Se connecter S'abonner

La cryptosphère nigériane incrédule devant les mesures de la banque centrale

Place forte de l’espace cryptographique en Afrique, le Nigeria a décidé de freiner l’élan de l’adoption des cryptomonnaies sur son territoire. La décision qui a été prise par la banque centrale du pays (CBN) a du mal à passer auprès des acteurs locaux en raison des arguments avancés par l’instance bancaire. Cette dernière prétend protéger le pays des dangers liés aux transactions cryptographiques là où la population y trouve un moyen de lutter contre l’inflation économique qui secoue le pays.

Cybercriminalité et blanchiment d’argent mis en avant comme argument par la CBN

La CBN n’aura pas eu à chercher bien loin pour trouver ses arguments évoquant les critiques habituelles à savoir la volatilité des cryptomonnaies, un canal offert pour le blanchiment d’argent ou encore le financement du terrorisme. « La récente directive réglementaire est devenue nécessaire pour protéger le système financier et la population nigériane en général des risques inhérents aux transactions d’actifs cryptographiques », précise la Banque Centrale. L’instance alla même plus loin dans son raisonnement évoquant des plaintes en provenance des États-Unis.

Le FBI aurait ainsi signalé au gouvernement nigérian l’existence d’activités cybercriminelles en provenance du pays qui seraient liées aux cryptomonnaies. Il n’en fallait pas autant pour que la CBN en fasse un argument de poids affirmant que : « de nombreuses banques et investisseurs qui accordent une grande importance à leur réputation ont été écartés des cryptomonnaies en raison des effets néfastes de leur utilisation généralisée pour des activités illégales ». Bien que les cryptomonnaies soient liées à des affaires cybercriminelles, le volume qui en résulte, rapporté à l’ensemble des transactions cryptographiques, reste très faible.Abonnez-vous gratuitementRejoignez notre communauté de passionnés du Bitcoin et des crypto-monnaiesemail *Valider

Des accusations exagérées et d’énormes conséquences pour la population nigériane

Comme l’a révélé Chainalysis, il a été observé une baisse significative de ces activités, les transactions cryptographiques légales ayant même triplé entre 2019 et 2020. Une précision qui a soigneusement été omise par la CBN comme l’a déclaré Danny Oyekan fondateur d’une société locale de Blockchain. « Pendant longtemps, la cryptomonnaie a été associée à des activités malfaisantes, mais en réalité, la fiat est utilisée dix fois plus à des fins criminelles. Interdire l’accès à la cryptographie aura des conséquences plus négatives pour un pays que l’activité criminelle à laquelle l’industrie est faussement associée ».

Les conséquences dont parle M. Oyekan sont notamment la recrudescence du chômage qui a triplé dans le pays sur les cinq dernières années. Avec la fermeture de l’accès au marché des changes, des millions de Nigérians ont opté pour les cryptomonnaies pour sauvegarder leurs avoirs dans un contexte d’inflation. Cette forte demande a d’ailleurs permis d’assister à un développement rapide de l’industrie cryptographique dans le pays comme l’a affirmé David Ajala le PDG de NairaEx. « Il y a au moins 100 start-ups au Nigeria qui opèrent dans cette industrie soit comme bourses, éducateurs, sociétés de gestion d’actifs numériques, etc. Elles ont toutes employé des milliers de Nigérians » a-t-il déclaré.

Dos au mur, la cryptosphère nigériane lance un appel au gouvernement pour mettre en place une réglementation qui permette de limiter davantage lesdites activités illicites évoquées par la CBN. Elle propose d’ailleurs que cette dernière mette en place un régime de licences pour les sociétés de l’industrie tout en envisageant de détenir également du bitcoin dans son bilan.

Plus d’actions
Partagez

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo