A
A

Les membres du G7 reconnaissent l'importance de réguler les cryptomonnaies

mar 15 Déc 2020 ▪ 14h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Les cryptomonnaies ont-elles été initialement conçues pour être un système ouvert absorbant entre autres les régulations issues de l’environnement externe, ou comme un système fermé et une institution capable de produire ses propres règles ? La régulation sur les cryptos n’en est qu’à ses débuts. Les gouvernements du G7 veulent pousser plus loin la réglementation des cryptomonnaies – ces lois seront-elles pour autant favorables ou au contraire un frein aux projets cryptos ?

G7 : plus de loi pour encadrer les cryptomonnaies

Un communiqué du département du Trésor US  publié le 7 décembre 2020 indique que les gouvernements du G7 seraient en faveur d’une règlementation plus poussée des cryptomonnaies.

La réunion dirigée par le secrétaire du Trésor américain, Steve Mnuchin, a vu la participation des autorités monétaires du G7, des dirigeants du Fonds monétaire international, du Conseil de stabilité financière et de la Banque mondiale.

En plus des questions économiques liées à la covid-19, les participants ont évoqué les réponses à adopter face à l’évolution de l’écosystème des actifs numériques et des cryptomonnaies, ainsi que les mesures à prendre pour empêcher leur utilisation à des fins malveillantes ou des activités illicites.

Les ministres et gouverneurs du G7 ont réitéré leur soutien à la déclaration commune sur les paiements numériques publiée en octobre 2020.

Les fables d’Olaf Scholz : le loup, l’agneau et Diem

Les observateurs ont noté une intensification des activités des régulateurs autour des cryptomonnaies.

Aux Etats-Unis les poursuites judiciaires lancées par le département de la Justice et la Commodity futures trading commission contre BitMEX, pour avoir autorisé des résidents américains à s’inscrire sur la plateforme, figure parmi les faits marquants de 2020.

Des rumeurs circulent sur la possibilité que Mnuchin introduise une législation qui interdirait l’utilisation des wallets en-dehors des plateformes régulées.

Du côté allemand, le ministre des Finances, Olaf Scholz, a exprimé son inquiétude face au projet Libra, renommé Diem, qu’il qualifie de « loup déguisé en agneau ».

Selon lui, cette nouvelle appellation ne change rien aux caractéristiques fondamentales du projet et il affirme que le gouvernement allemand s’opposerait à l’entrée de Diem sur le marché.

Les personnes qui ont mis en place dans l’ombre les principes de base ayant donné naissance à Bitcoin (BTC) et sur lesquelles devraient s’appuyer toutes les cryptomonnaies – les CBDC n’en sont pas une – ne concevront bien évidemment pas les projets ou les propositions de loi, ne participeront pas aux débats et, ne voteront pas. Les défenseurs des fiats seraient donc les mieux placés pour légiférer sur les cryptos.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !