Se connecter S'abonner

Bitcoin (BTC) au Salvador : les autorités accusées de fraude par Mary O’Grady

Mary Anastasia O’Grady, connue également sous son nom de plume Mary O’Grady, rédactrice et membre du Comité de rédaction de The Wall Street Journal, écrit beaucoup sur l’Amérique Latine. L’autre jour, elle s’est exprimée à propos de la réforme récente menée par les autorités du Salvador qui avait reconnu le Bitcoin comme un moyen de paiement officiel, en la qualifiant d’une vaste fraude gouvernementale.

Avec l’adoption de la nouvelle loi, les passionnés du Bitcoin des quatre coins du monde ont les yeux rivés sur ce pays en Amérique Latine. Et pourtant, leurs adversaires veillent : plusieurs institutions et personnes éminentes ont déjà fait part de leur inquiétude, dont la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), et le millionnaire Peter Schiff. La coalition s’est vue, très récemment, renforcée par la rédactrice et membre du Comité de rédaction de The Wall Street Journal Mary O’Grady.

A en croire ZyCrypto, O’Grady insiste que la politique dans le domaine des cryptomonnaies menée par le président du Salvador Nayib Bukele n’est rien d’autre qu’une fraude globale et pourrait entraîner à un krach économique dans ce pays déjà touché par la pauvreté.

La volatilité du Bitcoin nuirait aux salvadoriens tellement que l’aspect innovant de la réforme ne pourrait pas le compenser, selon O’Grady. Elle en fournit des preuves : la récente chute de 17% qu’a subie le Bitcoin et des problèmes liés à l’utilisation du porte-monnaie Chivo.

« Le lancement mal réussi a mis en évidence le danger lié à l’utilisation obligatoire du Bitcoin pour le budget d’un pays en forte demande d’investissements et de solutions pouvant assurer sa croissance économique. Les salvadoriens qui obtiennent des Bitcoins suite à des transactions ou à des virements devront soit accepter le risque de pertes dues à l’instabilité de la cryptomonnaie en question soit en vendre à l’aide de Chivo qui est géré par une société subventionnée par l’Etat et a un niveau de transparence faible », a-t-elle précisé.

Ces propos d’assaut ont été d’ailleurs agrémentés de compliments faisant éloge de l’acceptation, en tant que monnaie officielle, du dollar américain ; la rédactrice a notamment remarqué que le dollar relevait d’un « standard monétaire international ». Elle ne s’est pas d’ailleurs donné la peine de mentionner qu’avec le dollar uniquement, le pays pauvre et en besoin d’investissements perd quelque 400 millions de dollars de son PIB chaque année.

L’article rédigé par O’Grady a attiré l’attention d’enthousiastes crypto réputés qui se sont prononcés en faveur de la politique menée par Bukele. Pour eux, comme pour le président du pays, il s’agit d’une sorte d’éducation permettant d’élargir la présence de solutions innovantes et d’en améliorer au niveau économique à long terme.

Les adversaires du Bitcoin ne manquent toujours pas au Salvador, les partis d’opposition étant en train de préparer leur action en justice contre le président.

Quelle sera la fin de cette histoire d’un pays minuscule qui a fait un pas de géant vers le développement de toute l’industrie crypto ? Arrivera-t-on à la démission du président et l’abolition de la loi tant détestée par l’opposition ? Ou bien le calme sera rétabli permettant à Bukele de mettre en réalité son plan visant à redonner la vie à l’économie du pays ?

Plus d’actions
Partagez

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo