Se connecter S'abonner

Les cryptomonnaies représentent 1,1% du PIB mondial début 2021

Les cryptomonnaies sont confrontées à une hausse extrême de leur capitalisation ces dernières années. La crise économique et les injections de liquidités en 2020, ainsi que le soutien de nombreux institutionnels (PayPal, Facebook, JPMorgan, etc…), ont enclenché un afflux massif de capitaux vers ce marché en naissance. Début 2021, nous pouvons estimer que la capitalisation mondiale des cryptomonnaies avoisine les 1,1% du PIB mondial. Cette proportion nous permet d’établir un positionnement économique et financier des cryptomonnaies pour les années à venir.

Une valorisation financière considérable ?

1,1% du PIB mondial en cryptomonnaies

Les 50 premières monnaies numériques représentent la quasi-totalité de la capitalisation mondiale de cryptomonnaies. Début janvier 2021, leur capitalisation approche des 930 à 950 milliards de dollars. Soit près de 1000 milliards de dollars.

En 2018, le PIB mondial représentait 85 000 milliards de dollars d’après le FMI. On peut ainsi estimer que la capitalisation mondiale des cryptomonnaies se situe entre 1,0% et 1,2% du PIB mondial. Ce qui n’est pas négligeable. C’est aussi près de 45% du PIB français en 2021. Cette capitalisation montre l’intérêt mondial pour les cryptomonnaies.

Au printemps 2020, le nombre d’utilisateurs de cryptomonnaies a été estimé à 100 millions [voir étude de l’Université de Cambridge]. Ce qui représente un nombre d’utilisateurs estimé à près de 1,3% de la population mondiale au même moment. Ces monnaies sont utilisées comme un moyen d’épargne et d’échange, mais aussi comme une avancée dans certains services financiers. Il est pour l’heure difficile d’estimer les richesses générées par l’industrie cryptos. Mais il est évident que cette forte capitalisation est encouragée par sa diffusion économique graduelle.

Or et cryptomonnaies

Les cryptomonnaies sont arrivées dans le discours des plus grands gérants mondiaux en 2020. La comparaison du Bitcoin (BTC), qui représente la majeure partie de cette capitalisation cryptos, avec l’or est souvent faite. Le Bitcoin est perçu comme une valeur refuge. Cependant, le Bitcoin et l’or n’ont pas de réel lien économique, excepté leur opposition avec les monnaies traditionnelles.

Fin 2019, le World Gold Council a estimé les quantités d’or mondial à 197 600 tonnes. Ce qui représente, à un prix de 1950$ l’once, 12 300 milliards de dollars. Ce qui est 10 à 12 fois supérieur à la capitalisation des cryptomonnaies. Il faudra encore plusieurs années (voire décennies) aux cryptomonnaies pour surpasser l’or.

De plus, l’or n’a pas de fonction d’échange, contrairement aux cryptomonnaies. Ce qui peut amener à considérer les cryptomonnaies comme constituant une valeur refuge moins pertinente que l’or. Néanmoins, il est évident que l’or et les cryptomonnaies apparaissent comme des valeurs opposées aux monnaies traditionnelles.

Actions, obligations et cryptomonnaies

L’immobilier reste le marché le plus valorisé, suivi des obligations et des actions. Les obligations représentent plus de 160 000 milliards de dollars en 2015 d’après Bloomberg. Dont près de la moitié seraient des obligations d’État en 2021 (dont 18 000 milliards à taux négatifs). Les actions suivent ensuite dans le classement, avec une capitalisation mondiale qui était 3 fois inférieure à celle des obligations en 2015. De toutes évidences, les cryptomonnaies représentent une infime partie des actions ou des obligations.

Néanmoins, les cryptomonnaies ont une capitalisation qui dépasse celle des plus grandes sociétés mondiales (Bank of America, LVMH, Tesla, etc…). Ce qui n’est pas négligeable. Cela s’explique par la faible démocratisation des monnaies virtuelles. Les actions et les obligations génèrent une activité économique bien supérieure à celle des cryptomonnaies. Et ce en raison de leur ancienneté et leur place économique centrale.

Naissance d’une activité économique ?

Peut-on parler de création de richesses ?

Indéniablement, les cryptomonnaies sont une innovation libérale. Cette innovation se concentre essentiellement dans le domaine des transactions, et de la fluidité mondiale des capitaux et des produits. Il y a deux types d’activités économies créées par les cryptomonnaies :

  1. Une activité indirecte : la hausse des échanges et la fluidité des capitaux permettent d’augmenter le potentiel de croissance économiqueLa Blockchain est comme la voiture au XXe siècle qui a fait suite au système d’échange centralisé qu’était le train du XIXe siècle.
  2. Une activité économique directe : l’émergence de nombreuses entreprises proposant des services liés aux cryptomonnaies. De nombreuses activités sont générées par les cryptomonnaies : les plateformes d’investissement en cryptomonnaies, la finance décentralisée, les services de paiement, etc… Il s’agit d’une création de richesse directe.

Les cryptomonnaies permettent une augmentation de la productivité, directe et indirecte. Plus forte productivité qui permet de justifier une concentration légitime des capitaux.

Bulle et innovation…

Le caractère d’innovation donne aux cryptomonnaies une véritable légitimité économique. L’innovation permet de générer certaines capitalisations financières largement justifiées. Cependant, toutes les richesses créées à ce jour par l’industrie crypto n’expliquent pas toute cette capitalisation. Près de 1,3% utiliserait des cryptomonnaies, pour une capitalisation de plus de 1,1% du PIB mondial. Ce qui est supérieur à la capitalisation réellement utilisée.

Le caractère spéculatif des cryptomonnaies est à l’origine d’une partie conséquente de la capitalisation. Ce caractère spéculatif est encouragé par (1) la crise de confiance mondiale envers les institutions et les monnaies centrales et (2) le besoin de sécurité, de rapidité, et de globalisation. La concentration extrême et ultra-rapide de capitaux dans ce secteur induit inévitablement des capacités de développement amplifiées à long terme. Ce qui permet par ailleurs la naissance d’un marché à proprement parlé. Néanmoins, la constitution d’un marché est souvent lente (comme avec Internet). Quand les anticipations sont largement supérieures aux capacités d’innovation, comme ce fut le cas en 2000, il y a formation d’une bulle à moyen terme.

Jusqu’où peut s’étendre « le marché cryptos » ?

Deux facteurs entrent ici dans l’équation :

  1. La part de la population qui utilise les cryptomonnaies. Cette proportion est d’environ 1,3% au premier semestre 2020. Les cryptomonnaies sont déjà bien implantées dans la population mondiale. Cette proportion d’utilisateurs mondiaux pourrait être multipliée par 12 d’ici à 2030. Si le taux de croissance de nouveaux utilisateurs reste identique aux 3 dernières années. Ce qui représenterait environ 15% de la population mondiale. Soit autant que les populations d’Amérique du Nord et d’Europe réunies. C’est une proportion tout à fait réaliste à terme au regard d’une démocratisation ultra-massive, déjà atteinte dans certains pays comme la Corée du sud.   
  2. L’intensité d’utilisation des cryptomonnaies. Les cryptomonnaies ont une fonction d’épargne, et d’échange. Ce qui n’est pas le cas de l’or, avec la seule fonction d’épargne par exemple. L’intensité d’utilisation des cryptomonnaies dépendra de la réaction des gouvernements face à cette démocratisation. Dans les faits, il n’existe aucune barrière à ce que des économies digitalisées et libre utilisent les cryptomonnaies.

Enfin, comme traité dans mon dernier article, il existe certaines limites monétaires avec les monnaies virtuelles. Les cryptomonnaies ne correspondraient pas à une logique de politiques monétaires et de création monétaire. Ce qui peut être un frein économique majeur aujourd’hui.  

L’apparition des cryptomonnaies dans la gestion d’actifs et de réserves

Considérons le développement d’un marché et une démocratisation continue des cryptomonnaies. En 2020, JP Morgan a estimé que si les gestionnaires américains, européens et japonais plaçaient 1% de leurs avoirs en cryptomonnaies, cela déboucherait sur une demande supplémentaire de 600 milliards de dollars. Nous sommes peut-être déjà dans cette configuration.

Si les agents se mettaient à utiliser massivement les cryptomonnaies, leur place dans la gestion serait prédominante. 5% des avoirs des gestionnaires en cryptomonnaies à terme permettrait de générer une demande de 3 000 milliards de dollars. Soit plus de 3,5% du PIB mondial de 2018. Cette proportion est tout à fait envisageable à ce jour. À cela, il faudrait ajouter la capitalisation générée par les transactions interbancaires en cryptomonnaies et les transactions entre agents économiques.

Ainsi, à terme, si le Bitcoin prenait la même ampleur de réserve que l’euro, cela pourrait générer une demande de 10 000 à 12 000 milliards. Ce qui est considérable, mais encore très peu réaliste actuellement. Cette demande supplémentaire serait probablement réaliste dans le cas d’une diffusion envers au moins 10% à 15% de la population mondiale (contre 1,3% aujourd’hui).

En bref, la bulle spéculative de 2017 a fait connaître mondialement ces nouvelles monnaies. Ces deux dernières années, une véritable industrie s’est formée, concentrant des capitaux. La crise du COVID19 a confirmé et largement amplifié cette tendance. En janvier 2021, on peut estimer que les cryptomonnaies représentent 1,1% du PIB mondial. Pour un nombre d’utilisateurs supérieur à 1,3% de la population mondiale. La concentration des capitaux et les gains de productivité devraient conduire à la formation d’un véritable marché. Celui-ci serait alors en concurrence avec les monnaies traditionnelles. Bien que des dérives spéculatives fortes puissent s’observer, la tendance économique reste d’une intensité toute particulière.

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Auteur de plusieurs livres, rédacteur économique et financier sur plusieurs sites, je noue depuis de nombreuses années une véritable passion pour l’analyse et l’étude des marchés et de l’économie.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo