Interdiction des cryptomonnaies en Chine : l’auteur de ‘’Père Riche, Père Pauvre’’ se prononce

mar 28 Sep 2021 ▪ 9h00 ▪ 5 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

En Chine, les amoureux de la cryptomonnaie sont tombés des nues, cette semaine. La Banque Centrale de Chine a annoncé que toutes les transactions de cryptomonnaies sont illégales. Elle a radicalement interdit l’utilisation des tokens numériques. Cette nouvelle est un véritable coup de marteau sur l’enclume, quand on sait que la Chine est l’un des plus grands marchés de cryptomonnaies au monde ! Qu’est-ce qui a bien pu entraîner une telle décision ? Les spéculations ne manquent pas sur la question. Robert Kiyosaki, le célèbre investisseur immobilier et auteur du best-seller ‘’Père Riche, Père Pauvre’’ s’est également exprimé sur le sujet. Décryptage de son point de vue dans cet article !

Le marché des cryptomonnaies chinois à nouveau frappé d’interdit

À l’instar de milliers de personnes, Robert Kiyosaki est un crypto enthousiaste. Hormis ses investissements dans l’immobilier, il mise également sur l’or, l’argent et le Bitcoin (BTC) pour protéger ses fonds de l’inflation. D’ailleurs, l’an passé, il n’a pas manqué de se prononcer sur les perspectives du BTC et de l’or avec ses nombreux followers.

Par conséquent, c’est avec un regard d’expert qu’il s’est penché sur les documents publiés par la Banque Centrale chinoise (PBOC). Il faut savoir que lesdits documents portant sur l’interdiction des opérations avec des cryptomonnaies avaient été publiés depuis le début du mois de septembre, mais ce n’est que récemment qu’ils ont été rendus publics.

L’influence de cette annonce sur le marché est tout simplement monstrueuse ! D’après les chiffres officiels, le BTC est retombé à 41 000 $ tandis que l’Ethereum (ETH) se retrouve sous la barre des 3 000 $. C’est le second coup dur qu’a dû encaisser le marché en cette dernière semaine de septembre. Le premier venait, en fait, de la baisse du prix des actions du promoteur immobilier China Evergrande Group qui n’a pas pu rembourser aux actionnaires sa dette de 2 trillions.

 « La Chine a annoncé une nouvelle interdiction des cryptomonnaies. Qu’est-ce que cela signifie ? »

Tels sont les premiers mots du tweet de Robert Kiyosaki sur l’interdiction chinoise. Pour lui, le gouvernement chinois et la PBOC sont de véritables visionnaires. En interdisant les transactions en crypto, ils ouvrent la voie au lancement de leur propre monnaie électronique de banque centrale ou CBDC. Son nom : le DCEP – en anglais, Paiement électronique en monnaie numérique – ou Yen numérique, si vous préférez.

Réalité ou secret de polichinelle ? Toujours est-il de que nombreux organismes d’État manifestent de l’intérêt pour la création d’une monnaie numérique officielle. La Réserve Fédérale Américaine n’en est pas des moindres. Si elle parvenait réellement à lancer son $ numérique – la « pièce Fed » – le gouvernement américain deviendra un État centralisé, comme la Chine.

Aujourd’hui, le projet de DCEP a déjà été déployé en Chine. Il est testé dans cinq villes différentes. Alors, si les analyses de Robert Kiyosaki se tiennent, cette décision d’interdiction va donner un coup de fouet à ce projet de grande envergure. Toutefois, certains passionnés de la cryptomonnaie pensent qu’il s’agit simplement d’une manœuvre du gouvernement pour renforcer le contrôle des comptes bancaires et disposer de toutes les données sur leurs revenus et leurs dépenses. Enfin, l’avenir nous le dira !

Depuis le début de l’année, le gouvernement chinois sévit particulièrement contre les personnes qui font du mining de cryptomonnaies. Ainsi, l’interdiction qui a été prononcée en septembre intervient, selon Robert Kiyosaki, dans un but stratégique. Elle permettra au gouvernement d’évoluer de manière optimale dans son projet de création du Yen numérique.

A
A
DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.