Grande-Bretagne : La taxe sur les services numériques vise les exchanges crypto

lun 29 Nov 2021 ▪ 12h30 ▪ 4 min de lecture - par Thomas Poirier

Les exchanges crypto britanniques seront soumis à une taxe de 2 % qui sera probablement répercutée sur les investisseurs, a averti CryptoUK.

Les exchanges crypto ne sont pas admissibles à des avantages financiers

Une récente mise à jour de la réglementation de l’Administration fiscale et douanière (Her Majesty’s Revenue and Customs, HMRC) a introduit une taxe sur les services numériques qui sera prélevée sur les exchanges crypto opérant au Royaume-Uni.

Selon un rapport du Telegraph, les exchanges crypto au Royaume-Uni devront désormais payer une taxe de 2 % sur les services numériques. L’autorité fiscale britannique, HMRC, ne reconnaît pas les cryptoactifs comme des instruments financiers et, par conséquent, les exchanges ne sont pas admis à des avantages financiers.

Le 28 novembre, l’autorité a ajouté les exchanges crypto à la liste des organisations soumises à la taxe sur les services numériques. L’impôt sur le revenu des services numériques a été introduit au mois d’avril 2020, ciblant les réseaux sociaux et les géants de la recherche tels que Facebook et Google.

Le dernier coup porté aux exchanges crypto résulte de la classification des cryptoactifs par l’autorité fiscale HMRC, comme l’a expliqué le régulateur :

« Il existe une grande variété de cryptoactifs, chacun ayant des caractéristiques différentes. »

Il a déclaré qu’étant donné que les cryptomonnaies ne représentent pas des marchandises, des contrats financiers ou de l’argent, il est peu probable que les exchanges de cryptoactifs puissent bénéficier de l’exemption comme des plateformes financières en ligne.

Un autre coup dur pour l’industrie crypto

Selon CryptoUK, l’organisme commercial représentant le secteur des actifs numériques en Grande-Bretagne, cette taxe est injuste et risque d’être répercutée sur les investisseurs et les traders.

Le directeur exécutif Ian Taylor a déclaré que traiter les cryptomonnaies différemment des autres instruments financiers tels que les actions ou les matières premières est préjudiciable au secteur crypto.

Il a ajouté qu’il s’agit d’un autre coup dur pour l’industrie après l’introduction par la Financial Conduct Authority (FCA) du système complexe de licence des exchanges. Depuis le mois de janvier, toutes les entreprises crypto basées au Royaume-Uni doivent se conformer à la réglementation anti-blanchiment et être enregistrées auprès de la FCA.

Au mois de janvier le régulateur a imposé une interdiction des dérivés crypto, et au mois de juin, la FCA a mis en garde les consommateurs contre 111 entreprises crypto qui ne s’étaient pas encore enregistrées auprès de la FCA.

Au mois d’avril, Cointelegraph a rapporté que l’autorité fiscale HMRC intensifiait ses efforts pour piéger les fraudeurs fiscaux crypto et introduisait des exigences de fournir des détails sur la propriété des actifs numériques dans les formulaires d’auto-évaluation.

Au mois d’août 2019, les autorités fiscales britanniques avaient exigé que plusieurs exchanges crypto fournissent les détails sur les clients des transactions et des avoirs. Nous continuerons de suivre la situation au Royaume-Uni, donc restez avec Cointribune pour ne pas louper les dernières actualités en cette matière !

Source : Cointelegraph

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.