Thaïlande : Le Premier ministre prévient la population contre les risques liés aux investissements dans le Bitcoin (BTC) et les autres cryptomonnaies

mar 26 Oct 2021 ▪ 8h30 ▪ 4 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

Ces deux dernières années, la Thaïlande a connu une forte augmentation des investissements en cryptomonnaies. Le pays ne disposant pas encore d’un cadre réglementaire pour cette activité, les investisseurs locaux s’exposent à de grands risques d’arnaques ou de banqueroute. Craignant les répercussions sur l’économie nationale, le Premier ministre du pays lance un appel à la prudence à l’endroit de la population.

Des investissements réalisés auprès de sociétés illégales

D’après une enquête réalisée par la SEC thaïlandaise, il y aurait près de 2 millions de comptes de trading d’actifs cryptographiques dans le pays. Ceux-ci qui sont ouverts pour la plupart auprès de structures illégales qui génèrent plus de 198 millions de dollars de volume moyen de trading. Alors qu’ils sont détenus à 47 % par des jeunes âgés de moins de 30 ans, le Premier ministre du pays s’inquiète de la prolifération de ces comptes d’investissements. Les actifs cryptographiques étant soumis à une forte volatilité, il craint que ces investisseurs ne mesurent pas pleinement les risques encourus. Il leur rappela notamment que les lois du pays ne leur permettaient pas d’exiger des dédommagements en cas banqueroute.

Pour le moment, seuls les aspects de lutte contre le blanchiment d’argent et de financement des terrorismes sont pris en compte par la réglementation locale. Celle-ci oblige notamment les Thaïlandais à effectuer leur propre enquête sur la moralité des sociétés de trading d’actifs cryptographiques. Par ailleurs, le pays interdit depuis juin dernier le trading des jetons basés sur les memes et les NFT. Malgré cette restriction, beaucoup d’exchanges locaux ont continué à proposer ce service à leur clientèle. La situation a d’ailleurs conduit la SEC thaïlandaise à interrompre tous les services de Huobi dans le pays le mois passé.

La Thaïlande protège sa CBDC contre les stablecoins

À l’image d’autres pays prenant des mesures restrictives contre les cryptomonnaies, la Thaïlande veut se doter d’une CBDC. Elle a lancé ainsi en 2019 une phase pilote pour tester le baht numérique avec des essais concluants. Bien qu’il soit l’un des projets les plus aboutis en Asie, le bath numérique doit déjà faire face à la montée en puissance des stablecoins dans le pays.

C’est notamment le cas du THT très apprécié des Thaïlandais qui s’en servent comme une réserve de valeurs. Les stablecoins étant arrimées à une monnaie nationale, ils ne sont pas soumis à la même volatilité que les autres cryptomonnaies. La Banque centrale de Thaïlande a donc interdit l’utilisation du THT craignant que son adoption finisse par éclipser dans un futur proche le baht numérique.

Avec la recrudescence des crimes liés aux cryptomonnaies, les alertes comme celle lancée par le Premier ministre thaïlandais se multiplient de la part des autorités gouvernementales et financières. Même si ceux-ci tentent de privilégier l’utilisation des CBDC avec des mesures restrictives contre les cryptomonnaies, ces dernières gardent la préférence du public.  Au Sri Lanka, le gouverneur de la Banque centrale du pays a donc invité tous ceux qui détiennent des cryptomonnaies à assumer les risques liés à leur utilisation.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Luc Jose Adjinacou

Loin d’avoir refroidi mes ardeurs, un investissement infructueux en 2017 sur une cryptomonnaie n’a fait qu’accroitre mon enthousiasme. Je me suis dès lors résolu à étudier et comprendre la blockchain et ses nombreux usages et à relayer avec ma plume de l’information relative à cet écosystème.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.