A
A

Bitcoin (BTC) contre Taux d'intérêt négatifs - Une lutte à Mort

mar 15 Sep 2020 ▪ 14h00 ▪ 5 min de lecture - par Nicolas Teterel

Le gonflement inéluctable de la bulle d’endettement empêche toute remontée des taux d’intérêt sous peine de récession. L’épargne ne rapporte plus rien mais il y a pire. En Suisse, l’épargne est ponctionnée… par un taux négatif.

Usure

C’est ainsi, nous nous sommes laissés enfermer dans un système de création monétaire esclavagiste. Dans ce système, chaque centime en circulation est continuellement en train d’être remboursé tout en servant de gras intérêts aux banquiers.

La quantité d’argent en circulation ne cesserait jamais de diminuer si chaque nouvelle génération ne venait pas déclencher une nouvelle vague de crédits encore plus grands que ceux de la génération précédente.

Le système a besoin de ce roulement incessant de création monétaire par la dette. Si une génération décidait de ne pas emprunter (parce que la pierre serait devenue hors de prix…), l’économie s’écroulerait aussitôt. Aussi sûrement que l’on finit par tomber de vélo si l’on s’arrête de pédaler.

L’argent est le sang de l’économie. Il permet de faciliter les échanges. Moins d’argent en circulation se traduit mécaniquement par moins d’échanges, ce qui débouche sur la déflation.

Pour résumer, il y a deux grandes façons (monétaires) par lesquelles la quantité d’argent huilant l’économie peut se tarir et provoquer in fine une récession, voire une dépression.

La première, comme nous l’avons expliqué, a lieu lorsque les gens cessent d’emprunter. Face aux remboursements continuels et l’absence de nouveaux prêts, la quantité d’argent diminue. C’est la récession. La deuxième origine du tarissement de l’argent est tout simplement l’épargne. Lorsque le futur semble très incertain, l’épargne devient un réflexe qui assèche la masse d’argent circulant dans l’économie. Le sang coagule.

Taux négatif

Quel rapport avec le taux négatif ? C’est très simple. Les banques ont besoin que nous dépensions de l’argent dans un cycle sans fin. La société de consommation sous perfusion de dettes ne peut jamais faire de pause.

Nous voyons le résultat de la pause Covid (confinement). Au États-Unis, par exemple, 3 millions de jobs ont été perdus pour toujours. Des millions de personnes seraient déjà à la rue si le gouvernement n’avait pas interdit les expulsions pour impayés.

Nous avons créé un système en flux tendus où l’écrasante majorité de la population vit d’une fiche de paie à l’autre. Il est difficile de retrouver un rythme de croisière après un choc majeur. Il faut alors forcer ceux qui ont de l’épargne à dépenser pour faire redémarrer la machine. Ou bien envoyer des chèques à tout le monde comme les Americains et les Japonais l’ont fait.

D’où l’idée du taux négatif pour inciter à la dépense plutôt que de perdre de l’argent. La presse helvète rapporte que la Banque Postale Suisse, PostFinance, va prélever 0.75 % sur les comptes de tous ses clients possédant plus de 100 000 francs. Et ce n’est pas un cas isolé puisque la BinkBank le fait aussi pour des comptes supérieurs à 25 000 euros (-0.50 %).

Ce taux négatif de -0.75 % a plusieurs objectifs. Premièrement voler l’argent des épargnants…

Deuxièmement forcer ces derniers à placer leur argent dans le « PostFinance investment Product ». Dit autrement, les inciter à parier leur argent dans le casino boursier pour échapper au taux négatif. Jusqu’au jour où…

Troisièmement il s’agit de faire prendre conscience aux masses qu’on leur volera leur argent s’ils tardent trop à le dépenser. En d’autres termes, il s’agit d’une incitation à la consommation pour sauver le ponzi à l’heure où il faudrait plutôt réduire les émissions de CO2…

Cette décision devrait entrer en vigueur en 2021 et abaissera donc le seuil de 250 000 F à 100 000 F. Et ensuite ? Les comptes de 50 000 F, 10 000 F ? 10 F ?

Vous verrez qu’un jour les banques nous paierons pour que l’on emprunte. Je prends les paris. Au lieu d’un taux d’intérêt de 1 %, les banques nous payeront 1 % chaque année pour maintenir le vélo droit. Donc bientôt un taux négatif sur les emprunts aussi…

Notre système de création monétaire est en sursis. Cette machine infernale va bientôt rencontrer les limites physiques de la croissance et s’écrouler sur elle-même. Le Bitcoin ne repose pas sur un endettement ponzien. Il ne peut pas s’effondrer sous le propre poids de sa dette et aucun wallet ne vous ponctionnera 0.75 % de vos Bitcoins si vous ne les dépensez pas.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !