchain, 45% de cette production (mondiale) proviendrait des opérations minières à grande échelle et pas moins de 15% viennent de « petites mines de la RDC, où enfants et adultes travaillent dans des conditions dangereuses pour extraire le minerai à la main ».

Le 15 Novembre 2017, Amnesty International publiait une enquête nommée « ces enfants qui travaillent pour nos batteries ». L’ONG a démontré que le fait de creuser des tunnels à la main expose à de nombreux risques d’accidents mortels et d’affections pulmonaires.

Les enquêteurs auraient suivi « le parcours du cobalt de ces mines, qui a été livré à une entreprise chinoise de transformation appelée Huayu Cobalt, dont les produits se retrouvent in fine dans les batteries utilisées pour des appareils électroniques et des véhicules électriques ».

Géants de la tech complices de la mort d’enfants?

L’organisation aurait répertorié 28 “entreprises susceptibles d’être liées à Huayu Cobalt” en se basant sur des normes internationales qui appellent ces derniers à exercer un « devoir de vigilance sur leurs chaînes d’approvisionnement, et leur obligation de transparence au sujet des risques qui y sont associés en matière des droits humains ».

Apple, Samsung Electronics, Dell, Microsoft, BMW, Renault et Tesla ont tous été pointés du doigt et selon Amnesty, aucune de ces entreprises n’a agit pour se conformer à ces normes internationales, malgré la connaissance des risques de violations des droits humains.

Prouver un approvisionnement responsable grâce à la Blockchain 

Les pressions sur les entreprises susmentionnées arrivent de toutes parts. Gouvernements, organismes de réglementation, marchés financiers et ONG, tous auraient exigé que le cobalt extrait à la main soit exclu des chaînes d’approvisionnement.

A la suite de ces multiples appels, IBM a créé une solution qui permet de démontrer que l’approvisionnement responsable, un objectif qui paraissait “inatteignable”, peut être possible grâce à la Blockchain.

La fameuse solution est  appelée Responsible Sourcing Blockchain Network (RSBN). Elle est construite sur IBM Blockchain Platform. D’après IBM “elle fournit la transparence, la confiance et la sécurité nécessaires pour démontrer un approvisionnement responsable en Cobalt”. 

Explication du fonctionnement de RSBN

Pour la société, les avantages de l’utilisation de la blockchain dans le processus comprennent :

  •    Un registre immuable qui documente la preuve de production éthique,
  •  Le stockage sécurisé et non corruptible des informations de provenance et des certificats de production responsable,
  • La possibilité de transmettre une preuve tout en protégeant les informations confidentielles ou concurrentielles,
  • Le contrôle décentralisé afin qu’aucune entité ne puisse corrompre le processus, ce qui favorise la confiance,
  • La réduction des coûts grâce à la numérisation du processus,
  •  Etc.

En pratique, la RSBN permettrait de suivre la production du cobalt de la mine jusqu’à au produit final (téléphone, voiture électrique,). A chaque étape de la chaîne d’approvisionnement, les participants au protocole vérifient les entités habilitées à avoir accès à différentes informations. Une fois faites, les données sont ajoutées au registre avec la garantie qu’elles ne peuvent plus être manipulées, modifiées ou supprimées.

Les géants de l’électronique tels que Ford Motor Company, Volkswagen Group, LG Chem, Huayu Cobalt,…  participent à l’aventure. Volvo Cars, Fiat Chrysler Automobiles et d’autres géants qui importent les minerais dits « de conflits » ont également pris part au projet.

Cependant, des questions se posent sur la pertinence de l’infrastructure elle-même. En fait, le processus consiste à étiqueter les sacs de cobalt produits par un mineur artisanal contrôlé. A chaque étape avant la fonderie, des nouvelles données sont inscrites sur une blockchain privée mais cela ne garantit pas en soi l’existence d’une preuve irréfutable sur l’origine du contenu, surtout dans un pays où règne la corruption à tous les niveaux. Argument marketing ou réelle solution pour limiter les violations des droits humains? Seul l’avenir nous le dira.

Plus d’actions
Partagez

( African continent )

Salut, c’est Gloire. En 2014 j’ai entendu parler de bitcoin à la télé avant de m’intéresser du sujet fin 2017. Depuis, chaque jour j’apprends à le comprendre tout en partageant mes petites découvertes avec la communauté.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo