Royaume-Uni : L'adoption du bitcoin (BTC) et d’autres cryptos est une nécessité

mar 12 Oct 2021 ▪ 20h00 ▪ 5 min de lecture - par Clément Dubois

Lord Philip Hammond, ancien chancelier de l’Échiquier du Royaume-Uni, a averti que le secteur financier du pays risquait de prendre du retard sur ses rivaux mondiaux, à moins que les régulateurs prennent davantage de mesures pour aider les entreprises à adopter les cryptoactifs.  

La Grande-Bretagne reste en marge des tendances crypto

Dans une interview à The Block, Hammond a décrété que le dialogue entre les décideurs britanniques doit passer «de la discussion sur les actifs numériques à la mise en œuvre d’un cadre juridique permettant aux entreprises de les adopter.»

«Les régulateurs en Suisse, en Allemagne, au Canada, aux États-Unis, à Singapour et ailleurs explorent déjà des moyens de le faire», a déclaré Hammond.

Il a ajouté:

«Le Royaume-Uni s’enlise dans les discussions, tandis que d’autres sont passés à l’action. Cela représente un risque énorme pour le succès futur du secteur des services financiers du pays. Alors que la Grande-Bretagne est aux prises avec la question de savoir comment maintenir sa position d’acteur mondial des services financiers, après le Brexit, nous devons saisir l’opportunité que représente la révolution numérique. »

L’ambiance crypto en Grande-Bretagne 

Hammond vient de prendre un poste de conseiller principal chez Copper, le dépositaire de cryptomonnaies basé à Londres destiné aux investisseurs institutionnels qui a clôturé une levée de fonds de série B de 75 millions de dollars auprès d’investisseurs, dont le milliardaire britannique Alan Howard.

Le politicien du Parti conservateur, qui a été chancelier de 2016 à 2019, fournira des conseils stratégiques à Copper dans le cadre de son expansion internationale, ainsi que de la promotion du Royaume-Uni en tant que hub des cryptoactifs.

Le Royaume-Uni (et surtout sa capitale) a longtemps été considéré comme un endroit attrayant pour créer et gérer des startups fintech. Le prédécesseur de Hammond, George Osborne, a créé le lobby Innovate Finance en 2015 afin de stimuler un secteur qui a ensuite produit plus d’une douzaine de licornes – des startups privées estimées à plus d’un milliard de dollars.

Cependant, l’impact du Brexit couplé aux contraintes réglementaires pour les entreprises crypto, notamment l’interdiction de la vente de dérivés crypto aux investisseurs de détail et un processus difficile d’enregistrement anti-blanchiment, a conduit certains entrepreneurs crypto à perdre confiance au Royaume-Uni.

Peter Smith, PDG du portefeuille crypto de 5,2 milliards de dollars Blockchain.com, a récemment déclaré que le règne de Londres en tant que capitale de la fintech est « définitivement terminé ».

Par contre, Hammond reste optimiste et croit qu’un tel retour est certain : 

« Le Royaume-Uni, et Londres en particulier, a une solide expérience en matière de transformation des services financiers. Nous risquons maintenant de perdre cet avantage au profit de juridictions dotées d’environnements législatifs et réglementaires plus proactifs pour l’innovation dans les technologies financières. »

Potentiel de transformation

Hammond a déclaré qu’il était « trop tôt » pour prévoir l’utilité de la technologie blockchain comme fondement d’innovations plus récentes, telles que les applications de la DeFi et les tokens non fongibles. Pourtant, il a ajouté que les effets transformateurs de la «désintermédiation du processus de prêt», c’est-à-dire la suppression des intermédiaires, sont clairs:

« Ce que je veux dire, c’est qu’il est très encourageant de voir que l’innovation ne s’arrête pas aux services financiers ; d’autres secteurs verticaux stimulent le changement et explorent comment la vitesse et la sécurité des écosystèmes compatibles avec la blockchain peuvent élargir l’accès et promouvoir le changement »

Le lobbying est sous les feux de la rampe

Le travail de lobbying d’anciens politiciens pour le sort de sociétés fintech a récemment été examiné au Royaume-Uni.

L’ancien Premier ministre David Cameron a été fortement critiqué pour ses efforts visant à ouvrir les portes à la société Greensill Capital, effondrée depuis, pendant la pandémie.

Hammond lui-même a fait l’objet d’une enquête sur son travail pour la société fintech OakNorth, mais il a été innocenté d’avoir enfreint toute règle. Cette semaine, il a déclaré au Financial Times que « tout le monde a pris en compte » les leçons tirées du fiasco de Greensill.

A
A
Clément Dubois

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 61 895,28 $ 0.58%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 3 736,05 $ -2.83%
DEFI (DEFIPERP) 11 569,70 $ -2.9%
MARKETS (ACWI) 103,62 $ -0.01%
GOLD (XAUUSD) 1 765,71 $ -0.09%
TECH (NDX) 15 237,26 $ 0.59%
CURRENCIES (EURUSD) 1,16 $ 0.23%
CURRENCIES (EURGBP) 0,845940 £ 0.38%
CRUDEOIL (USOIL) 82,04 $ -0.52%
IMM. US (REIT) 2 677,83 $ 0.43%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching d’une heure avec un expert. Remplissez le formulaire et notre expert vous contactera sous 24 heures.