L’interdiction de la crypto en Chine : raisons et conséquences

sam 02 Oct 2021 ▪ 20h45 ▪ 8 min de lecture - par Thomas Poirier

Comme le rapporte Cointelegraph l’interdiction des cryptomonnaies par la Chine provoque un léger marasme, mais se remettre de cette FUD n’est pas nouveau pour la crypto, car les motivations de la Chine sont prévisibles. 

Les autorités réglementaires chinoises ont encore choqué le cryptoverse en imposant une interdiction de toutes les transactions crypto le 24 septembre. Cette mesure est intervenue au moment où le marché commençait à se remettre de l’interdiction du gouvernement,des activités de mining de cryptomonnaie.

La peur, l’incertitude et le doute (FUD) résultant de l’interdiction ont fait chuter le Bitcoin de près de 9% en cinq heures, passant de la barre des 45,000 au fond de 41 142 dollars. Peu de temps après, Alibaba a annoncé qu’il interdisait toute vente de dispositifs crypto et d’accessoires associés à partir du 8 octobre.

Cependant, la première cryptomonnaie s’est depuis rétablie au-dessus des niveaux pré-interdiction d’environ 45 000 dollars. Au moment de la rédaction de cet article, le Bitcoin est négocié au niveau de 47 300 dollars. Cette reprise pourrait s’appuyer sur deux développements favorables: le président de la Réserve fédérale des États-Unis, Jerome Powell, mentionnant qu’il n’y a aucune intention d’interdire le Bitcoin ou les cryptomonnaies aux États-Unis et la levée de l’interdiction temporaire de mining du Bitcoin en Iran

Ce n’est pas la première fois que le Bitcoin ou le marché dans son ensemble se remet de la FUD causée par la Chine. Selon une analyse de Cointelegraph, le cryptoverse a rebondi après le dénigrement crypto de la Chine plus d’une douzaine de fois. Cette instance marque une autre de ces récupérations inévitables.

Outre la chute du prix des tokens en conséquence immédiate de l’interdiction, l’impact à long terme sur les entreprises de crypto et les investisseurs en Chine est énorme. Huobi Global, la plateforme d’échange de cryptomonnaie la plus utilisée en Chine en termes de volumes de transactions, a immédiatement arrêté les transactions crypto pour ses investisseurs chinois conformément aux directives du régulateur. 

De plus, la plateforme d’échange a décrit un plan pour leurs utilisateurs en Chine qui leur garantit de protéger les actifs avant que leurs comptes ne soient définitivement fermés le 3 décembre. Du Jun, co-fondateur de la plateforme Huobi, a déclaré à Cointelegraph à ce sujet:

«Les clients pourront transférer leurs actifs vers d’autres exchanges ou portefeuilles au cours des prochains mois. Si les clients ne voient pas ou ne peuvent pas voir nos dernières annonces, nous fournirons d’autres moyens de protéger les actifs des clients et d’attendre qu’ils soient retirés.»

Contrairement aux cas précédents dans lesquels la Chine a jeté de l’ombre sur les cryptomonnaies ou annoncé des interdictions, cette fois, il ne semble pas y avoir de zone grise ou de lacunes permettant aux entreprises de crypto de continuer à offrir leurs services dans le pays.

Motif de la Chine

Comme c’est le cas dans de nombreux pays, l’hostilité de la Chine envers la crypto semble juxtaposer la promotion de sa propre monnaie numérique de banque centrale (CBDC), le yuan numérique.

Ariel Zetlin-Jones, professeur agrégé d’économie à la Tepper School of Business de l’Université Carnegie Mellon, a déclaré à Cointelegraph:

«La Chine veut clairement promouvoir le yuan numérique. Éliminer ses concurrents en interdisant les activités de crypto est une façon de le faire, il semble donc raisonnable de considérer cette motivation comme l’une des raisons de leurs politiques.»

Kristin Boggiano, cofondatrice et présidente de la plateforme de cryptomonnaie CrossTower, a déclaré: 

«La Chine semble choisir le contrôle de l’innovation, et ses actions indiquent que la crypto pourrait constituer une menace pour le yuan numérique, car une grande partie de la crypto n’est pas censée être contrôlée.»

Le gouvernement a poussé son initiative CBDC dans diverses provinces dans la mesure où Xiaong’an New Area a permis la première transaction salariale basée sur la blockchain du pays en juin de cette année. 

Cela montre une immense croyance et un engagement envers l’initiative visant à créer leur propre monnaie numérique, par rapport à d’autres grandes économies où le point de discussion porte toujours sur la sécurité et la fiabilité des monnaies numériques. Ainsi, cette décision pourrait certainement être un effort pour freiner la prolifération des cryptomonnaies «privées» et pousser les utilisateurs en Chine vers le yuan numérique.

La perte de la Chine, le gain pour l’Amérique?

Du Jun a en outre mentionné que, depuis que la plateforme a étendu son empreinte dans divers pays ces dernières années, les activités en dehors de la Chine représentent déjà près de 70% de l’ensemble du portefeuille de la société.

En juillet, après une série de mesures de répression contre le mining du Bitcoin en Chine, la difficulté de mining de Bitcoins a été immédiatement affectée, chutant de 30%. Zetlin-Jones a déclaré que des résultats similaires émergent maintenant sur la blockchain Ethereum où de grands pools de mining d’ETH en Chine sont désormais hors ligne. 

Zetlin-Jones a continué:

«La réduction des difficultés de mining réduit les coûts d’entrée dans le mining et crée des opportunités pour les nouveaux entrants. Bien que je pense que cela pourrait être bénéfique pour favoriser la décentralisation dans le secteur de mining, il n’est pas clair que ce soit une opportunité pour les États-Unis en particulier. »

Charles Allen, PDG de BTCS Inc., une société offrant une infrastructure blockchain, reste optimiste. Il a déclaré :

«Les technologies blockchain ont le pouvoir de changer le monde de la même manière qu’Internet. En termes simples, ils sont l’avenir de la finance et d’autres domaines.»

Allen a déclaré que si la Chine ne veut pas participer au développement et à l’innovation, c’est à 100% une opportunité à long terme pour les États-Unis

Le sénateur américain Pat Toomey partage ce point de vue en écrivant sur Twitter : «La répression autoritaire de la Chine contre la crypto, y compris le Bitcoin, est une grande opportunité pour les États-Unis. C’est aussi un rappel de notre énorme avantage structurel sur la Chine.»

L’opportunité pour les États-Unis et d’autres grandes économies est énorme, car divers secteurs d’activités crypto, comme les plateformes d’échange et le mining, doivent quitter la et contribuer ainsi à l’économie environnante avec des opportunités d’emploi et un flux de capitaux constant.

Même s’il existe une clarté absolue sur la loi pour les activités et les services crypto, les investisseurs individuels et les détenteurs de cryptomonnaies ne savent toujours pas si la possession de cryptomonnaies est illégale. Boggiano affirme que, même si les investisseurs basés en Chine ne peuvent pas effectuer de transactions en cryptomonnaies sur des plateformes d’échange, l’accès de gré à gré au marché de la crypto reste relativement stable.

A
A
Thomas Poirier

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.