Terra (LUNA) : Do Kwon cité à comparaître par la SEC, riposte

sam 23 Oct 2021 ▪ 17h30 ▪ 5 min de lecture - par Jean-Louis Lefevre

Les dossiers judiciaires confirment que le PDG et fondateur de Terraform Labs, Do Kwon, a reçu deux assignations à comparaître lors de la conférence Mainnet de Messari le mois dernier. Do Kwon poursuit la Securities and Exchange Commission (SEC) pour ces assignations à comparaître.

Do Kwon riposte contre la SEC 

Le PDG et fondateur de Terraform Labs, Do Kwon, poursuit la Securities and Exchange Commission  (SEC).

Les dossiers judiciaires montrent que Kwon et Terraform Labs se battent contre le régulateur américain après que Kwon a reçu deux assignations à comparaître le mois dernier. Le procès conteste deux assignations à comparaître qui ont été « incorrectement émises et signifiées par la SEC et l’échec de la SEC à garder confidentielle une enquête sur le “Miror Protocol”»

Le procès fait référence à un incident lors de la conférence Mainnet de Messari, qui a eu lieu à New York en septembre. Au cours de la conférence, des rumeurs ont commencé à circuler selon lesquelles la SEC avait signifié à un orateur une assignation à comparaître après que le fondateur d’Indiegogo, Slava Rubin, a publié un tweet semblant confirmer qu’il avait été témoin de l’événement. Le fondateur de Messari, Ryan Selkis, a ensuite publié un tweet similaire corroborant l’histoire.

« Si vous vous demandez quand j’ai décidé de me présenter au Sénat, c’est lorsque ces enculés sont venus à mon événement, n’ont pas acheté de billet et ont signifié une assignation à comparaître à l’un des orateurs.

Assez parlé.

Plus de guerre contre notre état de régulation incontrôlable. » 

Bien que Kwon soit censé être le destinataire, il a par la suite nié avoir été approché lors de l’événement dans une interview avec The Defiant

Le bras de fer contre la SEC

Kwon et Terraform Labs sont surtout connus pour avoir créé Terra, la blockchain axée sur les stablecoins alimentée par le token LUNA. LUNA a une capitalisation boursière de 17,1 milliards de dollars, faisant de Terra le onzième plus grand projet de cryptomonnaie. Bien que les stablecoins aient été au centre des préoccupations de nombreux régulateurs ces derniers mois, la SEC semble être plus intéressée par le  Mirror Protocol  de Terraform Labs, un projet DeFi qui permet aux utilisateurs de créer des versions synthétiques d’actions comme Tesla et Apple. Comme les utilisateurs américains peuvent fabriquer les synthétiques de Mirror, ils pourraient techniquement être classés comme des titres, affirme la SEC. Terraform Labs n’a encore enregistré aucun actif auprès de la SEC. 

Le procès déposé vendredi note que la SEC a contacté Kwon sur Mirror Protocol en mai 2021, avant que Kwon ne soit interviewé pendant cinq heures le mois suivant. Les documents indiquent que les avocats de la SEC ont ensuite informé Terraform Labs qu’une « mesure coercitive était justifiée » le 15 septembre 2021. Kwon a reçu une assignation à comparaître à Mainnet cinq jours plus tard.

Le procès de Kwon conteste la demande de la SEC pour qu’il témoigne devant les régulateurs américains, arguant qu’il est un résident de la Corée du Sud. Cela conteste également la manière dont l’assignation a été signifiée : les règles de la SEC stipulent que les enquêtes doivent être confidentielles, mais l’agence a engagé un groupe appelé Cavalier Courier & Process Service pour lui signifier l’assignation lors de l’événement. On peut lire une note dans le procès : 

« Engager un processus  “Cavalier” pour approcher M. Kwon en public et annoncer le but de son approche, lors d’un sommet auquel ont assisté plus de 2 000 personnes était, au pire, une démonstration intentionnellement effrontée destinée à intimider et à embarrasser publiquement, et au pire le plus téméraire, créant des spéculations sur les médias sociaux et la presse sur l’incident dans les minutes qui suivent la tentative de service du processus. » 

Do Kwon, PDG et fondateur de Terraform Labs, riposte aux accusations de la Securities and Exchange Commission (SEC) et estime les citations à comparaître émises à son sujet infondées. Il poursuit le régulateur américain pour avoir incorrectement émises ces assignations et avoir failli à son devoir de confidentialité concernant l’enquête sur le « Miror Protocol » . Le bras de fer continue.

Jean-Louis Lefevre

Je suis convaincu que les cryptomonnaies nous ouvrent des perspectives inédites extraordinaires que je ne veux rater sous aucun prétexte ! J’essaie d’enrichir en permanence mes compétences en la matière et de partager avec vous tout ce que j’apprend avec mes followers et mes heures passées à explorer cet univers.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.