Se connecter S'abonner

Bitcoin (BTC) vs Immobilier vs Matières Premières

Michael Saylor a comparé le bitcoin à l’immobilier ainsi qu’aux matières premières. Il n’y a pas photo pour le CEO de Microstrategy : “Le bitcoin se développe. Il devient une réserve d’énergie monétaire. Un actif de trésorerie attrayant […]. C’est un choix évident. Il est devenu très attractif depuis que sa liquidité a atteint mille milliards $. Il le sera encore plus à 10 000 milliards $ et enfin à 100 000 milliards. […] De plus en plus d’entités pesant un milliard $ (sociétés privées, riches individus) vont acheter du bitcoin. Plus le bitcoin s’appréciera et plus les entités qui entreront dans la danse seront grosses. Des entités de 100 milliards $, puis des entités plus importantes.”

|Le youtubeur lui demande ce qu’il pense d’investir dans des matières premières plutôt que dans le bitcoin|

“Mon problème avec les matières premières, c’est que l’on peut en produire davantage. Si tu peux produire des matières premières, très bien, fais-le. Mais les bénéfices engrangé doivent être placés dans des raretés. Les raretés sont des actifs dont on ne peut pas augmenter la production […].

Le problème des matières premières est que l’ingéniosité humaine et le capital permettent toujours de produire davantage. L’or et l’argent sont les matières premières par excellence, mais il est possible d’augmenter leur production.

Si tu places 100 millions $ dans l’or pendant 100 ans et que les mineurs produisent 2% d’or en plus chaque année, tu perdras 85% de ton énergie monétaire parce que la quantité d’or va doubler tous les 35 ans, dans le meilleur des cas. La quantité d’or va plutôt tripler ou quadrupler parce que l’on fera de la fracturation, ou bien on utilisera de nouveaux procédés chimiques. Ou bien un hedge fund créera un ETF adossé à l’or tout en détenant seulement la moitié de l’or qu’il prétend avoir en réserve. Sans parler des Futures, ces produits dérivés adossés à l’or qui permettent de vendre du papier plutôt que de l’or.

Toutes ces choses existent donc je ne pense pas que les matières premières soient une bonne réserve de valeur. […] L’investisseur moyen va-t-il conserver du maïs ou du blé pendant 100 ans ? Va-t-il conserver du charbon, du pétrole ou du gaz naturel pendant 100 ans ?

Si le prix d’une matière première augmente d’un facteur 100, les personnes les plus intelligentes de la planète trouveront des capitaux pour produire plus de cette matière première. Investir dans les matières premières comme réserve de valeur, c’est parier contre l’ingéniosité humaine et sa cupidité. C’est souvent un pari perdant.

D’un autre côté, il y a le bitcoin. Même si sa valeur dépasse 1 million $ pour 1 BTC, les mineurs ne pourront pas en créer davantage. La seule chose qui se passera est une augmentation par un facteur 100 de la sécurité du réseau.

Plus les gens achèteront le bitcoin, plus ils le voudront, plus il sera performant, plus il sera sûr, moins il y aura de risques et plus ils l’achèteront. C’est une boucle de rétroaction positive.

Le prix des matières premières ne peut pas s’accroître au même rythme que la masse monétaire car il ne s’agit pas de choses absolument rares. Si le prix d’une matière première augmente, le nombre de mineurs et d’usines va augmenter. Tous auront intérêt à vendre et donc à faire baisser les prix. Les producteurs de matières premières sont les ennemis des investisseurs en matières premières. Les mineurs d’or sont les ennemis des investisseurs en or. […]

En définitive, il arrive souvent que les gouvernements investissent dans la production de matières premières et vendent à perte pour générer des flux de trésorerie. J’ai étudié les matières premières de nombreuses années et c’est toujours la même histoire pour toutes les matières premières. Il y a toujours un producteur qui a trop investi et qui sera prêt à vendre à perte tant qu’il génère une marge de trésorerie. Parce que l’alternative, c’est de fermer l’usine.

Donc, si tu veux vraiment stocker de la valeur, il te faut la Mona Lisa. Il faut posséder quelque chose qui soit vraiment rare, vraiment désirable, qu’on ne peut plus fabriquer et dont tout le monde reconnaît la valeur.

Le bitcoin s’apprécie plus vite que l’or car ce dernier a une fuite dans la batterie. Si tu as une batterie qui fuit, un bateau qui fuit, est-ce tu parviendras à traverser l’océan ? Traverser l’océan avec la monnaie fiat, c’est comme voyager avec un radeau en caoutchouc qui fuit. L’or, c’est comme monter sur un bateau en bois qui finira par pourrir et couler dans 80 ans. Traverser l’océan avec le bitcoin, c’est monter sur un porte-conteneurs en acier.

Ce sont des moyens différents d’arriver à destination. Les matières premières auront plus d’intégrité monétaire que l’argent liquide, mais moins d’intégrité monétaire qu’un actif cryptographique synthétique pur comme le bitcoin.

|Le youtubeur lui demande ce qu’il pense d’investir dans l’immobilier plutôt que dans le bitcoin|

Concernant l’immobilier, le problème est que la moitié de l’immobilier est dégradé, altéré. Les parcs d’attractions, les cinémas, les centres commerciaux. Leur valeur a chuté.

L’autre moitié de l’immobilier qui a de la valeur s’échange est devenue similaire aux titres de dette. Vu que les taux d’intérêt sont tombés à zéro, et que les gens se refinancent à des taux d’intérêt de plus en plus bas, les taux de capitalisation ont crevé le plafond.

[Le taux de capitalisation représente le rapport entre les revenus perçus au titre de la location d’un bien immobilier et la valeur de ce bien]

L’immobilier commence à ressembler à une bulle à revenu fixe. Je dis « revenu fixe » car il n’est pas possible d’augmenter les loyers au même rythme de l’expansion monétaire M2.

Par ailleurs, la civilisation n’a désormais besoin que de la moitié de l’immobilier commercial. On observe un effondrement massif et cristallisé en raison du télétravail. Une entreprise de mille employés a maintenant besoin d’un espace pour seulement 300 personnes. Les gens travaillent de plus en plus depuis chez eux.”

[…]

Retrouvez ici la traduction de la précédente ITW de Michael Saylor : Michael Saylor : “Le Bitcoin (BTC) est parti pour 20 000 milliards $”

Plus d’actions
Partagez

( Rédacteur )

Journaliste / Bitcoin, géopolitique, économie, énergie, climat

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo