Se connecter S'abonner

Telegram annonce que TON ne sera pas intégré à sa célèbre messagerie à son lancement

La SEC en fait-elle des TON contre TeleGRAM ? Les frères Nikolaï et Pavel Dourov ont montré qu’ils n’avaient pas l’intention de se laisser faire. Mais laissons un instant ces guéguerres judiciaires de côté pour analyser calmement le communiqué du 6 janvier 2020 de Telegram, concernant sa blockchain TON et sa crypto native GRAM.

TON fera cavalier seul, il ne sera pas intégré à Telegram. La société a publié une série de mesures censées assurer la décentralisation de sa blockchain.

Initiateur et non proprio !

Dans son communiqué du 6 janvier 2020, Telegram annonce qu’il ne sera aucunement tenu de maintenir sa blockchain TON, ni de développer des Dapps basées sur cette dernière. Il est même possible que Telegram ne le fasse jamais.

Telegram se contentera de lancer sa blockchain et laissera à sa communauté le soin de développer son écosystème. Il pourrait ou pas contribuer directement à ce développement.

Le code source de TON sera disponible en open source et accessible au grand public. Telegram et ses employés s’engagent à n’exercer aucune forme de contrôle sur le fonctionnement de TON.

Et enfin, TON sera autonome, ilne sera pas intégré à son lancement à la messagerie de Telegram. Ce dernier se réserve cependant le droit le faire ultérieurement.

La moitié du communiqué poursuite un objectif de communication clair : TON sera décentralisé, sans aucun pouvoir central susceptible d’influencer à lui seul sa trajectoire de développement.

Pic et pic et coléGRAM

Telegram a rappelé qu’aucun GRAM n’a encore été émis sur TON, mettant en garde la communauté contre les scams (offre de prévente de GRAM, une prétendue affiliation avec Telegram, etc.).

Les autorités de régulation américaines ont pourtant en leur possession une transcription des échanges entre John Hyman et certains investisseurs négociant les tokens GRAM.

La société rappelle également que l’objectif initial des GRAM n’est pas d’enrichir ses détenteurs mais, de servir de moyens d’échanges entre les utilisateurs de TON.

De plus, le fait de posséder des GRAM ne fera pas de son détenteur un actionnaire de Telegram ou de ses sociétés affiliées, « comme le fait de posséder des euros ne donne pas de parts dans l’Union européenne. »

Faire taire les rumeurs autour de TON et de GRAM : Telegram a publié un communiqué officiel dans lequel il partage sa vision d’un TON appartenant à tous ses utilisateurs et d’un GRAM qui n’est pas destiné à servir les intérêts des spéculateurs. Discours vertueux sincère ou stratégie de communication pour se blanchir des accusations de la SEC et gagner quelques points en vue d’un procès ?

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo