A
A

La Banque Mondiale pourrait aider le Venezuela avec Bitcoin (BTC)… Mais elle ne le fera pas (ONG)

ven 13 Déc 2019 ▪ 1h15 ▪ 4 min de lecture - par Hellmouth Banner

L’ONG Open Money Initiative, soutenue par la Fondation des Droits de l’Homme en est sûre : Bitcoin offrirait une bouffée d’oxygène monétaire précieuse au profit de la situation Vénézuélienne, frappée par une crise économiques majeure.

Léger, flexible, échangeable de pair-à-pair, faisant fi des frontières…la solution idéale ! Mais c’est sans compter sur la posture de la Banque Mondiale qui semble avoir bien du mal à faire le tri entre l’essentiel et l’accessoire.

Bitcoin, monnaie de la vraie vie

Au milieu de toutes les considérations autour de la prise de valeur de Bitcoin (ou pas), de la crise des mineurs, des enjeux du having qui vient, il n’est pas inutile de se souvenir que Bitcoin est un outils forgé pour bénéficier au plus grand monde et soutenir des valeurs fondamentales de liberté et d’inclusion financière.

C’est ce que nous rappelle cet appel de l’ONG Open Money Initiative qui, soutenue et parrainée par la Fondation des droits de l’Homme : l’explique sans ambages : Bitcoin serait de nature à aider très concrètement la population Vénézuélienne dans la crise financière qui ébranle le pays.

Mais pour ça, il faudrait que des partenaires internationaux, et notamment la Banque Mondiale y mettent un peu du leur, et ça, c’est probablement une bataille autrement plus compliquée à mener.

Pendant ce temps là, à la Banque Mondiale

Dans le cadre d’une interview pour le média TheBlock, Alex Gladstein, de la Fondation des Droit de l’Homme, identifie cependant certaines difficultés. S’il se félicite que les services de localbitoin.com soient utilisés au Venezuela, il déplore le récent constat selon lequel le site n’est utilisable qu’à partir d’un ordinateur portable (et pas d’un smartphone), un bien rare au Venezuela.

Mais ce qui met surtout en pétard Alex, c’est le manque de soutien, voire l’obstruction manifeste, d’organismes pourtant supposés étudier toutes les possibilités monétaires à même d’aider la population du Venezuela, et au premier chef Bitcoin et les cryptomonnaies.

« Nous pourrions obtenir beaucoup plus de ressources pour le Venezuela aujourd’hui si les principales organisations d’aide envisageaient d’utiliser et d’échanger du Bitcoin, mais elles ne le feront pas. Pendant ce temps, les gens souffrent. C’est juste malheureux. » Alex Gladstein, CSO de la Fondation des droits de l’homme

Et c’est la Banque Mondiale qui est particulièrement visée par le reproche. Pour Gladsten « la Banque mondiale refusent d’adopter cette approche de peur de mettre en colère le gouvernement vénézuélien. »

« Il est très important de montrer que quelque chose comme Bitcoin a un impact et peut constituer un outil utiles pour aider les gens. Il est important de sortir de la bulle de l’industrie crypto et de montrer au grand public à quel point cela peut faire une différence. »

Vous, moi, la communauté, tout le monde le sait : Bitcoin porte en lui les capacités de changer la face du monde monétaire, pour le meilleur, mais surtout au profit du plus grand nombre. Reste encore à en convaincre certains gardiens d’un Ordre Mondial Monétaire bien établi, qui ne se rendra pas sans combattre.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Hellmouth Banner avatar
Hellmouth Banner

Crypto-enthousiaste de la deuxième heure, rien n’a plus d’importance à mes yeux que d’accompagner l’adoption globale et la démocratisation des trésors que nous propose la blockchain.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !