Se connecter S'abonner

Ripple (XRP) VS contre SEC : les avocats de Brad Garlinghouse demandent des documents à Binance

L’affaire opposant Ripple Labs et la Securities and Exchange Commission des États-Unis est loin d’arriver à son terme. Un important échange de Binance cristallisé par un dépôt au nom de Brad Garlinghouse est venu envenimer la situation.

Binance, la dernière cartouche de Ripple ?

Le procès Ripple Labs vs SEC prend une nouvelle tournure après le dépôt de certains documents judiciaires effectué par l’équipe juridique du PDG de Ripple lundi. Elle affirme, en effet, avoir demandé à ce que des documents pertinents lui soient remis par Binance Holding Limited. Ces dossiers juridiques auraient comme appui les lois américaines concernant ce département d’État et la Convention de La Haye.

Brad Garlinghouse aurait eu la volonté d’être découvert à l’étranger avec une preuve de bonne foi, que seule cette filiale du principal échange de crypto monnaie basée aux îles Caïmans détient. Il se pourrait même qu’elle soit à même de donner des informations sur le processus de transaction XRP effectué par Garlinghouse via des plateformes de négociation d’actifs numériques.

Tout cela pour démontrer que la SEC se trompe complètement sur ses accusations : le PDG de Ripple aurait vendu plus de 357 millions de tokens XRP sur des plateformes de trading crypto. Ses avocats, très confiants, n’ont pas hésité à invoquer la section 5 de la Securities Act de 1933 pour justifier ces ventes.

Vers la fin de la phase préparatoire du procès du 15 octobre

D’après la SECGarlinghouse aurait massivement vendu des XRP sur des plateformes de négociation d’actifs numériques en dehors des États-Unis. Initiative juridique qui démontera complètement l’argument du département américain en appuyant l’existence d’offres et de ventes en dehors du pays.

A titre de rappel, la SEC accusait Brad Garlinghouse et Chris Larsen d’avoir mené une offre de titres d’actifs numériques non enregistrée et continue à l’issue des ventes de leurs tokens XRP. Aux avocats de Ripple de justifier cet acte par le fait que le XRP serait plutôt identique au Biction (BTC) ou à l’Éther (ETH) qu’aux matières premières évoquées par la Securities and Exchange Commission.

Pour ceux qui ont suivi de loin ou de près cette affaire, ils apprécieront certainement les informations aussi fraîches que cette demande adressée à Binance. D’ailleurs, Ripple, n’a-t-elle pas présenté la même requête, concernant les échanges crypto en dehors des USA, avec entre autres Huobi, Bitstamp et Upbit au mois de juin ?

Plus d’actions
Partagez

Internautes amateurs, néophytes ou confirmés, c’est avec grand plaisir que je vous livre au quotidien les secrets du monde de la cryptomonnaie.
Mon rôle ? Rendre ce domaine clair et limpide tout en vous livrant les dernières infos croustillantes pour vous permettre d’y investir en connaissance de cause et avec le moins de risque possible.
Ce ne sera pas un long fleuve tranquille mais ce n’est pas grave, c’est la vie !

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo