Se connecter S'abonner

Actifs financiers et cycles monétaires : des liens multiples pour anticiper les prix.

En économie, le domaine monétaire révèle certains processus qui respectent régularités simples ou complexes. Il en résulte un impact sur le prix des actifs financiers, en particulier à moyen terme. Une compréhension des périodes de tensions (ou de détente) permet de mieux saisir certains flux financiers et leur impact sur les prix. Nous reviendrons dans cet article spécial sur les principales logiques monétaires identifiables à ce jour et leur impact sur les actifs, dont les cryptos plus récemment.

Comprendre quelques principes monétaires

La monnaie et sa valeur

On entend domaine monétaire tout ce qui touche de près de ou de loin à la monnaie : sa valeur à l’international, sa quantité, son utilisation, etc…

La première mesure de la valeur de la monnaie (son pouvoir d’achat à l’international) est le taux de change. Le taux de change dépend de très nombreux facteurs : le solde de la balance des paiements (résultat de l’ensemble des paiements entre pays, déficitaire ou excédentaire) ou encore l’attractivité en termes d’investissements. Ce qui explique respectivement l’intérêt de porter attention à des éléments comme l’endettement extérieur, les taux ou la croissance comparative entre pays.

indice dollar et taux fed
Comparaison entre l’indice dollar et les taux de la FED. Source : tradingview.

Le graphique ci-dessus reprend la valeur de l’indice dollar (taux de change du dollar face à 6 devises). La valeur de l’indice dollar est déterminante pour la performance de nombreux actifs. Par exemple, l’or est globalement porté à la hausse quand l’indice dollar chute. Ce qui justifie également le fait que l’or réagit presque toujours positivement à un choc négatif sur les taux (la baisse des taux traduit souvent la baisse de l’indice dollar). Cette logique est aussi perceptible sur les cryptos, pour les raisons que nous allons développer. La valeur de la monnaie est donc un élément essentiel au pricing de tous les actifs. Les cryptos n’échappent pas à cette règle.  

Enfin, le prix de la monnaie au sein d’un territoire, c’est le taux d’intérêt. Plus le taux d’intérêt sera élevé, plus celui-ci pourra être amené à attirer des capitaux étrangers, en particulier dans une situation de croissance économique plus forte ou de meilleure productivité. Cependant, la hausse des taux d’intérêt traduit souvent une raréfaction des liquidités, et donc une survalorisation implicite des actifs. C’est pour cette raison que presque toutes les catastrophes boursières depuis 1950 ont été précédé par une stagnation des taux (sur des niveaux élevés – voir graphique ci-dessous).  

Comparaison entre les points haut sur les taux et sur les marchés. Source : tradingview.

La monnaie : l’importance de sa quantité et de son utilisation.

Un autre aspect moins direct à saisir dans la logique monétaire est l’importance de son utilité. Cette utilité peut se mesurer par exemple par le nombre de fois où l’on utilise une unité de monnaie (1€) en une année (c’est la vélocité). La vélocité, qui est en chute libre depuis les années 2000, permet aussi d’expliquer la variation de certains actifs comme l’or à long terme. La chute de l’utilisation de la monnaie est un effet direct de la hausse quasi-exponentielle de la masse monétaire (de la quantité de monnaie). Les agents se retrouvent dès lors avec plus de monnaie, qu’ils utilisent paradoxalement moins… C’est le principe de la dégradation monétaire.

Et c’est à ce moment que les cryptos interviennent dans une figure historique millénaire. Dans la majeure partie des grandes civilisations ayant pratiqué la dégradation monétaire abusive, on a assisté à l’apparition de monnaies clandestines (privées). Conséquence de la chute de confiance envers les institutions centrales, qui utilisent le pouvoir de création monétaire afin d’assurer leur propre maintien. La chute de la vélocité (de l’utilisation unitaire de la monnaie), la hausse de la quantité de monnaie, et la création monétaire croissante, sont autant de facteurs qui déterminent la valorisation de nombreux actifs.

De nos jours, la logique monétaire vise essentiellement à réaliser des rachats d’actifs, dont principalement des obligations d’État. En se faisant, la destruction monétaire n’est plus opérante dans le Bilan des banques centrales (les États ne voient pas leur dette diminuer : les politiques centrales sont irréversibles et l’économie réelle n’en profite pas). Cela conduit à une survalorisation des actifs au sens large (actions, immobilier, etc…) car la quantité de monnaie en circulation est condamnée à la hausse perpétuelle. Dit autrement, tant que les États s’abrutiront dans leur politiques structurellement déficitaires, la demande pour les actifs privés ne peut s’en trouver que favorisée.

L’impact sur les actifs et les périodes à risque(s)

Les cycles monétaires

Les cycles monétaires restent fortement liés aux cycles économiques. Les principaux cycles monétaires identifiables à ce jour sont aussi très proches des cycles sur le risque systémique.

À très long terme d’abord (plus de 40 ans), saisir notre position dans les cycles longs est impératif. L’économie est comme une balance permanente qui cherche à équilibrer la croissance future avec le rendement de l’avenir : le taux. Dans nos économies contemporaines, un taux réel (taux moins inflation) plus bas que la croissance peut traduire à terme une hausse des taux et/ou une baisse de la croissance potentielle. Simplement car les rendements et la croissance tendent à s’équilibrer. À cela il faut ajouter l’inflation. Le tout détermine des réajustements perpétuels…

Ainsi, l’intervention massive des banques centrales est historiquement assez répétitive. Il suffit de revenir après la Seconde Guerre mondiale où au début du XVIII siècle pour voir que les Banques centrales ont eu un Bilan comparable aux bilans centraux du XXIe siècle [BoE]. Ce cycle très long se termine historiquement par la hausse des taux. Simplement car il arrive un moment où la chute des taux centraux provoque une telle chute de la solvabilité, que le système doit opter pour la hausse des taux (voir graphique ci-dessous).

endettement, taux et base monétaire aux états-unis
Comparaison de l’endettement, des taux, et de la base monétaire aux États-Unis. Source : The changing World Order.

À moyen terme, les cycles monétaires sont très pertinents. Ils permettent de mettre en avant des périodes à risques sur les liquidités, et donc le prix des actifs. Par étude cyclique, les risques mineurs (mais considérables) à venir sur les liquidités seront ceux de janvier et août 2021, suivi de mars et octobre 2022, etc… Ce qui viendrait respecter globalement la saisonnalité des actifs comme Bitcoin (BTC) (voir ci-dessous). À plus long terme, le prochain point sensible pourrait apparaitre autour de 2026/2027.  

Les effets sur le prix des actifs

La présence de points bas ou hauts majeurs sur des cryptos du type Bitcoin est très fortement corrélée à l’évolution du stress financier. Le stress financier est lui-même très corrélé aux tensions monétaires, c’est-à-dire aux tensions sur les liquidités. Ces tensions sur les liquidités respectent des régularités complexes qui permettent de déduire certaines périodes à risque.

Des tensions monétaires sont souvent créatrices de divers phénomènes financiers dont principalement (à court terme) une correction sur les actions, les cryptos, et même les métaux précieux (voire l’immobilier pour les périodes à fort risque). En d’autres termes, la manifestation de points haut des cycles monétaires implique une hausse du risque sur la majeure partie des actifs financiers. À moyen terme, l’impact sur le prix des actifs est donc à surveiller de près. Le principal élément de mesure reste inévitablement le taux d’intérêt.

À plus long terme, l’anticipation de réajustements intenses, comme ce fut le cas durant les années 1950 ou 1980, provoque l’émergence de certaines catégories d’actifs. Le cycle monétaire actuel, débuté dans les années 1980 et qui pourrait tendre à s’achever sous 10 à 20 ans, a profité (et profite) largement aux obligations (obligations d’État qui pèsent près de 80 000Mds$ aujourd’hui). La centralisation des pouvoirs qui en découle, et le besoin de décentralisation, ont provoqué l’émergence de nouvelles classes d’actifs comme les cryptos. Cryptos qui apparaissent dès lors comme une réaction naturelle à notre position dans les cycles monétaires.

Enfin, la problématique monétaire actuelle qui se pose soulève des enjeux systémiques. Les Banques centrales ne peuvent pas opter pour des taux hyper-négatifs, ni pour des taux positifs. Il en résulte une immobilité dangereuse des politiques centrales. Immobilité qui pourrait casser la dynamique sur l’endettement observée ces 40 dernières années.  

En bref, la monnaie est une composante majeure à prendre en considération pour anticiper certains mouvements de marchés. La monnaie est d’abord définie selon des logiques de taux, d’attractivité, d’utilisation et de quantité. Ces logiques, qui influent directement sur le prix des actifs, respectent aussi des processus assez précis. Ce sont les cycles monétaires. Les tensions sur les liquidités, la croissance, ou les taux sont en lien direct avec des logiques cycliques complexes. Ces tensions traduisent le plus souvent une hausse du risque pour la plupart des actifs financiers à moyen terme. Cependant, à long terme, la considération de cycles monétaires longs permet aussi d’anticiper l’avènement massif de certaines classes d’actifs en particulier.

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Auteur de plusieurs livres, rédacteur économique et financier sur plusieurs sites, je noue depuis de nombreuses années une véritable passion pour l’analyse et l’étude des marchés et de l’économie.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo