A
A

Afrique du Sud : Inquiétudes concernant la nouvelle réglementation des cryptomonnaies

ven 04 Mar 2022 ▪ 18h00 ▪ 4 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

Dernièrement, l’Afrique du Sud a effectué une mise à jour de sa réglementation sur les cryptomonnaies. Une initiative qui ne manquera pas d’impacter l’écosystème local, selon les experts sud-africains. De cette opération découlera probablement la stimulation des partenariats et aussi la marginalisation des nécessiteux.

Les Sud africains veulent investir dans les cryptos

Responsabiliser les fournisseurs

Les lois financières sud-africaines font actuellement l’objet de modifications qui accéléreront la mutation des fournisseurs de services de cryptoactifs en institutions responsables. Le Trésor de la colonie du Cap prévoit également l’émergence d’autres réglementations cryptographiques courant 2022.

Lesdits changements viseront une situation où « toute personne fournissant des conseils ou des services d’intermédiaire liés aux cryptoactifs doit être reconnue comme un prestataire de services financiers en vertu de la loi et doit se conformer aux exigences de la loi. »

Réactions par rapport aux changements

Marius Reitz, DG de la plateforme Luno pour l’Afrique du Sud, les a commentés ainsi :

« Les acteurs crédibles de la cryptosphère accueillent favorablement la réglementation… La réglementation est une partie vitale de l’écosystème des cryptomonnaies. »

Interrogé par Cointelegraph, il a loué l’initiative sud-africaine :

« La réglementation permettra au public de distinguer plus facilement les fournisseurs de services crypto autorisés et non autorisés et de trouver un endroit sûr pour stocker et acheter leurs cryptomonnaies. »

Cependant, un léger changement de ton a été constaté chez Herman Vivier, fondateur de Bitcoin Ekasi (une réplique sud-africaine de Bitcoin Beach). Aux journalistes, il a avancé que des « règles KYC et AML plus strictes poussent les personnes déjà marginalisées encore plus loin vers les marges de la société ». Et corolairement, « les autorités ont tendance à aborder la situation avec une solution unique, qui pour beaucoup, s’avère ne pas être une solution du tout. »

Vivier a également ajouté que :

« Idéalement, il devrait y avoir un seuil et les personnes qui gagnent en dessous d’un certain montant ne devraient pas nécessiter de conformité/vérification, car vraiment, si, par exemple, ce seuil était de 5 000/mois (330 $), quel mal une personne peut-elle faire avec ce montant ? »

Aucun acteur sud-africain n’a non plus été surpris de la volonté de renforcement des « contrôles du blanchiment d’argent et du financement du risque terroriste par le biais des cryptoactifs ».

LUNO

Cap sur l’inclusion

Dernièrement, les autorités sud-africaines ont exhorté les grands exchanges comme Binance à ne pas investir dans le pays. Parallèlement, Unathi Kamlana, commissaire de l’autorité de Conduite du secteur financier de l’Afrique du Sud, table sur une protection des investisseurs vulnérables en cryptomonnaies.

Une orientation qui n’a pas laissé le DG de Luno de marbre. D’après lui :

« Un aspect notable de l’approche de la SA Reserve Bank est d’inclure l’industrie dans ses discussions dès le début… La réglementation stimulera également le nombre de partenariats formels entre les banques et les sociétés de crypto, ce qui facilitera une plus grande adoption de la crypto. »

Les précédentes versions du rapport du Trésor ont fait allusion aux « risques posés par les stablecoins », lesquels seront abordés plus tard cette année.

Pour ce qui est des monnaies numériques de la banque centrale (CBDC), les projets les concernant sont accessibles au public et y sont largement discutés. Comment les Sud-Africains voudront-ils passer à côté de ce moyen de gestion de flux monétaires très efficace ?

L’Afrique du Sud est en passe de lancer un grand nombre de CBCD rien que cette année. Un actif qui offrira un « espace confortable pour les régulateurs », d’après M. Reitz. Cela complétera certainement les réglementations en cours de peaufinage.

Source : Cointelegraph

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !