A
A

Pour Square, la FinCen ne tourne pas rond avec la réglementation des wallets

sam 09 Jan 2021 ▪ 16h00 ▪ 3 min de lecture - par Rédaction CT

Alors que les acteurs de la cryptosphère avaient jusqu’au 04 janvier 2021 pour débattre de la nouvelle proposition de loi de la FinCen, Square a attendu la date limite pour se prononcer. À l’instar des structures ayant réagi avant elle, la société n’a pas manqué d’afficher ses craintes et réticences quant à l’application d’une telle loi. Évoquant une quête inutile d’informations supplémentaires sur les utilisateurs des wallets, Square explique que la proposition de la FinCen ne ferait que nuire au secteur.  

La finance traditionnelle privilégiée par la FinCen

L’une des principales craintes formulées par Square dans sa lettre adressée à la FinCen est de voir les cryptophiles s’éloigner des marchés US pour des eaux plus troubles.

La société évoque notamment la possibilité qu’ils optent pour des services ou portefeuilles de gardes situés hors de la juridiction américaine et passifs en termes de réglementations.

Appelant l’autorité de régulation à ne pas créer des frictions inutiles, Square rappelle à celle-ci qu’elle aurait également beaucoup à perdre en empruntant ce chemin.

Pour Square, « la FinCen aura en fait moins de visibilité dans l’univers des transactions de cryptomonnaies qu’aujourd’hui ».

La seconde crainte de Square, et pas des moindres, est d’assister à l’avènement d’un terrain de jeu inégal qui profiterait aux institutions financières traditionnelles.

Elle estime qu’il s’agit là d’un scénario susceptible de se produire si la proposition de la FinCen venait à être mise en œuvre.

Plus loin, Square évoque une entrave à l’adoption généralisée des cryptomonnaies et une atteinte portée à la vie privée des clients.

Square a indiqué que « si la proposition était mise en œuvre telle qu’elle est écrite, Square serait obligé de collecter des données peu fiables sur les personnes qui n’ont pas choisi notre service ou qui ne se sont pas inscrites comme clients ».

La FinCen détruit les fondations

Dans le dernier point abordé dans sa lettre, Square ne comprend pas pourquoi la FinCen s’efforce de démolir l’édifice en cours de construction dans le secteur de la lutte contre le blanchiment d’argent.

En plus d’entraver l’inclusion financière, Square estime que cette loi qu’elle qualifie d’arbitraire posera plusieurs problèmes pratiques.

Selon Square, « Cette proposition favorisera l’innovation et l’emploi en dehors des États-Unis et des institutions réglementées. Nous pensons que le travail que l’industrie et les services répressifs ont fait et continuent de faire ensemble a été efficace et devrait être soutenu et renforcé »

La position affichée par la société rappelle celle prise un peu plus tôt par Elliptic qui avait déjà présenté la nouvelle loi comme inefficace. À l’instar d’autres poids lourds de l’industrie qui n’ont toujours pas partagé leur avis sur le sujet, Coinbase a demandé à la FinCen d’accorder un délai supplémentaire afin de recueillir un maximum d’avis.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !