Se connecter S'abonner

Bitcoin (BTC) et la Guerre des CBDC

La dernière lubie monétaire se nomme CBDC (Central Bank Digital Currency). Toutes les Banques Centrales veulent s’en doter et imiter le pionnier en la matière : la Chine.
Antithèse du Bitcoin (BTC), le CBDC est un outil de contrôle social en même temps qu’un moyen d’internationaliser sa monnaie
.

Yuan vs Dollar

Cela fait maintenant plusieurs années que la Chine ne fait aucun secret de ses ambitions monétaires. L’empire du milieu défit ouvertement l’hégémonie monétaire américaine et accumule depuis des années de faramineuses quantités d’or pour garantir sa monnaie et raviver le bon vieux Gold Standard… Le pays a en effet lancé en 2018 un indice de pétrole libellé en yuan pouvant être convertible en or. Le but étant d’inciter les pétromonarchies à cesser de vendre leur pétrole uniquement en dollar et d’accepter le yuan.

La Shanghai Futures Exchange prévoit également de négocier le caoutchouc, les métaux non ferreux et d’autres matières premières, démontrant la ferme intention pékinoise de se doter du même privilège exorbitant dont jouit l’oncle Sam : payer ses matières premières dans sa propre monnaie.

Il est devenu populaire en Chine de parler de guerre froide monétaire. Et comme à l’époque de la véritable guerre froide, l’affontement n’a pas lieu sur un champ de bataille. Cette guerre larvée est globale et s’apparente à ce que l’on pourrait appeler une insurrection monétaire. La première économie mondiale (à parité de pouvoir d’achat) réclame sa place légitime dans le concert des nations et ne veut plus être à la merci d’un système monétaire international noyauté par le fameux réseau SWIFT.

SWIFT Cibos

Le « Cryptoyuan »

Le yuan numérique n’a rien d’une cryptomonnaie à proprement parler. Il ne repose pas sur une blockchain et n’est certainement pas décentralisé. Il s’agit en réalité d’un vulgaire Stablecoin capitalisant sur un sournois amalgame avec le Bitcoin.

Voici comment l’un des gouverneurs de la Banque Centrale Chinoise (PBOC) l’a décrit le mois dernier lors de la conférence SIBOS du réseau SWIFT :

« La PBOC voit le yuan numérique comme une importante architecture financière pour le futur. […] Il est amené à remplacer la masse monétaire M0 (pièces, billets et monnaie centrale) et son anonymat sera contrôlable. »

Fan Yi Fei

Vous noterez l’emploi du mot « architecture » au lieu de « monnaie ». Cette description met en exergue le fait que le yuan numérique n’est pas vraiment une nouvelle monnaie. Il est surtout un système de paiement. C’est en ça qu’il est similaire au Bitcoin qui est une monnaie en même temps qu’un système de paiement. Deux en un. Cependant, la comparaison s’arrête là…

Le but de cette monnaie n’est certainement pas d’arrêter de rincer le peuple avec des intérêts et de l’inflation. L’objectif premier est d’internationaliser le yuan en court-circuitant le réseau SWIFT dont les États-Unis se servent pour placer des nations sous-embargo. Comme par exemple l’Iran et ses gigantesques réserves de pétrole dont la Chine a besoin pour étancher son insatiable soif d’énergie…

À ce titre, il sera intéressant de noter que même si l’Iran accepte de vendre son pétrole en yuan (convertible en or), la Banque Centrale de la république islamique accumule aussi du Bitcoin. Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier…

Peut-on acheter du pétrole en CBDC ?

L’occident tire une grande partie de sa puissance du système monétaire international. Les États-Unis vivent au-dessus de leurs moyens grâce au pétrodollar. Le fait que tout le pétrole du monde soit vendu quasiment exclusivement en dollar revient à dire en un sens que tout le pétrole du monde appartient à Washington… Il leur suffit d’imprimer du papier pour se procurer la plus formidable source d’énergie qui existe sur cette planète.

D’après les chiffres officiels chinois du mois d’août 2020, 58 % de ses exportations furent libellés en dollar (contre 66 % un an plus tôt). Concernant le paiement de ses importations, la Chine a réglé 51 % du total en dollar contre 60 % en 2019.

Ces chiffres montrent que la Chine est toujours très dépendante du dollar mais aussi qu’elle est en train de lâcher les amarres. La promesse d’investir l’équivalent de 400 milliards $ dans l’infrastructure d’extraction et de raffinage pétrolier en Iran, le cœur des nouvelles routes de la soie, est une confirmation que la république populaire cherche à garantir son approvisionnement énergétique sans dollar.

Contrôler le système monétaire international revient à contrôler le monde et notamment ses matières premières. Ce n’est pas une coïncidence si toutes les guerres se déroulent au Moyen-Orient…

La BCE le sait bien et c’est pour cette raison qu’elle a récemment posé la question suivante à la communauté crypto européenne :

Convient-il de limiter l’utilisation d’un euro numérique à l’extérieur de la zone euro et, dans l’affirmative, comment ?

BCE – source Bitcoin.fr

Cette interrogation vous dit tout ce que vous devez savoir sur la guerre des CBDC. L’objectif inavoué est de ne pas laisser la Chine prendre le contrôle du système monétaire international.

Internationalisation du yuan

Bien que le yuan soit la cinquième devise internationale selon Swift, sa part de marché n’était que de 1,91 % en août 2020. Ce chiffre est en baisse par rapport à août 2018, suggérant que la Chine réalise une portion de plus en plus grande de son commerce via son propre système de paiement international, le CIPS.

CIPS système de paiement international chinois
SOurce CIPS

Le dollar règne toutefois toujours en maître avec une part de marché de 38,96 %. Autre exemple de la domination US : le dollar constituait 61.26 % des réserves des banques centrales du monde entier au mois de juin. 20.27 % pour l’Euro.

PArt du yuan dans les transactions internationales swift
Part du yuan (CNY) dans les paiements internationaux / Source SWIFT

La Chine est donc présente sur tous les fronts afin de substituer le yuan au dollar. Gold Standard, CIPS, et désormais yuan numérique (permettant des paiements entre deux smartphones sans internet)…

« Nous pourrions résoudre le trilemme (bas coûts, faible risque, haute efficience) des monnaies fiat numériques en collaboration avec le secteur privé […] », a déclaré le gouverneur de la PBOC, signalant par là que son pays utilisera un CBDC pour se passer du réseau Swift si les États-Unis maintiennent leur politique de l’embargo.

Cela étant dit, la domination monétaire n’est pas exactement une simple question de technologie. Que les paiements se fassent via le réseau swift ou via un stablecoin (yuan numérique), il est surtout nécessaire que le reste du monde décide d’accepter le yuan. Nous en revenons donc au nœud gordien iranien et ses ressources énergétiques. Rappelons par exemple que la Zone Euro n’avait pas su protéger Sadam Hussein des États-Unis quand l’Irak décida de vendre son pétrole en euros plutôt qu’en dollar. Qui nous dit que les États-Unis ne déclencheront pas une guerre contre l’Iran si cette dernière devenait le premier fournisseur de la Chine ?

Donald Trump a refusé de s’embarquer dans une guerre contre l’Iran malgré des attaques de raffineries saoudiennes et d’un tanker japonais. Mais gardera-t-il la même ligne de conduite au cours d’un deuxième mandat ? Et Biden, lui qui a supporté toutes les guerres US depuis le Kossovo jusqu’à l’Irak, hésitera-t-il ?

Tout cela pour dire que si la Chine parvient à protéger l’Iran, alors le yuan pourra prendre son envol car aucun pays ne se risquera à larguer le dollar sans l’assurance d’être protégé du courroux US.

Un CBDC pour les gouverner tous

Au-delà du fait qu’un CBDC puisse faire office de système de paiement international, se pose également la question de la fin du cash…

« Pour protéger la monnaie fiat des crypto”-actifs” et garantir leur souveraineté monétaire, il est nécessaire que les Banques Centrales digitalisent les billets de banques. »

Fan Yi Fei

Cette déclaration a le mérite d’être clair. L’un des gouverneurs de la Banque Centrale chinoise estime que le Bitcoin est une menace et qu’il faudrait numériser la monnaie fiat pour s’en protéger

Comme si l’on ne pouvait pas déjà payer en yuan avec une carte bancaire… Cette mauvaise foi crasse révèle que l’autre objectif du CBDC est de faire disparaître le cash. C’est le rêve de tout régime autoritaire que d’avoir le contrôle total de la monnaie. C’est même indispensable pour déployer l’outil ultime d’ingénierie sociale qu’est le “crédit social”.

Ce système orwellien de notation des citoyens a pour but de dompter la population en privant les non-conformistes de certains services…

Il suffit à présent de critiquer le parti sur internet pour ne plus avoir accès à son épargne…

Mais qu’on se le dise, le totalitarisme à l’européenne a également l’intention de faire disparaître le cash. Et même si Christine Lagarde nous assure qu’un CBDC européen ne se substituerait pas à l’argent papier, qui nous dit que le prochain président de la BCE sera du même avis ?..

Fin du cash rime avec fin des libertés. Nous serons obligés de nous comporter comme des clones masqués sous peine de perdre l’accès à notre argent pour des périodes plus ou moins longues. Dans un tel monde, je vous laisse imaginer le succès qu’aura le Bitcoin…

Terminons en rappelant la différence fondamentale entre un CBDC et le Bitcoin : la masse monétaire du premier est infinie alors que celle de l’autre ne dépassera jamais les 21 millions d’unités. Lequel protège votre épargne de l’inflation ?

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo