A
A

L’Australie en retard dans le domaine de la crypto : À qui la faute ?

mar 10 Août 2021 ▪ 10h30 ▪ 4 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

La firme Blockchain Australia souhaite qu’il y ait une meilleure réglementation à propos de la blockchain en Australie. Selon le PDG de la société, l’Australie est bien positionnée dans l’univers crypto, mais le pays a pris du retard par rapport à ses pairs mondiaux.

Bitcoin Australia; bitcoin (BTC) coin on the background of the flag of Australia

L’inaction des régulateurs australiens

« Nous sommes toujours bien placés, mais nous avons pris du retard », s’est exprimé le PDG de Blockchain Australia. Selon lui, de nombreuses autres juridictions sont passées devant l’Australie en ce qui concerne l’établissement de normes relatives au secteur de la blockchain.

« Nous n’avons pas reçu d’orientation adéquate en ce qui concerne les cadres réglementaires tels qu’ils existent actuellement », a avancé M. Vallas. « Je reconnais qu’il peut y avoir certaines raisons pour lesquelles nous avons avancé lentement, mais je ne pense pas que ces raisons soient adéquates dans l’environnement actuel ». Puis il a indiqué ce qu’il recherche ou du moins ce qu’il faut pour que le secteur décolle pour de bon en Australie. « Le secteur recherche la clarté et nous demandons délibérément aux régulateurs de s’engager avec nous ».

Ensuite, faisant référence au boom des OIC entre 2017 et 2018, il a expliqué que les choses ont changé. « Nous ne voyons pas d’appétit en Australie pour les ICOs, nous ne voyons pas les régulateurs à l’aise pour permettre que cela se reproduise, donc nous avons un nouveau chapitre, mais le récit a persisté ».

M. Vallas pense que les choses seraient beaucoup mieux si les régulateurs australiens accordaient plus d’attention au secteur des cryptomonnaies et s’évertuaient à établir des normes claires et précises. Mais ce n’est pas aussi simple que cela, d’après Michael Bacina, associé chez Piper Alderman. Pour lui, les régulateurs australiens rencontrent les mêmes difficultés que leurs homologues des autres pays. Pour en donner la preuve, il a attiré l’attention sur la fermeture aux États-Unis d’une plateforme qui proposait les échanges de devises numériques.

La faute des autorités

Après M. Vallas, qui est passé devant la commission du Sénat, ce fut au tour de Chloe White, la directrice générale de Genesis Block. Selon elle, il n’y a pas lieu de parler d’une inaction de la part des régulateurs australiens. Elle indexe plutôt les autorités australiennes qui, d’après elle, ne se sont intéressées au secteur des cryptomonnaies que lorsqu’il y a eu beaucoup d’agitation. Pendant les périodes calmes, l’expertise des autorités reste en  »mode muet », a-t-elle martelé.

« C’est la troisième fois que nous recommençons à essayer de comprendre ce que fait réellement cette technologie [la blockchain, NDLR], alors que dans d’autres juridictions, les autorités ont recruté des spécialistes dans le service public, ou ils ont mis en place des groupes de travail multi-agences qui ont continué à consulter l’industrie et à développer des politiques pendant ces périodes calmes ». Dans ce contexte, l’Australie a un désavantage selon elle.

Mme White a conclu son exposé en encourageant les décideurs politiques à agir. « Il faut que les décideurs politiques s’engagent à développer une véritable compréhension de l’espace et de sa trajectoire, car pour l’instant, ce que les décideurs politiques ne parviennent pas à faire, c’est anticiper les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentent, et nous nous sommes donc retrouvés dans une position très réactive en ce qui concerne les conseils et les analyses politiques ».

Selon de nombreux experts, dans le domaine des cryptomonnaies, l’Australie est en retard. Ce retard serait dû aux régulateurs et aux autorités qui ne chercheraient pas à comprendre les réalités du secteur. Espérant qu’un vent de changement souffle enfin dans le pays, les acteurs du secteur de la crypto encouragent les décideurs politiques à faire plus d’actions.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Luc Jose Adjinacou avatar
Luc Jose Adjinacou

Loin d’avoir refroidi mes ardeurs, un investissement infructueux en 2017 sur une cryptomonnaie n’a fait qu’accroitre mon enthousiasme. Je me suis dès lors résolu à étudier et comprendre la blockchain et ses nombreux usages et à relayer avec ma plume de l’information relative à cet écosystème.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 23 036,73 $ 0.35%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 688,34 $ -0.19%
DEFI (DEFIPERP) 3 567,90 $ 0.05%
MARKETS (ACWI) 89,83 $ -0.31%
GOLD (XAUUSD) 1 774,74 $ -0.92%
TECH (NDX) 13 207,69 $ -0.78%
CURRENCIES (EURUSD) 1,02 $ -0.64%
CURRENCIES (EURGBP) 0,842750 £ 0.07%
CRUDEOIL (USOIL) 88,52 $ 0.85%
IMM. US (REIT) 2 552,57 $ 0.23%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document
Partenaires Affiliés
Ovr logo OVR La plateforme metaverse- Visiter
Bybit logo Bybit La plateforme de trading en cryptos- Visiter
Huobi logo Huobi Plateforme d'échange de Cryptomonnaies- Visiter
Sorare Logo Sorare Le jeu de fantasy football mondial- Visiter
Etoro Logo Etoro Le trading social de cryptos Disclaimer: 78% des comptes CFD perdent de l'argent - Visiter
En bourse logo En Bourse Formations, applications et accompagnement dédiés aux traders indépendants- Visiter
Koffy logo Koffy Agrégateur d'infos Web3 propulsé par l'IA !- Visiter
Coinhouse logo Coinhouse L'objectif de Coinhouse est de rendre les crypto-actifs accessibles à toutes et à tous.- Visiter
crypto excel logo Crypto Excel Le gestionnaire de portefeuille crypto par excellence- Visiter