A
A

L’Iran perd le Signal

sam 06 Fév 2021 ▪ 17h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

Les autorités iraniennes bloquent Signal. Elles reprochent à la messagerie de défendre la vie privée de ses utilisateurs.

Une révolution décentralisée en Iran

Des autorités iraniennes ont bloqué récemment Signal car l’application permet d’envoyer des messages cryptés auxquels le gouvernement ne peut avoir accès.

Le gouvernement iranien qui cherche à restreindre l’accès aux plateformes fréquentées par les opposants, bloque la plupart les réseaux sociaux à l’exception d’Instagram et de WhatsApp.

Les utilisateurs de WhatsApp soucieux de la protection de leurs données personnelles, avaient migré en masse vers Signal après que WhatsApp ait annoncé des changements dans sa politique de confidentialité, pour lui permettre de partager les informations personnelles de ses utilisateurs avec Facebook.

Selon un article d’AlJazeera, les utilisateurs de Signal en Iran ont commencé à avoir des difficultés à se connecter à l’application.

Selon Signal, l’Iran « bloque tout le trafic de Signal dans le pays ». Signal a alors opté pour des serveurs proxy dans le monde entier, à titre de solution provisoire pour détourner le blocage des autorités iraniennes.

Iran et Etats-Unis : les alliés d’un même combat

La décentralisation permet de lutter contre la censure des autorités gouvernementales. Unstoppable Domains permet d’acheter des noms de domaines incensurables.

Les projets cryptos ne visent pas uniquement en réalité à créer des monnaies digitales pouvant être transférées sans l’intervention des banques. Elles sont également une sensibilisation à l’importance de reprendre le contrôle sur ses données personnelles, au respect de certains droits aujourd’hui oubliés – comme le droit à l’anonymat.

Les cryptomonnaies font prendre conscience des faiblesses de la centralisation.

Lorsqu’un petit nombre de personnes est en mesure de décider de l’inflation ou non d’une monnaie au détriment de la masse, lorsqu’une poignée de personnes est en mesure de bloquer toute initiative visant à faire respecter la liberté d’expression, la vie privée des utilisateurs d’une plateforme – application de messagerie mais également, app crypto – peut-on encore réellement parler d’une démocratie reposant sur des bases centralisées ?

L’Iran est pointé du doigt suite à sa décision de bloquer Signal. Les Etats-Unis sont-ils pour autant le meilleur exemple de la démocratie, en imposant des procédures KYC aux exchanges, sous-peine de sanctions ?

Les 2 pays ont adopté des voies différentes, mais qui mènent à la même destination : l’interdiction aux citoyens de disposer d’une vie privée, au profit d’un voyeurisme gouvernemental légalisé.

La décentralisation n’est pas qu’un concept tech sur lequel repose les projets cryptos. Elle est un projet politique, sans leader affirmé – ce qui est logique – qui va à l’encontre des intérêts des institutions gouvernementales actuelles.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !