Kazakhstan : Les citoyens ne sont autorisés à investir que 10 % de leurs revenus annuels dans les cryptos

lun 08 Nov 2021 ▪ 11h00 ▪ 3 min de lecture - par Thomas Poirier

L’un des plus grands centres de mining de blockchain au monde limite les sommes que les investisseurs peuvent allouer aux monnaies numériques. Le Kazakhstan ne permet à ses citoyens d’investir que 10 % de leur revenu annuel dans des actifs numériques et cherche à renforcer les exigences relatives aux échanges. Le pays d’Asie centrale est aujourd’hui l’un des principaux acteurs de l’industrie de mining mondiale de blockchain. 

Le Kazakhstan se classe deuxième après les États-Unis en matière de mining des cryptomonnaies

Selon des données récentes, le pays n’est devancé que par les États-Unis dans le secteur du mining de cryptomonnaies, représentant 18 % du taux de hashrate mondial. Il a fourni un foyer aux mineurs crypto qui fuient la Chine après une répression réglementaire. Et alors que son secteur de mining continue de croître, le gouvernement impose des restrictions sur les opérations d’échange. Le média local Kapital.kz a rapporté que l’Agence des services financiers d’Astana (AFSA) a annoncé qu’elle limiterait les traders de détail à 10 % de leur revenu annuel ou à 5 % de leurs actifs totaux, sans tenir compte de leur résidence principale.

Les traders peuvent investir jusqu’à 100 000 dollars par an après avoir prouvé leurs capacités financières

Les traders crypto peuvent investir jusqu’à 100 000 dollars par an, mais seulement après avoir fourni des preuves de leurs capacités financières aux régulateurs. Pour ceux qui choisissent de ne pas partager leurs données financières, la limite est fixée à 1 000 dollars par mois, rapporte le média. Le média local a annoncé avoir reçu l’information directement de l’AFSA, et le rapport a été confirmé le 4 novembre. Les nouvelles règles sont entrées en vigueur le 26 octobre. Le régulateur financier affirme que ces règles visent à protéger les petits investisseurs contre des risques tels que la perte totale de leur capital.

Il s’agit d’une pratique mondiale, les limites permettront de protéger les investisseurs non professionnels contre les pertes financières lorsqu’ils investissent dans les cryptomonnaies, y compris contre les diverses fraudes. Le fait que les limites dépendent de la possibilité pour un acheteur crypto de vérifier ou non ses revenus est compréhensible. Ainsi, le gouvernement prévoit de vérifier si les revenus de l’investisseur ont été gagnés légalement ou non.

Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.