Se connecter S'abonner

Hedera fait une incursion en Afrique en partenariat avec Standard Bank Group

Hedera Hashgraph (HBAR) accueille un nouveau géant dans son conseil d’administration. Le Standard Bank Group devient un nœud HBAR. 

afrique Standard Bank Group

Une liane supplémentaire pour Hedera

La plus grande banque d’Afrique en termes d’actifs, le Standard Bank Group, a noué un partenariat avec le projet Hedera Hashgraph

Le géant bancaire africain rejoint maintenant d’autres grandes entreprises comme GoogleLG, et IBM, en tant que membre du conseil d’administration de HederaStandard Bank va également devenir un nœud Hedera. 

C’est la 1ère banque en Afrique à utiliser la technologie des registres distribués pour réduire les frictions dans les transactions transfrontalières sur le continent. 

Le directeur de la DLT et de la blockchain au sein du Standard BankYan Putter, a indiqué que ce partenariat avec Hedera s’inscrit dans le cadre de l’utilisation d’une technologie décentralisée pour améliorer les transactions transfrontalières en Afrique

Putter a ajouté que la DLT permet également de relier l’Afrique à des partenaires sur les principaux marchés comme la Chine

Pour Putter, l’intérêt croissant pour les CBDC témoigne du potentiel de la DLT en termes de disruption des processus métiers au niveau mondial. Abonnez-vous gratuitementRejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaiesemail *Valider

L’Afrique : continent de la blockchain et du Bitcoin

Une grande partie de la population des pays africains sont exclus du système bancaire. Les transactions transfrontalières sont généralement complexes, avec des frais relativement élevés. 

Le mobile money a réussi en partie le pari de la digitalisation et de la proximité, bien qu’il n’ait pu éliminer certaines frictions dans les transactions. 

Théoriquement, les banques africaines ont tout intérêt à tirer profit des technologies décentralisées pour faciliter les transactions transfrontalières. 

L’Afrique a un fort potentiel pour l’adoption des cryptomonnaies. L’enquête récente de Statista avait révélé que le Nigéria était le 1er pays en termes d’adoption des Bitcoins et des cryptomonnaies. 

11 jours après l’interdiction par la Banque centrale du Nigéria aux banques de traiter avec les exchanges cryptos, le cours du BTC a explosé pour dépasser les 80 000 USD dans le pays. 

Combien de temps prendra l’adoption massive de la blockchain et de la DLT par les banques africaines ? Le Standard Bank Group fait aujourd’hui partie des early adopters sur le continent. Tout comme la plupart des pays, ceux du continent africain apprécient peu la concurrence des cryptomonnaies aux fiats, tout en accueillant à bras ouvert les technologies décentralisées qui pourraient améliorer le système financier traditionnel. Les banques centrales des pays africains – dont celles de l’un les plus pauvres en Afrique et au monde – misent également sur la CBDC pour créer une nouvelle finance qui resterait tout de même fortement centralisée.

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo