A
A

Pakistan : On dirait que l’interdiction y a fait progresser les cryptomonnaies

sam 05 Mar 2022 ▪ 10h00 ▪ 6 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

Taux d’inflation élevé, crise russo-ukrainienne, adoption massive des cryptomonnaies… autant de problèmes qui hantent les nuits des gouvernants actuels du Pakistan. On se souvient très bien qu’il y a un mois, le troisième pays sur la liste d’adoption mondiale des cryptos a choisi d’interdire le commerce sur la base de ces actifs numériques. Et pourtant, les mesures adoptées ont fait pousser des ailes à ces derniers.

Pourquoi tant de méfiance envers les cryptomonnaies ?

Entre la haine et l’inquiétude, on ne sait plus ce qui anime le gouvernement pakistanais qui n’a de cesse de déployer des mesures anti-cryptos. Et pourtant, le pays dispose d’un avoir largement supérieur aux réserves de sa banque centrale.

Qu’est-ce qui empêche les Pakistanais de s’inspirer de leurs voisins indiens ? L’Inde partageait les mêmes inquiétudes quant aux cryptomonnaies au départ. Mais au fur et à mesure, le gouvernement local a lâché prise pour en arriver à des propositions de loi concernant ces actifs numériques au Parlement. Résultat : tous les comptes crypto dans la patrie de Gandhi se voient taxés à hauteur de 30 %.

L’Inde a déjà montré la voie à suivre : ne pas se contenter de légaliser les cryptomonnaies, mais en faire un levier de développement économique sur le long terme. Et avec cette crise entre les Russes et les Ukrainiens, toute une kyrielle de gouvernements suivra certainement son exemple d’ici peu.

De 2017 à 2021, le Pakistan

2017 : Bull Run massif de la cryptomonnaie

Cette année-là, le marché des cryptomonnaies a connu un bull run que les investisseurs ne risquent pas d’oublier. C’est à cette période que le bitcoin a bondi de 900 à 20 000 dollars, suivi par de nombreux altcoins. Cela a enrichi de nombreuses personnes en un rien de temps.

Malheureusement, le gouvernement pakistanais a vu ce phénomène d’un autre œil puisque parallèlement, il a interdit le commerce des cryptomonnaies. Il a même lancé la Federal Investigation Agency (FIA) aux trousses des détenteurs de bitcoins afin de démotiver toute initiative d’enrichissement rapide à base de cryptos.

2018 : Chute du bitcoin

Un an après le bull run, le bitcoin a connu un effondrement en raison d’une méfiance généralisée vis-à-vis de cet actif d’investissement. Sa fiabilité a été remise en cause en raison de sa volatilité.

Du côté de la République du Pakistan, rien n’a changé. Au contraire, l’État a durci ses mesures par la publication d’une circulaire sur l’« interdiction de traiter les monnaies virtuelles ». Le document en question était signé par la Meezan Bank Limited.

Restriction ou pas, les Pakistanais s’étaient de plus en plus intéressés aux cryptomonnaies et arrivaient même à contourner les mesures de surveillance financières locales.

2019 : Reprise des cryptomonnaies

Au cours de l’année 2019, le bitcoin était revenu en force et s’échangeait à 13 000 dollars. Les amateurs de cryptomonnaies se sont régalés de cette bonne nouvelle et croyaient à nouveau en son pouvoir.

Au Pakistan, rien de nouveau si ce n’est la poursuite des répressions. À cette période, le gouvernement a fermé 9 entreprises spécialisées dans les cryptomonnaies. Les investisseurs locaux ont malgré tout trouvé une brèche, laquelle résultait d’une annonce de lancement d’une nouvelle monnaie numérique suite à la demande de l’AAFC. Dommage que le projet en question ait été tué dans l’œuf.

2020 : Poursuite de l’adoption des cryptos

À la surprise de tout le monde, le bitcoin a dépassé le seuil des 20 000 dollars en 2020. Ce qui a motivé une horde d’investisseurs à engranger progressivement des actifs numériques.

La République islamique du Pakistan a profité de ce mouvement pour discuter d’une réglementation des cryptomonnaies via sa SEC. Elle a même démenti avoir mené une politique anti-crypto par le passé. Une déclaration réfutée par une circulaire publiée sur Salte Bank of Pakistan. Voyez ci-dessous le contenu en image !

2021 : Essor des cryptomonnaies

Baleines (investisseurs institutionnels) aidant, le cours du BTC n’a pas cessé d’augmenter pour atteindre la barre des 60 000 dollars. Cette devise est pourtant retombée à 30 000 dollars, pour ensuite connaître son ATH historique de 69 000 dollars en novembre 2021.

Habitué à garder un œil sur les cryptos, la Haute Cour du Pakistan a approuvé la création d’un comité chargé d’étudier la viabilité de la législation de ces actifs dans le pays. Mais le projet est à nouveau tombé à l’eau pour cause d’incompréhension.

En cette année 2022, le Pakistan est confronté à plusieurs phénomènes qui influeront probablement son futur. Avec un taux d’inflation de 13 %, l’Inde qui vient de légaliser les cryptomonnaies, etc., les décideurs locaux ont intérêt à réviser leur position. Et il y a de quoi justifier une légalisation pakistanaise puisque le pays se trouve à l’heure actuelle en 3e position du classement des pays aux habitants friands de cryptos.

Source : CoinMarketCap

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !