A
A

Pour Vitalik Buterin, Parler a le droit d’exister

mer 20 Jan 2021 ▪ 12h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Big Brother portait déjà atteinte à la liberté des citoyens, il fallait que Big Tech s’y mette également. Parler est victime de la concentration du pouvoir entre les mains des grandes plateformes tech US. Le web est devenu un gouvernement dangereux pour les media accordant la liberté d’expression aux acteurs qui déplaisent à Google, Apple, ou encore Amazon.

Démocratie, tu parles !

Parler subit les attaques des géants du web qui lui reprochent d’avoir été le canal de communication ayant permis le mouvement de foule des Trumpistes vers le Capitole.

La répression de la Big Tech contre Parler qui se présente comme une alternative à Twitter, a suscité des critiques de la part des cryptophiles.

Pour Vitalik Buterin, “Parler a le droit d’exister, point final”. Il a ajouté que les tentatives d’élimination de l’application sont très inquiétantes.

Les membres de la communauté Ethereum (ETH) soutiennent sa position. Pour Buterin, les cryptomonnaies ont un rôle à jouer dans la protection des réseaux sociaux.

Le pack anti-censure d’Ethereum

Google et Apple ont sorti Parler de leur app sorte. Amazon a cessé d’héberger l’application.

La cryptosphère a exprimé son désaccord avec le géant du commerce en ligne américaine.

Le co-fondateur d’Ethereum Cat HerdersHudson Jameson, a indiqué que la décentralisation contribue à la résistance face à la censure.

Ethereum résiste à la censure mais, ses applications ne peuvent modérer l’activité de ses utilisateurs.

Les protocoles Web3, tels que Tor et Ethereum,  permettent la libre circulation de l’information dans une infrastructure publique partagée.

Le PDG d’Unstoppable DomainBrad Kam, défend la propriété numérique ; sa société fournit des noms de domaine résistants à la censure.

Les noms de domaine d’Unstoppable Domain sont basés sur Ethereum. Ils fonctionnent comme ceux offerts par Zilliqa (ZIL) et Ethereum Name Service.

Les noms de domaine redirigent vers des sites hébergés sur l’InterPlanetary File System. Ni Amazon ni le gouvernement ne peuvent supprimer ces derniers.

The Coin Tribune risque-t-il d’être censuré par des gouvernements ou par la Big Tech à force de défendre les projets cryptos et de pointer les faiblesses des fiats ? Les media sociaux anti-establishment pourront se tourner vers les protocoles offrant une protection au droit à l’anonymat et à la censure. Passeport vaccinal, des CBDC intrusives, une Big data combinée à l’IA pour ficher un individu, etc. : on vit dans un drôle de monde où il va falloir (encore) se battre – avec certes des armes différentes – pour pouvoir gagner sa liberté.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !