Les régulateurs japonais deviennent anxieux pour le Libra de Facebook

La banque centrale du Japon s’est jointe aux autorités de réglementation du monde entier pour exprimer ses préoccupations quant aux risques potentiels posés par le projet de crypto de Facebook.

Un rapport du Nikkei Asian Review publié mercredi indique que la Banque du Japon (BoJ) craint que le Libra soit difficile à réglementer et ne comporte des risques pour le système financier.

Le rapport suggère qu’en reliant la monnaie virtuelle à plus d’une monnaie nationale, Facebook pourrait essayer d’éviter un contrôle de la part des autorités de réglementation d’un seul pays.

Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a déclaré qu’il avait l’intention de « surveiller attentivement » si les crypto-monnaies pourraient être adoptées comme moyen de paiement et comment les systèmes financiers actuels pourraient s’adapter.

Le rapport indique également que comme les utilisateurs du Libra retirent de l’argent pour acheter le jeton auprès des banques régionales, Facebook placerait probablement ces fonds de réserve dans les grandes banques japonaises ce qui entraînerait un flux s’éloignant des institutions plus petites.

De plus, cela pourrait provoquer une hausse de la demande de titres d’État et donc une baisse des taux d’intérêt, a déclaré M. Nikkei, suggérant que ces deux facteurs pourraient nuire à la stabilité financière du Japon.

Un responsable de la BoJ a en outre suggéré que le projet de crypto de Facebook serait « de s’appuyer gratuitement sur un système financier qui coûte cher ». Dans les faits, l’entreprise gérerait le Libra en faisant usage d’institutions financières qui doivent dépenser d’importantes sommes pour déjà respecter les règles de ce marché.

Aux États-Unis, des craintes similaires ont incité les législateurs à demander à Facebook de geler le projet jusqu’à ce qu’il puisse être correctement évalué.

Les démocrates de la Chambre des représentants des États-Unis ont écrit une lettre ouverte à Facebook mardi, dans laquelle ils décrivent leurs préoccupations concernant leur activité, ainsi que la possibilité pour le Libra d’agir comme un nouveau système monétaire mondial.

« Il semble que ces produits puissent créer un système financier mondial entièrement nouveau, basé en dehors de la Suisse et destiné à rivaliser avec la politique monétaire américaine et le dollar. Cela soulève de sérieuses préoccupations en matière de protection de la vie privée, de commerce, de sécurité nationale et de politique monétaire non seulement pour les plus de 2 milliards d’utilisateurs de Facebook, mais aussi pour les investisseurs, les consommateurs et l’économie mondiale en général » ont écrit les législateurs.

Les organismes de réglementation de la France, du Royaume-Uni et d’autres pays, y compris Singapour, ont également exprimé leurs préoccupations au sujet du projet Libra.           

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Ingénieur de formation, et spécialisé dans les nouvelles technologies, je me suis toujours intéressé à la blockchain et aux cryptomonnaies. Je suis heureux de faire partie de l’équipe CoinTribune.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés