A
A

La réputation du Bitcoin (BTC) est encore dissuasive pour les institutionnels

mar 15 Déc 2020 ▪ 19h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Avec 2 ou 3 investisseurs institutionnels supplémentaires comme Grayscale, Bitcoin (BTC) n’aurait aucun mal à atteindre les 6 chiffres. L’entrée massive des institutionnels est cependant confrontée à de nombreux obstacles. Le BTC doit se refaire un nom et faire oublier certains liens qu’il a tissés avec le darknet et qui ont sali son image.

Silk Road a laissé des traces

Selon l’analyste de Draper Dragon, Robert Li, bien que quelques institutionnels aient acquis de grosses quantités de Bitcoin, de nombreux obstacles empêchent encore ces derniers d’investir à plus grande échelle.

Lors de la Latin America Bitcoin Conference du 8 décembre 2020, Li a indiqué que plusieurs problèmes empêchent les institutionnels d’allouer une part importante de leurs capitaux à Bitcoin.

Le premier est celui de la réputation du Bitcoin, associée durant un temps au crime organisé, aux terroristes et au trafic de drogue. De nombreuses personnes considèrent Bitcoin comme une fraude ou une escroquerie. Le Silk Road fut un exemple d’activité illicite facilitée par Bitcoin.

Bien que la place de Bitcoin soit de plus en plus légitimée grâce à l’action de certains gouvernements et de grandes sociétés comme Paypal ou Square, la réputation de Bitcoin n’est pas le seul facteur dissuasif pour les investisseurs.

D’obstacle en obstacle

Le second obstacle à une adoption massive de Bitcoin par les institutionnels, est lié à la règlementation. Li estime que certains pays ont plus d’avance tandis que d’autres, comme les États-Unis, sont à la traîne.

En effet, pour les États-Unis, les exchanges au comptant ne sont pas règlementés de la même manière que les bourses de valeurs mobilières, comme le Nyse ou le Nasdaq.

Li a également souligné que les grands acteurs se méfient des possibilités de manipulation du marché, compte tenu de l’évolution passée du cours du BTC.

Les investisseurs institutionnels craignent également la volatilité du prix du Bitcoin. A cela s’ajoute l’absence d’outils et de services dédiés aux institutionnels.

Aux exchanges de lancer maintenant de nouveaux services professionnels dédiés au trading de Bitcoin pour les institutionnels ? Tous ces obstacles disparaitront-ils « par magie » si le dollar continuait de se déprécier, de quoi motiver – ou obliger – les investisseurs institutionnels à se tourner vers Bitcoin ? L’image de « bad crypto » de Bitcoin finira bien par s’effacer avec le temps. 1 BTC à 100 000 USD : de quoi se refaire une nouvelle réputation et faire oublier les aventures du darknet ? A moins que le véritable obstacle ne soit tout simplement un manque de connaissances sur Bitcoin.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !