A
A

Ray Dalio admet qu’il manque peut-être quelque chose avec Bitcoin (BTC)

dim 29 Nov 2020 ▪ 8h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Si seulement on avait une trace de toutes les discussions autour de Bitcoin (BTC) par les personnes impliquées d’une manière ou d’une autre dans sa création, durant l’ère pré-BTC. On saurait au moins avec plus de certitude le destin que Satoshi Nakamoto a prévu pour son bébé. Ray Dalio a tenu un discours un brin provocateur sur Twitter, de quoi inciter les défenseurs de Bitcoin à sortir de leur silence.

Bitcoiners, manifestez vous !

Lors d’une discussion sur Twitter, Ray Dalio a indiqué que Bitcoin n’était ni un instrument d’échange efficace ni une réserve de valeur du fait de sa volatilité.

Il a également soutenu que les gouvernements pouvaient déclarer les cryptomonnaies illégales si elles représentent une menace pour les monnaies fiats.

Selon Dalio, il est impossible d’imaginer les banques centrales, les investisseurs institutionnels et les multinationales adopter Bitcoin.

Il admet néanmoins qu’il pourrait avoir tort et a invité d’autres utilisateurs à s’exprimer sur le sujet, les acteurs cryptos ne sont pas faits prier pour le faire.

Les Etats-Unis adorent Bitcoin

Le fondateur de Quantum Economics, Mati Greenspan, a tout simplement répondu que Bitcoin était une monnaie et que tous les autres instruments existants étaient des crédits.

Le responsable stratégique de CoinShares, Meltem Demirrors, a expliqué la manière dont Bitcoin pouvait être utilisé comme un moyen de paiement – grâce au Lightning Network – tout en ajoutant que fondamentalement, Bitcoin était une technologie destinée à l’épargne.

Le CEO de BlockFi, Zac Prince, a publié plusieurs tweets et a répondu point par point aux arguments avancés par Dalio.

En ce qui concerne la volatilité, Prince souligne que la plupart des actifs traditionnels possèdent un degré de volatilité supérieur à Bitcoin.

Sur l’interdiction par les gouvernements, Prince admet que certains agiront dans ce sens, en particulier ceux qui ont mis en place un système de contrôle des capitaux.

Dans d’autres pays comme les Etats-Unis, Bitcoin est bien établi et est régi par de nombreux organismes de régulation.

Enfin, Prince indique que de nombreux investisseurs institutionnels ont adopté Bitcoin parmi lesquels Fidelity, Square, PTJ, Druckenmiller.

L’avenir donnera-t-il raison aux détracteurs à temps plein – comme Peter Schiff – ou à temps partiel de Bitcoin ? Les chiffres sont pour le moment du côté du BTC qui approche des 20 000 USD. Les investisseurs institutionnels sont en train de dévorer les offres de BTC en circulation. Tuer Bitcoin : le doux rêve des défenseurs de fiats et notamment du dollar.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !