Le ministre des Finances du Zimbabwe ravi du potentiel de réduction des transferts de fonds de la diaspora via la blockchain

mar 19 Oct 2021 ▪ 13h30 ▪ 3 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

Alors que les pays occidentaux multiplient les actions pour limiter le champ d’action des cryptomonnaies, ceux d’Afrique en découvrent progressivement les avantages. Déjà favorable à leur adoption, le ministre zimbabwéen des Finances vient d’être convaincu du grand rôle qu’elles pourraient jouer dans le secteur des transferts de fonds. Explications.

Un argument en faveur de la levée des restrictions imposées aux transactions d’actifs cryptographiques

En déplacement à Dubaï, le ministre zimbabwéen des Finances Mthuli Ncube en a profité pour visiter le DMCC Crypto Centre. Il s’agit d’un centre d’incubation qui propose des solutions de paiements à partir des cryptomonnaies. Celles-ci auront particulièrement émerveillé le ministre Ncube qui y a vu une aubaine pour les finances de son pays. « J’ai visité le DMCC Crypto Centre à Dubaï qui est un centre d’incubation fascinant pour les cryptomonnaies et les solutions de paiement, j’ai découvert des solutions qui pourraient réduire les frais d’envoi de fonds de la diaspora » a-t-il partagé dans un tweet.

À l’instar de nombreux pays africains, le Zimbabwe dispose d’une forte communauté résidant à l’étranger qui transfère régulièrement d’énormes sommes d’argent à leurs proches restés au pays. Ils doivent cependant supporter des frais élevés qui s’élèvent parfois jusqu’à 20% du montant envoyé. Le ministre Ncube compte donc sur l’utilisation des solutions de transfert de fonds via la blockchain pour leur permettre de réaliser des économies conséquentes. Alors que le Zimbabwe impose actuellement des restrictions aux transactions d’actifs cryptographiques, la sortie de son ministre des Finances pourrait changer la donne.

Le Zimbabwe se dote d’un groupe d’analyse de l’utilisation de la technologie blockchain

Devenu ministre des Finances du pays en 2018, M. Ncube a tout de suite affiché sa volonté de promouvoir l’utilisation de cryptomonnaies au Zimbabwe. Il semblerait qu’il est joint l’acte à la parole comme l’a attesté Clive Mphambela le directeur en chef de la communication de son ministère. Ce dernier a en effet déclaré que le pays disposait désormais d’un groupe de réflexion sur le sujet.

« Avec la technologie disruptive de la blockchain, le coût peut baisser de manière significative. Les utilisations de la blockchain sont bien plus larges que la cryptomonnaie. Nous avons même un groupe sandbox pour analyser l’utilisation de la technologie blockchain au Zimbabwe », a affirmé M. Mphambela.

La communication officielle du Ministère des Finances du Zimbabwe laisse donc penser que la levée des restrictions sur l’utilisation des services liées à la technologie blockchain serait en bonne voie. Il faudra cependant que le gouvernement trouve la parade contre les arnaques liées aux cryptomonnaies qui sévissent dans le pays. Le mois dernier, des Zimbabwéens avaient ainsi dénoncé la fraude ayant permis au promoteur de Crypto Share de disparaitre avec plus de 5 millions de dollars d’investissement.

A
A
DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 54 115,00 $ -1.2%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 4 050,10 $ -1.22%
DEFI (DEFIPERP) 11 611,70 $ -3.94%
MARKETS (ACWI) 103,37 $ -2.44%
GOLD (XAUUSD) 1 791,76 $ 0.19%
TECH (NDX) 16 025,58 $ -2.09%
CURRENCIES (EURUSD) 1,13 $ 0.9%
CURRENCIES (EURGBP) 0,847380 £ 0.81%
CRUDEOIL (USOIL) 68,16 $ -12.63%
IMM. US (REIT) 2 733,76 $ -2.78%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email