Se connecter S'abonner

Craig Wright accuse Blockstream de contrefaçon de documents

L’affaire qui oppose Craig Wright et la succession de Dave Kleiman, son défunt associé, a connu un tout nouveau rebondissement. Certains chiffres contestés tendent à prouver que les appareils de Craig Wright auraient été piratés par les développeurs Bitcoin de Blockstream dans le but d’antidater certains documents.

August 9, 2019, Brazil. In this photo illustration the Blockstream logo is displayed on a smartphone

Des accusations de piratage

C’est d’un mémorandum conjoint sur la découverte déposé récemment que provient l’information. Le document révèle qu’un accès aux communications entre des groupes et des individus, présents aux débuts de la plateforme de Bitcoin (BTC) IRA, a été exigé par le conseil juridique.

Au nombre des mises en cause, il y a l’utilisateur de Twitter sous le pseudonyme « Contrarian » qui n’est autre que Greg Maxwel, ainsi que Bitcoin Core, Blockstream et quelques pools de minage de Bitcoin (BTC).

Selon la défense, chaque mis en cause dans ce document serait impliqué dans des actes de piratages des appareils électroniques de Craig Wright. Ils auraient créé des documents antidatés utilisés comme preuve dans le procès en cours.

Plusieurs points de friction révélés dans le mémorandum

C’est en 2014 que Blockstream a été fondé, c’est-à-dire après la mise sous contrat de Craig Wright à IRA. Or, l’homme prétend qu’à l’issue du piratage de ces appareils, des documents montrent plutôt que son contrat avec l’entreprise existait bien avant la création de celle-ci.

Ses avocats ont alors exigé que soient rendues publiques les échanges entre Blockstream et Kleiman, une demande que les plaignants ne jugent pas pertinents. Selon eux, il s’agirait simplement d’une manœuvre de la défense de Craig Wright pour recueillir davantage d’informations sur eux.

En outre, la succession de David Kleiman soutiennent qu’aucune preuve du piratage dénoncé par Wright n’a été jusque-là apportée, affirmant même qu’il y aurait de la part du défendeur une volonté manifeste de dissimuler des preuves à la cour. Ils en veulent pour preuve le paiement des 50 000 à 125 000€ exigé par Wright pour que sa femme puisse venir témoigner, qu’ils jugent totalement infondé.

Des accusations de tromperie réciproques

De son côté, Craig Wright exige un accès immédiat aux données stockées dans les appareils électroniques de David Kleiman. Cette démarche est soutenue par des soupçons relatifs à la vente de Bitcoin par Ira qui a permsis de financer l’acquisition d’une nouvelle maison d’une valeur de 400 000 dollars. Face à ses accusations, les plaignants ont affirmé qu’il n’y aurait aucun lien entre l’affaire en cours et les fonds utilisés pour cette acquisition.

La dernière requête des plaignants concerne la divulgation des diplômes de Craig Wright, dont il n’aurait jamais fourni de copies. Leur inexistence apporterait la preuve que le défendeur aurait une tendance à la tromperie, ce qui remettrait en cause ses antécédents généraux et sa crédibilité.

L’issue de cette affaire est très attendue.

Plus d’actions
Partagez

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER
Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.
Back To Top

Newsletter

Recevez le meilleur de l’actualité Crypto dans votre boite email

Inscription Newsletter

Archives

Lire les dernières Newsletters
Cliquez ici

Coaching Gratuit

Obtenez gratuitement un coaching
d'une heure avec un expert
Remplissez le formulaire
et notre expert vous contactera 
sous 24 heures

© Copyright Cointribune - tous droits réservés

Agence Tempo