Bitcoin (BTC) : Une Israélienne de 69 ans a transformé un investissement de 3 000 $ en 320 000 $

dim 21 Nov 2021 ▪ 19h30 ▪ 5 min de lecture - par Clément Dubois

Après que l’investissement initial a multiplié par 100, la banque Hapoalim nie avoir déposé 320 000 de profit de bénéfices gagnés par Esther Freeman grâce à son investissement en BTC, citant qu’elle avait utilisé du cash pour devenir HODLer, fait savoir Cryptopotato.com.

L’argent est-il un problème ?

La retraitée israélienne Esther Freeman aurait transformé un investissement de 10 000 shekels (environ 3 000 dollars), en 1 000 000 shekels (324 000 dollars environ) en huit ans. Cependant, la Banque Hapoalim, l’une des plus importantes du pays, a nié avoir accepté les bénéfices, car la source d’investissement initiale aurait pu avoir un lien avec des opérations financières illégales.

En 2013, Esther Freeman, une citoyenne israélienne à la retraite de 69 ans, a décidé d’entrer sur le marché crypto en investissant environ 3 240 dollars. Malgré son âge, la retraitée a déclaré qu’elle était « jeune d’esprit » et que ses parents plus jeunes avaient principalement influencé sa décision :

« J’ai écouté mon fils et mes neveux, les jeunes gens, et j’ai dit qu’une tentative serait faite. Sans aucune connaissance sur le sujet, avec une véritable innocence d’un citoyen ordinaire. Je n’ai jamais pensé que 10 000 shekels deviendraient presque 1 million. »

Même si MmeFreeman a multiplié son investissement par 100, la banque Hapoalim a refusé de déposer le montant transféré de la plateforme fiat-crypto qu’elle a utilisée, car le dépôt initial a été effectué il y a des années en espèces.

Par conséquent, la source des fonds pourrait être liée au « blanchiment d’argent ou au financement du terrorisme », a expliqué la banque. En outre, l’institution a décrit certains des côtés sombres notoires du secteur des cryptoactifs que les banques fournissent généralement :

« Les caractéristiques des monnaies virtuelles permettent de les transférer de manière anonyme et sans surveillance, évitant souvent la nécessité d’utiliser les facteurs financiers applicables au régime de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. »

La probabilité d’avoir ses fonds

Pour avoir une meilleure chance d’obtenir ses fonds, Mme Freeman a embauché Shaul Zioni comme avocat et a ouvert une action en justice contre la banque. La retraitée a déclaré qu’au fil des ans, elle avait été une cliente fidèle de la banque et qu’elle avait besoin de l’argent pour pouvoir aider l’un de ses enfants :

« La banque connaît ma conduite. Je n’ai pas d’argent ailleurs, seulement à la Banque Hapoalim. Ils savent que je ne blanchis pas de capitaux et que je ne fais pas d’affaires en dehors de la banque. Je suis à la retraite. Mes quatre enfants ont des comptes en banque. L’argent dont j’ai besoin, c’est pour aider un de mes enfants à acheter un appartement. »

L’avocat de Mme Freeman, Shaul Zioni, s’est également exprimé sur la question. Il a noté que son client souhaite que le tribunal déclare que la source d’argent investie dans le bitcoin est « connue, claire et étayée par des références. »

Par la suite, le tribunal a statué que l’institution financière ne devrait pas restreindre l’activité du compte à ses clients uniquement parce qu’ils sont liés à des cryptomonnaies. La banque Hapoalim a reçu l’affaire et s’est engagée à étudier ses détails et à « répondre de la manière habituelle. »

Entreprise crypto = une banque ?

En raison des risques liés à l’utilisation de cryptomonnaie dans des activités criminelles, les autorités israéliennes ont récemment prévu d’appliquer des règles bancaires antiterroristes.

En outre, le gouvernement a dû dépenser des ressources importantes pour découvrir la fraude dans des domaines où les entreprises n’étaient pas obligées de déclarer toutes les opérations financières. Si la nouvelle politique est mise en service, toutes les entreprises crypto devront faire des rapports comme les banques.

Les nouvelles règles devraient également bénéficier aux petites entreprises crypto, car les rapports promettent d’être accessibles et modernisés. En tant que telles, ces entreprises pourraient offrir une plus grande confiance dans la sécurité de leurs services.

Et quant à Mme Freeman, nous espérons qu’elle arrivera à récupérer ses fonds dignement gagnés. Nous allons suivre le procès en cours, donc n’hésitez pas à rester avec Cointribune pour être à la page !

Il vous reste encore une chance de participer au concours organisé par Bybit afin de gagner 2000 $ en bitcoin ! Pour jouer, cliquez ici.

A
A
Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 58 630,55 $ 2.29%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 447,72 $ 3.41%
DEFI (DEFIPERP) 12 583,20 $ 2.31%
MARKETS (ACWI) 104,69 $ 1.28%
GOLD (XAUUSD) 1 783,60 $ -0.46%
TECH (NDX) 16 415,36 $ 2.43%
CURRENCIES (EURUSD) 1,13 $ -0.31%
CURRENCIES (EURGBP) 0,847100 £ -0.03%
CRUDEOIL (USOIL) 70,87 $ 3.98%
IMM. US (REIT) 2 781,54 $ 1.69%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email