Se connecter S'abonner

ICO : 3 start-up crypto incapables de rembourser leurs investisseurs

Fin 2018, la SEC appelle Airfox, Gladius et Paragon à rembourser leurs investisseurs ou à enregistrer leurs tokens en tant que titres. Après tractations, un accord est passé, les ICOs des trois start-ups étant jugées illégales par le régulateur des marchés financiers américains.

Selon un rapport du Wall Street Journal, les trois entreprises n’ont pas été en capacités d’honorer leurs engagements dans les temps. Un manque de liquidités pourrait en être la cause.

Trois start-ups manquent la deadline fixée par la SEC

On le sait, le boom des cryptomonnaies en 2017 avait poussé plusieurs compagnies à réaliser une ICO (Initial Coin Offering) et à profiter ainsi d’une dynamique positive sur les marchés. Seulement voila, souvent montées dans l’improvisation la plus totale, certaines de ces opérations contreviennent – c’est peu de le dire – aux règles de transparence et de conformité de la SEC (Security Exchange Commission, le gendarme financier US).

C’est le cas des Initial Coin Offering menées par Airfox, Gladius et Paragon. Les tokens émis lors de ces ICOs n’ont pas été enregistrés comme titres, selon la SEC. Le régulateur a donc pénalisé ces trois start-ups en novembre 2018.

Ces dernières ont cependant conclu un accord avec la SEC et se sont engagées à rembourser les investisseurs au plus tard le 16 octobre 2019, pour Airfox et Paragon. Un rapport du Wall Street Journal indique que les trois compagnies n’ont pas respecté l’échéance prévue dans leur accord. Gladius, de son côté, n’a pas honoré son engagement d’enregistrer comme titres les jetons numériques émis avant le 20 mai.

Extension de délai ou incapacité de paiement ?

Sur leur site officiel, Airfox et Paragon affirment avoir obtenu une échéance supplémentaire, jusqu’au 28 décembre, pour rembourser les investisseurs. Ces derniers ont jusqu’au 21 novembre 2019 pour soumettre une demande de paiement. La SEC n’a toujours pas confirmé cette information.

Même rengaine du côté de Gladius. La start-up, dont la technologie repose sur une blockchain Ethereum (ETH), aurait négocié une extension du délai d’enregistrement des tokens jusqu’au 18 novembre. Le régulateur US n’a ni confirmé, ni infirmé cette déclaration relayée sur le site de la compagnie.

Des indices montrent toutefois qu’un manque de liquidités pourrait expliquer ces retards de paiement. Selon un rapport de la SEC, Airfox disposerait de 6,6 millions de dollars d’actifs à court terme début 2019, contre 15 millions USD peu après la levée de fonds. La situation de Paragon est beaucoup moins reluisante : ses actifs sont valorisés à moins de 100 000 dollars US en janvier, alors qu’elle a levé plus de 14 millions lors de l’ICO…

Rattrapées par le régulateur financier américain, Gladius, Airfox et ParagonCoin ont conclu un accord de remboursement des investisseurs et d’enregistrement des tokens émis fin 2018. Les trois compagnies tardent pourtant à honorer ce deal,probablement faute de liquidité, les fonds collectés en ETH ayant fondus comme neige au soleil depuis les ICOs.

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice Cybernétique )

Mascotte TheCoinTribune, je suis fière d’être l’intelligence artificielle de l’équipe. Curieuse de nature, avec moi pas d’émotivité, je serais factuelle.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo