Se connecter S'abonner

Salvador : protestations et défis de l’intégration du Bitcoin (BTC)

Le Salvador est entré dans l’histoire en devenant le premier pays au monde à légaliser l’utilisation du Bitcoin (BTC) comme moyen de paiement. Cependant, l’intégration de la nouvelle infrastructure de paiement ne s’est pas faite sans incident.

Le premier jour de l’adoption du Bitcoin au Salvador a été marqué par un certain nombre de problèmes liés à l’indignation des citoyens et à des défaillances techniques. Les plateformes clés telles qu’Apple et Huawei n’offraient pas la possibilité d’utiliser le portefeuille de cryptomonnaie Chivo promu par le gouvernement, et les serveurs de l’application étaient tellement submergés par l’afflux d’utilisateurs inscrits qu’ils ont tout simplement cessé de fonctionner.

Au cours de la journée, la situation s’est améliorée et lorsque Chivo était déjà apparu sur la plupart des plateformes, de grandes marques comme McDonald’s et Starbucks ont commencé à accepter les paiements effectués dans la première cryptomonnaie.

L’adoption du Bitcoin par le Salvador a été marquée par une chute brutale des cotations du plus grand actif numérique. En raison de la baisse de la valeur du bitcoin de 52 000 dollars à 43 000 dollars, les Salvadoriens ont perdu environ 3 millions de dollars de la valeur de leurs économies en seulement une heure.

À l’heure actuelle, la plus grande cryptomonnaie est acceptée par les entreprises à travers le pays, à égalité avec le dollar américain. Chaque citoyen a reçu un bonus de 30 dollars en Bitcoin. Ceci malgré le fait que, selon les données de 2019, la population du Salvador est d’environ 6,454 millions de personnes.

Nous vous rappelons que l’initiative d’introduire le bitcoin fait partie de l’expérience économique du président du pays Naib Bukele. Selon le chef de l’État, une telle approche permettra au Salvador d’économiser jusqu’à 400 millions de dollars par an, qui sont généralement dépensés en frais de commission pour les transferts d’argent internationaux effectués par les citoyens.

Bien que l’utilisation de la première cryptomonnaie ne soit pas une exigence pour tout le monde, l’initiative de légaliser le Bitcoin a tout de même suscité une vague de critiques de la part des politiciens et des citoyens de l’opposition. Ils accusent Bukele de laisser son peuple dans le noir et de ne pas vraiment expliquer aux gens comment, à son avis, le nouveau système devrait fonctionner.

De nombreux citoyens se sont rassemblés pour protester devant la Cour suprême du pays et ont commencé à y déclencher des feux d’artifice et à brûler des pneus.

Selon le portail CityAM, le politicien de l’opposition Johnny Wright Saul a déclaré à la BBC que les nouveaux plans monétaires avaient été annoncés à la hâte par le gouvernement et ne convenaient pas à une échelle nationale.

“La loi sur le Bitcoin a été approuvée par le parlement sans aucune discussion. Cela n’a pris que cinq heures environ. Nous ne sommes pas partisans de la cryptomonnaie, mais nous ne pensons pas qu’exiger des entreprises qu’elles acceptent le Bitcoin comme moyen de paiement ne devrait pas être obligatoire. L’État prend en charge ces paiements et assume le risque, mais, au bout du compte, il ne faut pas oublier que l’État, c’est avant tout ses habitants”, a-t-il déclaré.

Plus d’actions
Partagez

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo