JEU CONCOURS : GAGNEZ UNE PS5, PLUS VOUS AVEZ DE POINTS PLUS VOUS AVEZ DE CHANCE DE GAGNER, CLIQUEZ ICI
Se connecter S'abonner

L’Iran va-t-il accueillir une multitude de fermes de minage Bitcoin ?

On a tous notre petit coin de paradis : celui des entreprises de minage est un pays où l’électricité est bon marché et, où les régulateurs jouent le jeu. L’Iran parie sur la crypto, pour sortir le pays de la crise économique : avec le halving de Bitcoin (BTC), les mineurs ont plus que jamais besoin d’un pays qui les chouchoute.

Irons-nous en Iran ?

L’Iran est peut-être sur le point de devenir un haut lieu du minage de Bitcoin. Le gouvernement iranien avait reconnu le minage de cryptomonnaies comme une activité industrielle au mois de juillet 2019, il a délivré près de 1000 agréments à des entreprises de minage.

iMiner fut la dernière société à avoir obtenu une licence pour opérer sur le territoire iranien. Cette société de minage basée en Turquie, aurait investi près de 7 millions de dollars, pour l’implantation d’une ferme de minage de Bitcoin dans la province de Semnan.

La ferme comprendrait 6 000 machines capables de produire 96 000 TH/s, ce qui équivaut à une moyenne de 16TH/s par unité (ce qui pourrait correspondre à des machines Antminer S9SE de chez Bitmain). iMiner propose également des activités de trading au pays, depuis ses bureaux à Téhéran.

Le courant passe bien

L’Iran est soumis à une crise économique profonde, suite aux sanctions imposées par les Etats-Unis et ses alliés, aggravée aujourd’hui par la pandémie de coronavirus.

Le gouvernement souhaiterait se tourner vers les cryptomonnaies pour relancer l’activité économique et contourner les sanctions américaines – bon, faut pas croire non plus à un moment donné, que la crypto est une sorte de baguette magique, qu’il suffit d’agiter pour résoudre tous les problèmes économiques du pays.

L’attractivité de l’Iran réside dans son électricité bon marché, subventionnée dans certaines zones, comme les sites agricoles ou les mosquées.

Le gouvernement avance toutefois prudemment, étant donné la nature opaque des activités cryptos et, la pression provoquée par le minage sur le réseau électrique.

Un rapport issu du Ministère iranien de l’énergie, place la province de Semnan, parmi celles où la consommation d’électricité explose, avec la province du Khuzestan victime de hausses de température extrême.

Le développement des activités de minage a également favorisé la contrebande d’équipements miniers. En novembre 2019, les autorités iraniennes offraient une prime aux personnes qui dénonçaient les fermes de minage non-autorisées.

Si la Corée du Nord décidait de mettre en place des dispositifs qui transformeraient le pays le plus fermé au monde en paradis du minage, les entreprises occidentales oseront-elles braver l’interdit imposé par les Nations Unies, avec l’oncle Sam en tête ? Virgil Griffith applaudira certainement et, cherchera la moindre occasion pour y refaire un petit tour, ou même pour un long séjour.

Plus d’actions
Partagez

( Rédactrice )

La mode c’est bien, mais la blockchain c’est l’avenir, on est d’accord non ?! C’est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c’est d’essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo