A
A

La SEC devrait déclarer Ripple (XRP) comme un security et pas comme un utility, selon Peter Brandt

lun 16 Nov 2020 ▪ 16h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Le CTO de Ripple (XRP) avait tenté de répondre au manque d’adoption du projet. Les détenteurs de XRP attendent encore que ce dernier les rende riche.

Sur le papier, Ripple est un token utilitaire nécessaire au bon fonctionnement des logiciels de transactions transfrontalières vendues par la société aux institutions financières traditionnelles.

Dans la pratique, il existe un flou autour du statut juridique du XRP qui pourrait très bientôt quitter l’Oncle Sam pour l’Empire du soleil levant.

La SEC en manque de formation sur les cryptos

Le XRP est-il un token utilitaire ou un token spéculatif ? Pour Peter Brandt, la quatrième cryptomonnaie du marché est un titre, elle devrait donc relever de la compétence de la Securities and Exchange Commission (SEC).

Dans son tweet du 10 novembre, Brandt a indiqué que si la SEC disposait d’une bonne compréhension du sujet, le XRP aurait été considéré comme un titre.

Le commentaire de Brandt fait suite au tweet du twitto Rexiby crypto, qui déclarait que Ripple détenait la moitié de l’offre de XRP en circulation.

Brandt avait alors insinué qu’il s’agissait d’un cas classique de manipulation de marché.

Yōkoso Ripple

Le rapport d’activités sur le 3ème trimestre de Ripple, publié le 5 novembre 2020, indique que la société avait acquis près de 46 millions de dollars de tokens XRP pour la période.

Les responsables justifient cette décision par la nécessité de soutenir des « marchés sains ». Selon les données officielles, 60 milliards de XRP seraient dans les wallets de la société.

L’incertitude règlementaire autour du XRP est à l’origine de nombreuses procédures judiciaires basées sur l’hypothèse que le XRP est un titre non-enregistré.

La SEC elle-même n’a pas encore adopté de position claire. Ripple aurait entamé des procédures pour s’implanter à l’étranger, le flou juridique qui entoure le statut du token menacerait ses activités.

Le Japon serait l’un des premiers choix de la société, le XRP est d’ailleurs l’une des cryptomonnaies les plus plébiscitées du pays.

Le XRP fera-t-il bientôt partie du tableau de chasse de la SEC ? On attend toujours une position claire et ferme de cette dernière sur le sujet. Une fuite vers le Japon suffira-t-elle à couvrir juridiquement Ripple si la SEC déclare le XRP comme un titre non enregistré vendu par le passé sur le territoire américain ? La CFTC veut la peau de BitMEX, John McAfee est en attente de son extradition vers les Etats-Unis. Le monde est petit, notamment quand l’Oncle Sam a une dent contre vous – la Cryptoqueen court cependant toujours.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !