A
A

Elle utilise Bitcoin pour soutenir l'État Islamique : 13 ans de prison

mer 25 Mar 2020 ▪ 9h00 ▪ 4 min de lecture - par Rédaction CT

Cryptomonnaie et État islamique, Bitcoin et terrorisme se mélangent mal. Zoobia Shahnaz n’oubliera peut-être pas cette leçon à laquelle elle pourra réfléchir pendant les 13 prochaines années de sa vie. La jeune Américaine de 30 ans est accusée – et a plaidé coupable – d’avoir fourni un soutien financier à hauteur de plus de 150 000 $ en Bitcoin et autres cryptomonnaies à une organisation terroriste étrangère, l’État islamique d’Iraq et al-Sham (ISIS). Elle a également essayé de se rendre en Syrie pour rejoindre l’organisation. Shahnaz a été condamnée ce vendredi 13 mars par un tribunal fédéral américain à 13 années d’emprisonnement. Éclaircissements.

Bitcoin pour soutenir l’État Islamique

Du Bitcoin et autres cryptomonnaies pour financer l’État islamique

A en croire l’acte d’accusation original émis contre Zoobia Shahnaz en décembre 2017, la jeune femme aurait trompé de nombreuses institutions financières, pour rassembler plus de 150 000 dollars dont elle s’est ensuite servie pour acheter du Bitcoin et autres cryptomonnaies pour financer l’État islamique (ISIS).

L’acte d’accusation indique qu’elle a effectué plusieurs virements électroniques à ISIS, en les faisant transiter par des individus et des entités au Pakistan, en Chine et en Turquie.

Il a également été prouvé que la jeune Américaine a accédé à des sites internet liés à l’État islamique, à des pages de médias sociaux, à la messagerie de recruteurs, de facilitateurs et de financiers connus de l’État islamique. Elle a aussi effectué de nombreuses recherches Internet pour faciliter son entrée en Syrie.

Coup de grâce, lors de la perquisition de la résidence de Shahnaz à Long Islandavec autorisation du tribunal – il a été découvert la photographie d’une ceinture suicide d’explosifs et d’une lunette de vision nocturne.

Une peine d’emprisonnement de 110 ans revue à 13 ans sur fond de bénévolat

Le 31 juillet 2017, alors qu’elle tentait d’embarquer à bord d’un vol avec escale à Istanbul, en Turquieun point d’entrée commun pour les personnes en provenance des pays occidentaux pour rejoindre ISIS en Syrie  – Zoobia Shahnaz a été arrêtée à l’Aéroport International John F. Kennedy à New York dans le Queens.

En novembre 2018, elle a plaidé coupable des accusations. Les cinq chefs d’accusation retenus contre elle auraient pu lui valoir un total de 110 ans d’emprisonnement. Toutefois, l’avocat de Shahnaz est parvenu lui à obtenir une peine inférieure.

L’avocat a mis en avant l’âge de l’accusée – née en 1990 – mais surtout son service en tant que bénévole auprès de réfugiés syriens via la Syrian American Medical Society, indiquant au passage que Zoobia Shahnaz était essentiellement « motivée par le désir de guérir les malades et de soigner les blessés ».

Bilan, Zoobia Shahnaz devra passer 13 ans derrière les barreaux. Même si ça fait près de dix fois moins que la peine initiale, c’est quand même plus de la moitié d’un quart de siècle. Si elle connaissant le pouvoir des cryptomonnaies et de la blockchain contre les criminels, elle n’aurait pas naïvement cru qu’elle pouvait s’en servir pour soutenir un groupe terroriste sans se faire remarquer.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !