Top chrono : la Banque de France expérimente sa CBDC sur la blockchain privée SETL à des fins de règlement interbancaire

jeu 21 Jan 2021 ▪ 17h14 ▪ 5 min de lecture - par Karen Jouve

La news faisait déjà la une dans les colonnes de Thecointribune il y a quelques mois, la Banque de France ayant officiellement annoncé le lancement d’expérimentations pour créer un projet de crypto-euro franco-français, aussi appelé MDBC (Monnaie Digitale de Banque Centrale) ou CBDC pour les intimes. 

De nombreux candidats

Il faut dire que les candidats pouvaient se targuer d’arborer l’écharpe bleu, blanc, rouge, car rappelons les principaux protagonistes de l’affaire : 

  • Société Générale – Forge pour les aspects monétaires et le portage du projet 
  • Tezos, célèbre cryptomonnaie française pour sa technologie blockchain 
  • Nomadis Labs, pour sa connaissance de l’écosystème Tezos et la qualité et la force de frappe de ses équipes de R & D 

Alors que de nombreuses banques centrales dans le monde accélèrent la création et l’expérimentation de cryptomonnaies souveraines, on se dit que c’est plutôt un bon signe de voir l’avancée de la France en la matière.

Mais regardons de plus près la nouvelle expérimentation qui s’est tenue de Décembre à aujourd’hui, avec IZNES et la blockchain privée SETL, une fintech basée à Londres, qui propose des solutions de règlement et de paiement s’appuyant sur une infrastructure blockchain et notamment soutenue par le Crédit Agricole. Cette expérimentation répond à un appel à projet dont le but est, entre autres, d’analyser l’effet d’une telle monnaie sur la stabilité financière, la politique monétaire et l’environnement régulatoire. 

La Banque de France réalise la première transaction de fonds CBDC au monde en utilisant la blockchain SETL à des fins de règlement interbancaire

La Banque de France a achevé avec succès son projet pilote de monnaie numérique de banque centrale (CBDC) en collaboration avec la fintech SETL, le tout officialisé dans un communiqué de presse paru le 19 Janvier 2021. C’est l’ensemble du cycle de vie d’une CBDC qui a été testé, avec succès.

Selon le communiqué, le projet pilote a débuté le 17 décembre 2020 et a utilisé le registre distribué (DLT) fourni par SETL et l’infrastructure permettant l’émission et le rachat de token CBDC. L’expérience a été réalisée sur la plateforme IZNES (conçue à l’origine pour conserver les données pour les fonds européens) en collaboration avec Citi, CACEIS, la banque dépositaire du groupe Crédit Agricole, Groupama Asset Management, OFI Asset Management et DXC Technology.

Pour l’anecdote, SETL a été fondé par l’un des anciens directeurs exécutif de la Banque de Londre, et son conseil d’administration compte, entre autres, un ancien gouverneur de la Banque de France.

Citi et CACEIS sont intervenues en tant que banques commerciales participantes pour l’achat de token CDBC à la Banque de France. CACEIS est également intervenu en tant que dépositaire des fonds Groupama. Les actions du fonds monétaire « Groupama Enterprises » ont été souscrites puis rachetées sur la plateforme IZNES à l’aide de token CBDC créés par la Banque de France.Le montant global des transactions a dépassé les 2 millions d’euros.

La Banque de France a déclaré que l’avantage d’avoir une monnaie numérique était la possibilité d’effectuer des transactions instantanées, tout en maintenant la traçabilité de la monnaie :

« D’un point de vue technologique, l’expérience a nécessité le développement et le déploiement de smart contract afin que la Banque de France puisse émettre et contrôler la circulation des token de CBDC et que leur transfert ait lieu simultanément à la livraison des token de parts de fonds dans le portefeuille des investisseurs« .

Banque de France

Selon SETL, cette expérience réussie teste les leviers qu’offre une monnaie numérique de banque centrale pour améliorer l’efficacité et la résilience du règlement des actifs financiers dans un environnement blockchain.

Ce n’est pas la première fois que la Banque de France teste son euro numérique. En mai 2020, la Banque de France avait collaboré avec la banque d’investissement Société Générale pour expérimenter l’utilisation de la CBDC pour le règlement d’une émission de titres financiers numériques. Et plus largement en Europe, d’autres banques centrales se prêtent au jeu comme la Banque nationale Suisse qui expérimentait son projet Helvetia, en collaboration avec la Banque des Règlements Internationaux.

Le communiqué de presse de la banque a également révélé que cette expérience est l’une des nombreuses menées dans le cadre du même programme CBDC. La Banque de France prévoit de rendre compte de ses essais supplémentaires vers le milieu de l’année 2021.

Cette nouvelle expérience représente une avancée significative dans l’évaluation de la contribution que les CBDC peuvent apporter à l’économie réelle et nous permet d’entrevoir à l’avenir un nouveau modèle économique pour nos sociétés. A quand la prochaine ?

A
A
Karen Jouve

Passionnée des nouvelles technologies, et de blockchain ! Dénicheuse de news tendances, des dernières évolutions du marché, et des pépites de l'écosystème, je me fais un plaisir de vous faire découvrir cet univers sous toutes ses couleurs.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 61 276,63 $ -0.43%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 3 713,75 $ -3.41%
DEFI (DEFIPERP) 11 572,40 $ -2.88%
MARKETS (ACWI) 103,68 $ 0.05%
GOLD (XAUUSD) 1 765,77 $ -0.1%
TECH (NDX) 15 288,90 $ 0.94%
CURRENCIES (EURUSD) 1,16 $ 0.15%
CURRENCIES (EURGBP) 0,845750 £ 0.36%
CRUDEOIL (USOIL) 82,48 $ 0.01%
IMM. US (REIT) 2 677,27 $ 0.41%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.