A
A

L’Ukraine engage Stellar (XLM) pour développer plusieurs projets crypto

dim 10 Jan 2021 ▪ 10h00 ▪ 3 min de lecture - par Zoé De La Roche

L’Ukraine serait la star des cryptomonnaies en Europe de l’Est. Le pays fait appel à Stellar (XLM) pour créer une infrastructure sur laquelle se basera des projets cryptos et éventuellement, une CBDC ukrainienne.

Une CBDC ukrainienne signée Stellar … ou pas

Le gouvernement ukrainien a signé un protocole d’accord avec la Stellar Development Foundation  pour faciliter la création d’une infrastructure dédiée aux actifs numériques, qui inclue un cadre pour une CBDC.

L’annonce publiée le 4 janvier 2021 par le Ministry of Digital Transformation avait été confirmée par un communiqué de presse de la fondation Stellar.

Le ministre Oleksander Bornyakov a indiqué que cette collaboration ne signifiait pas que Stellar s’occuperait de la conception du CBDC ukrainien. Il s’agit plutôt de permettre au gouvernement de disposer des informations nécessaires pour prendre les meilleures décisions.

Concernant le potentiel de l’Ukraine à mener la course au développement de la blockchain et des cryptomonnaies en Europe et dans le monde, Boryakov a déclaré que son ministère intégrait les meilleures pratiques de la Suisse, du Royaume-Uni, de Malte, du Liechtenstein et des Etats-Unis.

Des règles de jeu claires

Boryakov a indiqué que les sociétés crypto recherchent un environnement juridique stable et règlementé pour gérer leurs activités.

Il a également révélé que les autorités monétaires étudiaient les CBDC depuis 2017. À l’exemple d’autres pays, l’Ukraine analyse les avantages des CBDC et leur impact potentiel sur l’économie, que ce soit au niveau de la politique monétaire, de la stabilité financière ou de leur adoption par le grand public.

Les rumeurs font état d’une Ukraine sur le point de devenir le leader dans le secteur des cryptomonnaies en Europe de l’Est, au vu des pressions exercées par le Ministry of Digital Transformation pour une règlementation plus claire.

En septembre 2020, Chainanalysis plaçait l’Ukraine à la 1ère place de son classement mondial sur l’adoption des cryptomonnaies.

Ripple (XRP) serait-il finalement la victime d’un environnement juridique flou concernant les cryptomonnaies et les titres – Brad Garlinghouse et son équipe ne sont pas blancs comme neige non plus avec le statut hybride du XRP, un token utilitaire et spéculatif ? L’Ukraine veut des règles claires pour encadrer les projets cryptos. Le pays semble être bien positionné dans la course à la blockchain, aux cryptomonnaies et aux CBDC. Stellar pourrait donc réussir là où Ripple a échoué – du moins avec les Etats-Unis : créer une infrastructure de paiements transfrontaliers conformément à la demande d’un Etat.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Zoé De La Roche avatar
Zoé De La Roche

La mode c'est bien, mais la blockchain c'est l'avenir, on est d'accord non ?! C'est une super opportunité et un secteur en pleine évolution ! Au quotidien, mon travail c'est d'essayer de vulgariser au mieux les cryptos/blockchain qui paraissent pour beaucoup trop techniques.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !