La Suisse serait le prochain pays à constitutionnaliser le Bitcoin (BTC)

jeu 14 Oct 2021 ▪ 9h30 ▪ 4 min de lecture - par Thomas Poirier

2B4CH renforce son soutien pour faire du Bitcoin une partie de la Constitution fédérale de la Suisse.

Pourquoi est-il possible?

Le think tank suisse à but non lucratif 2B4CH prévoit de lancer une proposition de référendum pour que le Bitcoin devienne partie de la Constitution fédérale de la Suisse.

En droit suisse, les référendums «d’initiative populaire» sont déclenchés dès qu’ils atteignent 100 000 signatures. 2B4CH tente d’obtenir un soutien à la base pour se conformer à ce critère.

Au cours des derniers mois, plusieurs pays, dont le Salvador et, dans une moindre mesure, l’Ukraine, ont officiellement adopté des positions pro-Bitcoin au niveau gouvernemental.

Cependant, la raison en était due aux transactions brutes que les deux pays reçoivent lorsqu’ils traitent avec des structures héritées internationales. Étant donné que la Suisse est un acteur crucial du secteur bancaire, le principal obstacle auquel 2B4CH est confronté c’est le manque de volonté politique de faire des vagues.

Quelles sont les chances d’un référendum Bitcoin?

Il est encore tôt pour lancer la campagne de 2B4CH visant à intégrer le Bitcoin dans la Constitution suisse. Si tôt que le groupe a déclaré qu’il n’avait pas défini le contenu de son initiative.

De plus, ils admettent ouvertement qu’ils ne sont «pas trop optimistes» quant à l’adoption de leurs plans. Au lieu de cela, pour le moment existe l’idée de définir les sentiments et de susciter la conversation et le débat sur le sujet:

«Nous ne sommes pas trop optimistes quant à l’adoption d’une loi, mais notre objectif est d’obtenir 100 000 signatures, d’ouvrir une conversation publique et un débat ouvert.»

Bien qu’ils aient précédemment déclaré qu’ils n’avaient pas défini leur initiative, ils ont déclaré plus tard qu’une idée possible était d’inclure le Bitcoin dans les actifs de réserve de la Banque nationale suisse en complément de l’or. 

Le gouvernement suisse est-il pro-crypto?

L’attitude du gouvernement suisse à l’égard du Bitcoin et de la cryptomonnaie est généralement positive.

Le gouvernement et la FINMA (organe de surveillance financière) reconnaissent tous les deux les avantages de la technologie blockchain pour stimuler l’innovation à un tel point que la Suisse ambitionne de devenir un leader mondial dans ce secteur.

La preuve est qu’en 2017, la Crypto Valley Association a installé une base dans le canton de Zoug, situé en Suisse centrale.

En expliquant pourquoi la Suisse a été choisie, l’Association a évoqué un certain nombre d’avantages, notamment une culture de la vie privée, une infrastructure de classe mondiale et un accès aux marchés mondiaux. Cependant, le plus important du point de vue d’une organisation crypto est probablement le cadre juridique sûr et prévisible du pays:

«La Suisse a une solide tradition de sécurité juridique, de prévisibilité et de protection des droits de propriété intellectuelle.»

Le droit suisse ne définit pas la cryptomonnaie ou les actifs virtuels. Mais il reconnaît qu’ils peuvent jouer le rôle d’argent et être utilisés comme paiement de biens et de services. Cependant, la législation actuelle ne classe pas encore la crypto comme une monnaie légale.

Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.